humeurs

Publié le 26 Août 2012

Bo-Don-by-Alex-Franco.jpgC'est dramatique, mais plus on s'approche de la date anniversaire de ce blog et plus j'ai le sentiment d'avoir tout dit. Mais comment est ce possible? Avoir "tout dit" c'est presque aussi horrible que de dire avoir "tout vécu"? Alors qu'auparavant j'aurais pu des jours entiers disserter sur l'érotisme d'une nuque fine et délicate, chanter les louanges des femmes d'action, leur courage et leur détermination, m'extasier devant les portraits d'actrices glamour au chic naturel, raconter mes états d'âme et mes désirs nourrit de quelques souvenirs...

Aujourd'hui plus rien, le vide, l'absence. Pire encore, j'ai le sentiment parfois d'être cerné par de vulgaires "coupeurs de nattes" qui ne savent pas maîtriser leur fétichisme, qui ne songent qu'à se repaitre d'images qui les excitent, qui envahissent mon espace, bousculent mes mots, piétinnent ici sans aucune vergogne. 

Shalom_Harlow-16-blacksexjack.jpgMais c'est injuste de penser cela, parce que la réalité ce sont plutôt ces lectrices, femmes ou même jeunes femmes qui chaque jour viennent, lisent, apprécient, commentent ou font savoir de quelques clics leur approbation. Ces quelques hommes de qualité aussi...

Voilà! C'est un peu ça. Ridicule et dérisoire, comme mon refus caractériel de regarder TF1 de peur que Jean Pierre Pernaut ne croit que j'aime son journal, j'ai du mal à supporter l'idée que viennent ici des gens qui ne seraient pas en totale osmose avec moi, qui ne seraient que cette part obscure de moi même que je combat et que je méprise.

Ca n'a pas de sens, j'en conviens et finalement je me dis que je suis pas aussi vaniteux que cela puisque je me rend compte parfois à quel point ce blog est dérisoire. Il le serait peut être moins s'il était militant, revendicatif, transgressif, luttant pour une considération différente du genre humain...

Abby-Clee.jpgMais non, ce n'est pas moi... Moi je suis seulement un amoureux des femmes aux cheveux courts, des femmes à l'allure chic et glamour, des androgynes filiformes aux coupes de garçon et au regard ombrageux, de toutes celles qui savent que leur chevelure n'est pas un atout en soi, mais le devient selon la manière dont elle est taillée, de ses nuques rasées exposant leur fragilité aux regards ou révélant un plaisir secret, de ces femmes déterminées dans leurs choix, combattantes ordinaires et quotidiennes ou femmes d'exception...

 

Alors l'aventure continue, pour moi et pour celles et ceux qui sont comme moi.

 

Juste pour nous. 

 

 

 

 

 

Photos: Bo Don par Alex Franco - Shalom Harlow par Mario Sorrenti - Abby Clee

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 22 Août 2012

ollivert.jpg

Cela peut commencer de mille façons différentes. Parfois c'est juste un "rafraîchissement", quelques coups de ciseaux pour égaliser une frange ou raccourcir la longueur de quelques centimètres. Et l'on se surprend à aimer la facilité qu'il y a de tailler cette végétation humaine. Et puis comme chaque coup de ciseaux est mesuré, on perçoit le bruit, comme un pas dans la neige ou sur un fin gravier, toujours conclu par le claquement définitif des lames. Combiné au plaisir que l'on a de toucher la matière, souple et soyeuse, on finit par couper, couper encore et il faut quelques fois freiner son ardeur. 

Et puis un jour on fait un grand pas et l'on décide de couper carrément court. Le plaisir est différent, d'autres mains se glissent dans vos cheveux et mais les bruits devenus familiers demeurent. Votre image change, on l'aime et presque chaque fois on voudrait aller encore plus loin. C'est comme une drogue, douce mais sournoise... On découvre la douceur de sa nuque, la caresse y est soudain différente, sexuelle presque. On aime ne plus pouvoir saisir une mèche à cette endroit et puis un jour, c'est si court que les doigts sont picotés par le pelage presque tondu. On a des idées folles, on voudrait encore plus...

Mais la raison nous garde et la folie s'échappe. On en reste là, avec l'envie toujours d'y revenir.

 

Photo: Olga Prevalova

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 21 Août 2012

Akin.jpg

On a beau dire ce qu'on veut, il y a encore des domaines où on a le sentiment d'être un(e) véritable révolutionnaire, sans cocktail Molotov ni barre de fer hein, sans même vouloir embêter personne. Pourtant quand je regarde mon calendrier j'ai des fois l'impression de lire 1912. Alors je m'approche, je mets mes lunettes et la réalité m'apparait enfin, 2012. Ouf! 

Mais ouf! quoi? On est en 2012, au XXI eme siècle et on continuerait à regarder de travers une jeune femme parce qu'elle porte un tatouage ou qu'elle se coupe les cheveux "trop" court. La société se triture le neurone pour savoir si deux personnes de même genre peuvent se marier et tout le monde se prend les pieds dans le tapis... Mais dites moi pas qu'je rêve!

Finalement c'est pas trop dur pour une jolie femme de nos jours d'être une authentique révolutionnaire. Une coupe "bien dégagée derrière les oreilles", un costume bon chic, avec pochette assortie et une copine à prendre par le cou. Et hop! roulez jeunesse, No pasaran, libertad o muerte, got mitt uns, ah ça ira, ça ira ça ira et tutti quanti...

Non mais on rigole, on a tellement de mal à se défaire des genres, des catégories, des petites cases où l'on peut ranger les uns et les autres, des religions qui mettent de l'huile sur le feu tant qu'elles peuvent pour pouvoir récupérer les rescapés et des politiciens qui au lieu d'oeuvrer pour la chose publique ne songent qu'à contenter leurs électeurs, qu'on finit par oublier l'essentiel...

Ephémère ( Heptogenia Lateralis ) durée de vie: quelques heures

Mouche femelle (Musca domestica ) durée de vie: 15 jours

Humain ( Homo stupidus ) durée de vie: 80 ans

Tortue ( Testudines ) durée de vie: 150 ans

Cyprès ( Taxidium distichum ) durée de vie: 6000 ans

En somme, tout est relatif et faudrait voir à pas oublier que demain, il sera peut être trop tard...

 

Photo: Akin Konizi

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 19 Août 2012

Miley.jpg

C'est pas la première fois que je le dis. Des fois, mes contemporains me désespèrent. Au hasard de mes lectures quotidiennes faites de magazines peoples et de fanzines, je découvre un gros titre qui me glace d'effroi: " Miley Cyrus pète les plombs et se rase la tête". La stupeur passée, je pousse un gros soupir en me disant qu'on m'a déjà fait le coup avec Britney Spears. Quant à Miley Cyrus, j'en étais resté à Hannah Montana alors forcément je suis un peu étonné de découvrir une jeune femme plutôt mignonne et souriante sous sa blondeur.

Mais du coup mon agacement va direct sur les rédacteurs de ces magazines ( j'ose pas dire journaliste j'aurais l'impression de faire du tort à quelqu'un ) qui pour ajouter du sensationnel à l'événement en rajoutent des tonnes et surtout parlent d'une simple coupe de cheveux comme si la belle en était irrémédiablement défigurée.

C'est pas pour faire mon chieur et prendre toujours le contre-pied dans ce genre de non-événement, mais je trouve moi, bien au contraire, que mademoiselle Cyrus gagne sur tous les tableaux en osant tailler ses cheveux si courts. Dans mon esprit je me dis d'un coup: "Tiens, finalement cette jeune femme a un cerveau. elle n'est pas seulement la petite fille surexposée, vedette de série, chanteuse et actrice prodige comme les américains savent faire souvent. Elle aurait pu devenir Paris Hilton, juste à gérer son image de minette sans neurone. Au lieu de ça elle renverse la table, brise le miroir et se montre pleine de détermination et de courage, telle qu'elle même.

Bon, on est content pour elle. Enfin tout ça pour dire que sous prétexte qu'on est connue, ou pas,  on aurait plus le droit d'être soi même, on ne s'appartiendrait plus, pour satisfaire un entourage habitué à nous voir de telle ou telle manière?

Non des fois, j'vous jure, ça m'tue!

 

Photo: Instagram Miley Cyrus

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 16 Août 2012

Bon je dis tout! Il m'arrive régulièrement m'adonner à certaines tâches ménagères chez moi. En général cela se passe le dimanche matin, pendant que ma voisine est à la messe pour veiller au salut de mon âme. En même temps cela lui évite le risque de découvrir cette facette de ma personnalité qui pourrait bouleverser ses convictions et remettre en cause dans son esprit mon statut de mâle.

coiff.JPGEt pourquoi je raconte ça? Eh bien parce qu'en maniant le plumeau je me suis surpris à penser que parfois ça ne nous ferait pas de mal de chasser la poussière aussi dans nos esprits. Un peu comme ce petit meuble sur lequel je me contentais de passer un chiffons et dont j'admirais la patine à ce moment là, mais que je finissais par ne plus voir vraiment... Jusqu'au jour où faute de chiffons j'ai pris une éponge qui devait être encore imprégnée de produit ménager. Et surprise! Le petit meuble, que je croyais depuis toujours et pour toujours d'une couleur incertaine, acquise avec le temps et la routine, me révélait une couleur bien plus claire, chaleureuse et boisée. Et d'un coup je me retrouvais avec un nouveau meuble dans mon intérieur. Et ce meuble depuis je n'arrête pas de le regarder, tellement il me semble intéressant, beau et assorti à ma décoration...

Je crois que c'est un peu pareil pour nous. A force de nous habituer à un style vestimentaire, une coiffure, on finit pas devenir invisible peut être? A force d'être sûr de tout, on finit par ne plus rien remettre en question. Trop de convictions parfois finissent par nous rendre aveugle...

Comme quoi, le ménage des fois, ça a du bon!

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 15 Août 2012

Above-the-Narrows-Andrew-Wyeth.jpg

Au premier coup d'oeil j'ai envie de penser à une grande fille aux cheveux blonds foncés, coupés à la façon de Jean Seberg dans "Bonjour tristesse". D'ailleurs c'est l'idée générale, en voyant cette oeuvre j'ai tout de suite pensé à ce film. Moins de soleil, plus de verdure, peut être, mais peu importe.

Après, je sais bien que l'idée ne résiste pas à un examen plus approfondi, les mains, les pieds, quelque chose dans la découpe de ce visage, l'arcade... 

Alors en se penchant un peu plus sur l'artiste, j'apprend qu'il a peint son fils Nicky sur les bords de je ne sais quelle rivière du Maine... et ça me fait sourire. Parce que définitivement pour moi ce tableau représentera une fille androgyne, grande et mince comme le sont les mannequins d'aujourd'hui, avec un short en jean et une chemise d'homme, les cheveux taillés courts et laissés tels qu'ils sortiraient d'une nuit de sommeil...

Et Andrew Wyeth aurait eu beau faire, s'il avait pu, pour me convaincre qu'il s'agissait bien de son fils, je l'aurai cru sans doute, mais revenu au tableau j'aurai retrouvé cette image féminine, peut être, en tout cas dont l'ambiguïté du genre me fait penser à une fille. Et cette fille je voudrais croire qu'elle est comme Cécile, l'héroïne de Sagan, découvrant cette infinie tristesse. Et cela n'enlève rien au talent du peintre, au contraire, je l'admire de m'avoir fait rêver. Hein Andy? Don't worry! 

 

Toile: Andrew Wyeth - Above the narrows - 1960

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Août 2012

Linda-Evangelista.jpgIl y a toujours des hauts et des bas... Des jours avec et des jours sans.. Des jours pleins de rencontres enrichissantes et d'autres envahis par d'obscures anoymes qui préfèrent rester caché(e)s même s'il faut pour ça bafouer la plus simple des politesses.

Et puis, partant de là, la loi de Murphy s'applique et subitement plus rien ne va. Et c'est bien connu, la Vie, ça va, ça vient et quand ça vient, ça va!... mais quand ça vient pas?

Bref! Pour un lundi, des fois, on peut rêver mieux. Manquait plus que la boulangère pour me sortir encore des énormités sur les genres ou la dernière émission vue, pour lui apprendre à élever ses enfants. Et les filles ça doit être comme ça et les garçons comme ci. Chaussettes bleues et pyjama rose... Y en a marre!

Je vais de ce pas acheter une panoplie de Batman pour ma fille. Je suis sûr que ça va l'éclater de jouer au Super Héros. Et si ça lui donne assez d'assurance pour plus tard jouer une mi-temps dans chaque camp, eh bien ce sera toujours ça de gagné!

 

Photo: Linda Evangelista- pub Kenar

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 7 Août 2012

celine-dumerc-la-premiere-lame-pour-arracher-la-prolongatio.jpg

Je crois que peu importe le résultat, les nations et la discipline. Durant cette grande célébration planétaire de l'esprit sportif, du jeu sans contrepartie et du dépassement de soi, j'ai choisi mes héroïnes.

Pourtant, si on regarde d'un peu trop près, on finit par voir bien des symptômes de ce qui pourrit la nature humaine partout dans le monde et là comme ailleurs, les tricheurs et les truqueurs tentent bien de tirer un peu de profit... Qu'importe! Certains exploits suffisent à nous faire croire à la noblesse du geste et à la souveraineté d'un esprit sain dans un corps sain.

Rien n'est joué encore, mais définitivement mes médailles d'or vont à Céline Dumerc ( photo ) et à Megan Rapinoe. Amusant, parce que ces deux athlètes jouent au milieu d'une équipe. Sans elle, elle ne sont rien...Mais l'inverse est presque vrai. 

Ce n'est pas parce qu'elles sont blondes et jolies, ni même parce qu'elles ont les cheveux courts ( hum hum ) mais parce qu'en les voyant évoluer dans leur jeu ( basket et football ) je discerne le caractère et l'enthousiasme qui les animent. Une sorte de joie de vivre qui les fait rayonner naturellement, mêlée à une maîtrise de leur sport et à une combativité qui inspire le respect.

A cette heure personne ne peut dire si leur équipe atteindra le nirvana. Mais c'est sans importance. Elles deux auront suffit à me faire battre le coeur.

Et même si d'aventure l'or ne vient pas se pendre à leur cou, je crois qu'elles ont déjà gagné le sommet de mon Olympe...

 

Photo: AFP

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 6 Août 2012

Sinead-o-connor.jpg

On ignore parfois à qui l'on doit certains de nos petits bonheurs. Il y a des clichés qui sont tellement imprimés en moi que j'ai quelques fois le sentiment qu'ils ont toujours existés. Je sais, c'est pas très malin...

Prises individuellement, ces photos bien sûr sont toutes remarquables, techniquement, esthétiquement et on a pas de mal à admettre que Herb Ritts fait partie des plus grands dans son art. Mais le plus stupéfiant c'est quand on parcours son catalogue et qu'on se rend compte à quel point ses images sont connues.

Drew-Barrymore-.jpg

Mais il y a un petit quelque chose en plus qui moi me parle davantage quand je feuillette un de ses albums... C'est que la plupart de ses portraits de femmes montrent des femmes aux cheveux courts. Un peu comme en lisant Hemingway je me suis rendu compte de sa fascination pour le mélange de genre, en regardant Herb Ritts je me dis que cet homme là, lui aussi, était un amoureux des femmes aux cheveux courts, peut être autant que des hommes...

madonna-Herb-Ritts.jpg

 

Photos: Herb Ritts

De haut en bas: Sinead O'Connor, Drew Barrymore, Madonna

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 5 Août 2012

2012-08-02_162525.jpgPour un dimanche matin je trouve que ça tombe bien! Et puis un peu de latin c'est tout de même plus classe qu'une bordée de jurons, qui est, je l'avoue, l'idée première qui m'est venue en lisant les conclusions de monsieur Guéguen dont le cv paraît des plus honorable par ailleurs. Donc, pour la faire courte, ce docteur en psychologie, s'appuyant sur une étude de 2001 menée par des gens que j'imagine animés par les plus hautes qualités scientifiques, nous révèle que, outre qu'ils serviraient de "prédicteurs" de la santé et de la jeunesse, les cheveux longs seraient un indicateur du "potentiel reproducteur" de la femme. Mais oui mais oui...

Bon, dit comme ça, j'avoue, ça a tout du rapport scientifique. On pourrait même facilement parler de femelle plutot que de femme, pourquoi pas? N'empêche! Les chiffres sont là : une femme en bonne santé, jeune et cherchant à séduire A FORCEMENT les cheveux longs. Roulez jeunesse!

N'allez surtout pas croire que je cherche à contester ou à remettre en cause la bonne foi scientifique. Ce serait absurde et hors de mes moyens. Mais je trouve dommage que la Science elle même soit là pour nous replonger la tête dans le seau et maintenir en place des préjugés et des comportements d'un autre âge. Certes, les laborantins se contentent de collecter les données et d'en tirer des conclusions. La faute viendrait donc des femmes elles mêmes qui se complaisent dans ces schémas...? Comment ne le feraient-elles pas en lisant de tels rapports? Ce serpent là n'a pas finit de se mordre la queue.

 

Photo: Catherine Middleton, donc jeune -ok- en pleine santé -ok- et arborant un indicateur de potentiel reproducteur maximum!

Article de N. Guéguen

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0