humeurs

Publié le 21 Mai 2012

Diana-Shishkova.jpg

Tout le monde l'aime bien, silhouette menue, style décontracté, elle possède une classe élégante que beaucoup lui envient. Jusqu'à sa coupe de cheveux. Pourtant, lorsque l'envie lui prend d'une coupe plus stylisée, plus courte, là, juste sur le tour d'oreille ou la nuque, le coiffeur du grand salon péremptoirement lui dit "qu'il ne faut pas" que ce n'est pas ceci, que c'est trop cela... et du coup elle fait quoi? Elle ravale ses envies. Pourtant il ne s'agit pas d'excentricité, juste un style différent. Sûre de sa féminité elle n'a pas peur des cheveux très courts, elle sait bien au contraire que cela élance sa silhouette, allonge son cou, met sa nuque en valeur. Alors elle va chercher un autre coiffeur.

C'est Vanessa qui racontait cette mésaventure dans un commentaire récent, ironisant elle même sur sa "tête de piaf". J'aime bien moi, les têtes de piaf, celles des jolies femmes qui n'ont pas peur de se montrer et qui cultivent cette ultra féminité que leurs cheveux courts mettent tellement en évidence ou l'ambiguité au contraire que cela leur confère 

Photo: Diana Shishkova

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 18 Mai 2012

tumblr_m029noFaHa1r06q46o1_1280.jpg

Bon je n'apprends rien à personne, tous les blogueurs vivent un peu aux dépends des lecteurs qui les commentent. Je ne fais pas exception à cette règle, même si j'ai tout de même un certain recul sur la grandeur et la solitude de l'auteur. Cependant il faut bien admettre que c'est toujours gratifiant quand on sait que plusieurs centaines de personnes viennent vous visiter chaque jour d'en trouver une trace à travers un petit mot, une critique ou un encouragement posté en guise de commentaire. 

Bien sûr je ne parle pas des habituées, les ferventes, les attentives, les inconditionnelles, celles ( et ceux ) qui sont abonnées à la newsletter ou qui ont des alertes sur Facebook et qui ne manquent pas de corriger mes fautes d'orthographe ( il faut bien que quelqu'un le fasse ). Non bien sûr je ne parle pas d'elles ( et d'eux ). Je les remercie simplement.

Non je parle plutôt de celles et ceux qui ne me lisent qu'au bureau. Enfin j'imagine que c'est ça? Un indice, ce mois de mai particulièrement exceptionnel où finalement nous n'aurons eu que 15 jours "ouvrés" à cause des ponts. Donc moins de monde au bureau, donc moins d'opportunités pour laisser un commentaire... Mouais. Forcément moins de monde vient voir le blog...

Aaaaah foutu mois de mai!

 

Photo: Kristen Mcmenamy par William Garrett

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 17 Mai 2012

tumblr_m2tyjuu5mL1qi6acto1_500.jpg

Ça n'a l'air de rien aujourd'hui, un détail, une futilité, une routine... Pourtant je viens de lire un article parut dans The American Historical Review en 1993 intitulé: Samson et Dalila revisité: L'influence de la mode féminine dans la France des années 20. Effrayant!

Il faut bien sûr se replacer dans le contexte et imaginer qu'au début du XXeme siècle, la femme est considérée comme une personne aliénée, tenue sous l'autorité du père ou plus tard du mari, autorité qui s'exerce absolument dans tous les domaines.

Si bien que lorsqu'après la Grande Guerre, période au cours de laquelle les femmes ont fait tourner la boutique pendant que les hommes s'étripaient dans les tranchées, ayant goûté à l'autonomie et à la liberté, les différents courant féministes prennent auprès d'elles une résonance particulière. Quelques pionnières ont déjà, avant guerre, osé le costume masculin et la coupe de cheveux court, mais on est encore loin de "l'épidémie" qui va sévir dans les années 20. Et lorsque la mode se répand, les réactions dans la France profonde sont parfois absolument démesurées:

" La mode chez les jeunes femmes des cheveux courts, coupés au carré, créé des tensions énormes au sein de la famille française. Tout au long de la décennie, les journaux rapportent des histoires sinistres, comme celle de ce mari qui a séquestré sa femme parce qu'elle avait coupé ses cheveux, ou ce père qui aurait tué sa fille pour la même raison.  A Dijon, un père a voulu porter plainte contre le salon de coiffure qui avait coupé les cheveux de sa fille sans son autorisation..."

"Pleurs et grincement de dents", la mode se propage pourtant, malgré les brouilles familiales, les reniements et les divorces. Aujourd'hui on pourrait presque en rire. Néanmoins, à la lecture de cet article, je perçois un peu quelle révolution cela a pu être à l'époque.

 

 

Extrait :Mary Louise Roberts - Samson and Delilah revisited...

Modèle: Alessandra Ambrosio

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 16 Mai 2012

5566653117_b11aa16b39_z.jpg

Ce n'est pas la première fois qu'on me dit ça. Hier encore Emma me le disait elle aussi: c'est la croix et la bannière pour trouver un coiffeur qui veuille bien vous couper les cheveux aussi court qu'on le désir. Ca peut paraître étonnant, pourtant sauf à trouver un salon très spécialisé, il semble que chaque figaro ait une façon différente d'évaluer la longueur. D'ailleurs si on y réfléchit, il n'y a pas que les coiffeurs. Je me suis toujours amusé à lire certains commentaires qui parlent du look de nos peoples. Un jour Jennifer Aniston dont la chevelure était réputée, est apparue avec une coupe au carré lui balayant le haut des épaules. Réaction des fans: Jésus Marie Joseph ( en anglais : Oh My God! ) Jen Aniston a les cheveux courts! Finalement, en y regardant bien elle avait du couper 4 ou 5 cm de sa fabuleuse chevelure... Bref! Il semblerait que  ce qu'utilisent les scientifiques pour mesurer les tremblements de terre nous fasse défaut pour mesurer précisément ce que sont les cheveux courts. Emma va chez le coiffeur tous les mois et malgré son désir ne parvient pas à obtenir de son coiffeur qu'il finisse par couper ses cheveux aussi courts qu'elle le désire. Bon! elle a les cheveux courts. Pour elle ils sont "courts", pour son coiffeur ils sont "très courts" et sans doute qu'une troisième personne va les trouver "très très courts, voir "trop court" et j'en connais qui diraient qu'ils ne sont pas si courts que ça.... 

Le bon sens à mon avis c'est que chacun a sa propre valeur et que dans tous les cas c'est toujours la valeur de celle ( ou celui ) qui se fait couper les cheveux qui compte et tout l'art du figaro réside bien sûr dans sa capacité à ajuster son échelle de mesure à chacune ( et à chacun ).

 

Photo: Raleene Cabrera

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 14 Mai 2012

Tia-Spowart.jpg

C'est pas toujours facile, quoi qu'on en pense, de confronter ses envies à la société dans laquelle on évolue. Avoir 18 ou 20 ans, se préférer en jean et aimer avoir les cheveux courts peut vous mettre en butte aux préjugés de toutes sortes. En avoir 20 ou 30 ou même 40 ne change rien à la donne d'ailleurs, encore que l'on catégorise moins les femmes adultes aussi facilement... Encore que? Aimer la moto, porter un ou des tatouages, pire encore un piercing et vous voilà vouée aux gémonies... 

Alors quand on est pas une rebelle dans les tripes on essaie de composer avec les bonnes gens et surtout leurs idées souvent un peu à la con. On a les cheveux courts mais pas aussi courts qu'on le voudrait vraiment. Et on refrène comme ça ses envies ses goûts et ses plaisirs. Dommage...

Pas besoin de s'en remettre aux philosophes et aux penseurs pour comprendre que finalement on a qu'une vie et qu'il est toujours stupide d'en passer une trop grande partie à ne faire que ce que les autres voudraient que l'on fasse. 

Et finalement une "vraie" femme aux cheveux courts devrait avoir cette audace là aussi, de ne faire pour elle même que ce qui lui fait sincèrement envie.

 

Modèle: Tia Spowart


Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Mai 2012

Self-Portrait_1923-copie-2.jpgIl y a un portrait qui souvent me fascine lorsqu'il tombe sous mon regard et malgré cela je n'ai jamais eu la curiosité de chercher de qui il s'agissait. Et puis là, par hasard, je découvre l'artiste et retrouve le tableau fascinant, apprenant par la même qu'il est autoportrait. Je m'aperçois alors que ce que j'imaginais de cette femme à l'allure masculine pour l'époque que je situais au XIXe siècle, correspond presque parfaitement à la réalité. Mieux encore. Romaine Brooks a eu la vie romanesque d'une femme libre à la naissance du XXe siècle. Dans ce costume d'homme j'imaginais un corps androgyne et sous ce chapeau stricte je voyais des cheveux courts, très courts même, à la manière de Louise, son homonyme. De fait, sa biographie m'édifia et je compris à la fois l'immense lacune dont je faisais preuve en matière d'art et finalement pourquoi cette toile me fascinait. Femme aux cheveux courts dans toute la richesse que cela représente à mes yeux, la riche héritière traversera son siècle, laissant des oeuvres dont la précision du caractère fit dire d'elle qu'elle volait l'âme de ses modèles. 

Le trouble venait peut être justement de la non détermination de son genre à travers ce portrait, de l'ambiguité de ses traits qu'accentuait le costume d'homme et malgré tout de la sensualité de ses lèvres parfaitement dessinées, seule touche de couleur sur la toile. Et puis en l'idéalisant un peu je me suis pris à trouver dans ses traits, ceux d'un modèle que j'affectionne. Mais je rêve bien sûr...

99-07-01.jpg97-05-02.jpg

 

Romaine Brooks - Autoportrait - 1923

Modèle: Christy Turlington

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 11 Mai 2012

camile bellComme son nom l'indique, ce personnage de roman noir est très souvent la cause de la chute du héros. Elle est irrésistible de beauté, souvent non conformiste et d'un glamour absolu. Aujourd'hui encore on voudrait l'imaginer sortie d'un bouquin de James Hadley Chase, la méche sur l'oeil, fumant une blonde au bout d'un fume cigarette ou réclamant de l'aide à ce parfait inconnu, le héros, qu'elle va faire tomber dans ses filets en moins de deux...

Pourtant j'arrive parfaitement à imaginer que la femme fatale d'aujourd'hui puisse être, en apparence, différente. On peut toujours rester sur le schéma classique bien sûr, mais l'essentiel étant le caractère, audacieux, insolent même, libéré, j'y vois aussi tout de suite une femme aux cheveux courts. Jessica, la bimbo de Roger Rabbit est certe un modèle de femme fatale, mais avec une vulnérabilité de petite fille quand ses manoeuvres ont échouées. Une femme fatale aux cheveux courts 8744-amber_rose_en_femme_fatale_pour_complex.jpgm'apparaitra toujours plus forte, plus déterminée, mais surtout plus dangereuse.

 

 

 

 

 

Mais bon, pas la peine non plus d'aller dans les extrêmes, sinon pour ajouter du mystère à cette femme qui de toute façon est là pour faire chuter notre héros et lui être... fatale.

 

 

 

 

 

 

Modèles: Camilla Belle et Amber Rose

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 10 Mai 2012

606820-obit-vidal-sassoon

Tout le monde ne le sait pas. Moi même je l'ai découvert en feuilletant quelques vieux Paris Match. A cette époque là, c'est souvent le cas avec les génies, tout le monde le considère comme un illuminé. Pensez donc, ce type fait des coupes de cheveux un peu "graphiques" très dessinées, qui mettent en valeur la nuque d'une façon qu'on avait plus vue depuis les années 20. Ou alors encore mieux, des coupes qui ne nécessitent rien de plus après le shampooing qu'un simple coup de peigne. C'est fou non? Oui ben sans rire, on est dans les années 60 et la tendance c'est plutôt la choucroute pièce montée. Enfin bon, je suis pas un spécialiste mais d'après ce que je lis, l'homme est révolutionnaire. 

Quant-And-Sassoon-00820110109234514758.jpgEt question révolution Mary Quant elle s'y connait! La mini jupe, ça vous dit quelque chose? Ben c'est elle. Et une femme comme elle ne pouvait pas ne pas rencontrer un homme comme lui. C'est peut être ce qui fera sa renommée.

Devenu la coqueluche de ses dames c'est aussi à lui que l'on doit le style "Rosemary's baby" de Mia Farrow et l'allure androgyne de Twiggy. C'est tout de même pas rien!

Aujourd'hui on dirait que Mary Quant ressemble à Mireille Mathieu ou que Mia Farrow imite Agyness Deyn. Eh ben non!  Tout cela date des années 60 et c'est Vidal Sassoon qui l'a inventé.

Ca nous fait un gentil parfum de "Swinging London", non?

 

Vidal Sassoon 1928-2012

 

... Mais qu'est ce qui me prend moi? Voilà que je fais un article comme si ce blog était un vulgaire blog de mode ou de coiffure... Non mais ça va pas non?

Bon je reviens plus tard avec de bonnes résolutions!

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 8 Mai 2012

wasp.jpg

Il y a, à Londres sur Whitehall, à dix pas de Downing street, un monument. Une imposante sculpture de bronze posée au milieu du boulevard, non loin de ce que les gens savants appellent le cénotaphe, le monument aux morts de la ville. Et cette sculpture de bronze est tellement extraordinaire qu'elle est, je crois, unique au monde. Sur ce bloc de métal apparaissent en bas relief des vêtements. Des vêtements de femmes, comme accrochés à une patère invisible et rassemblant une tenue complète à chaque fois, coiffure, haut et bas, uniformes mis au rancart. Il y a là des aviatrices, des infirmières, des matelots, des policières, des dactylos, des ouvrières aussi... 17 tenues en tout qui symbolisent les emplois tenus par les femmes durant la Seconde Guerre Mondiale.

Voilà en quoi ce monument est unique, perpétuant la mémoire des femmes britanniques engagées dans la guerre pour la liberté. Mais je crois qu'il y a aussi une part pour toutes celles qui, de l'Europe entière, sont venues endosser l'uniforme, résister et se battre. 

Ainsi, chacun et chacune, passant par là, se rappellent que la liberté d'aujourd'hui n'est pas due qu'au sacrifice de milliers d'hommes, mais aussi de femmes courageuses et intrépides et qu'on peut bien, un jour en mai, honorer leur mémoire.

 

Monument to the Women of World War II

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 7 Mai 2012

francesca-Inaudi.jpg

Il y a des portraits qui me plaisent plus que d'autres, sans qu'au premier abord je sache vraiment pourquoi. Cela peut être un regard "rieur", la ligne du nez, les lèvres droites comme lorsqu'on tente de retenir un sourire. Un visage franc avec pourtant des traits un peu durs qui inspirent un passé bien vécu. 

Francesca Inaudi est ce genre de portrait. Une actrice italienne au succès mérité. Elle a en plus de tous ces ingrédients un goût certain pour les cheveux courts, ce qui bien évidemment ne me laisse pas indifférent. 

En dehors de l'apparence physique si je me suis arrêté là c'est parce que j'ai vu "Le voyage de Lucia" de Stefano Pasetto et que ce film qui ne sera jamais un chef d'oeuvre du cinéma est parvenu à me faire vibrer. Ah moi, quand on me parle d'amour...

Avant que je sache vraiment qui est Francesca, elle avait illustré ce blog déjà en 2009 grâce à l'affiche du film "Après minuit" de Davide Ferrario.

femmine-contro-maschi 3-largeFrancesca-Inaudi main image object

Elle s'affirme, elle mûri et sa beauté originale rassemble en harmonie le masculin et le féminin sans jamais faillir à une idéale parité... C'est prometteur!

 

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0