humeurs

Publié le 23 Octobre 2012

MC.jpgJe me demande si c'est moi et ma façon de voir ce genre de choses toujours à travers le prisme qui m'est si particulier, mais j'ai tout de même bien le sentiment que les choses ont changées.

Au siècle dernier ( j'adore dire ça ) donc dans ma jeunesse, les jeunes femmes qui avaient les cheveux courts, souvent les faisaient couper d'une manière qui était parfaitement identifiée. C'était une coupe "à la garçonne", terme générique et même si c'était parfois très court ça restait dans un style qui tentait de ne pas être confondu avec une coupe masculine. Le style Jean Seberg ou Mia Farrow, avec des rondeurs, des boucles et un peu "d'épaisseur", rien de vraiment "tranché net" à part quelques exceptions...

Et puis, petit à petit une certaine audace a saisi les plus jeunes, des barrières sont tombées et les filles se sont emparées d'un style qui jusque là pouvait être qualifié de très masculin. Et ça passe!

Parce qu'à bien y regarder tout de même, côtés et nuque bien rasés, plus long dessus et mèche sur les yeux, c'est exactement le style qu'avait mon père lorsqu'il était garçon de ferme dans le Wisconsin en 1929. Pas mal! Et même si toutes ne vont pas jusque là, cette tendance à vouloir absolument "goûter" à la tondeuse, sur un côté, ou derrière, sous des cheveux qui restent longs, ça dénote tout de même une certaine conquête sur le monde masculin, démontrant que rien, en tout cas de moins en moins, ne lui est réservé. Même dans ce domaine.

 

 

Photo: Miley Cyrus

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 18 Octobre 2012

goodbye-emmanuelle-04-g.jpgMélodie d'amour chantait le cœur d'Emmanuelle

Qui bat cœur à corps perdu
Mélodie d'amour chantait le corps d'Emmanuelle
Qui vit corps à cœur déçu

Tu es encore
Presque une enfant
Tu n'as connu
Qu'un seul amant
Mais à vingt ans
Pour rester sage
L'amour étant
Trop long voyage

Mélodie d'amour chantait le cœur d'Emmanuelle
Qui bat cœur à corps perdu
Mélodie d'amour chantait le corps d'Emmanuelle
Qui vit corps à cœur déçu

people-emmanuelle-par-sylvia-kristel-2521034L'amour à cœur
Tu l'as rêvé
L'amour à corps
Tu l'as trouvé
Tu es en somme
Devant les hommes
Comme un soupir
Sur leur désire

Tu es si belle
Emmanuelle
Cherche le cœur
Trouve les pleurs
Cherche toujours
Cherche plus loin
Viendra l'amour
Sur ton chemin

Mélodie d'amour chantait le cœur d'Emmanuelle
Qui bat cœur à corps perdu
Mélodie d'amour chantait le corps d'Emmanuelle
Qui vit corps à cœur déçu

 

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 17 Octobre 2012

Lynch-et-Rosselini-par-Newton.jpg

Depuis le temps... Peut être que c'est juste une question de sevrage. Peut être qu'il faut juste que je me déshabitue, doucement... Que j'arrête pour un temps de voir les femmes aux cheveux courts comme des icônes, de considérer certaines d'entre elles comme des déesses ou des anges, de voir dans leur allure la quintessence de la féminité.. Parce que bon, c'est un peu du parti pris tout de même.. Pourtant les seules exceptions que je parviens à trouver ne semblent là, comme aurait dit Bescherelle, que pour confirmer la règle.

Donc de temps en temps, je tente. J'élargi mon écran, je néglige mon "radar" naturel, celui qui attire mon regard immanquablement vers les petites têtes légères et les nuques dégagées, en un mot je m'intéresse... Mais au bout de quelques jours, ce n'est pas un goût nouveau que je vois naître, c'est carrément le goût lui même qui disparaît. Et je pourrais alors dériver lentement, à l'ombre de moi même et qui sait, finir asexuel dans une cabane au fin fond du monde connu...

Par chance je suis faible et il suffit d'un rien, une image, un regard, une scène aperçue, même de loin, pour que mon goût revienne, pour que je trouve de la sensualité dans cette main de David Lynch "glissant" vers la nuque de son Isabella qui chercherait presque à lui barrer le chemin, un instant, en cambrant l'encolure, le temps de savourer cette caresse...

Et je n'y peux rien, mais dans cette image, que chacun peut interpréter à son gré, je ne vois que le désir de cet homme pour une femme absolument sûre de sa féminité qui sait que ce geste, presque banal et habituel, n'aurait pas eu la même puissance, la même intensité, si elle n'avait pas eu les cheveux courts...

 

Photo: D.Lynch et I.Rosselini par H.Newton

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Octobre 2012

Bre Shanks 4

Je n'avais pas le sentiment en créant ce blog, simple instrument de mon plaisir personnel, d'endosser une quelconque responsabilité. Il s'agissait juste d'une sorte de "coming out", une libération de mon esprit, une fanfaronnade pour dire que j'en avais marre, moi, de ces modèles féminins, standards hypersexualisés et légèrement décervelés que montrent les shows télévisés. J'avais juste envie de dire, à ma façon, tout ce qu'il y avait de beau, sensuel et authentique dans une féminité "lue" différemment...

Pas question non plus d'un militantisme quelque qu'il soit, je ne porte le drapeau de personne. Cependant, après ces quelques années un constat se fait: les femmes aux cheveux courts, les vraies, se reconnaissent ici, certains hommes qui partagent ma vision des choses, s'y retrouvent et puis surtout, les jeunes femmes, cernées par des modèles féminins auxquels elles ont du mal à s'identifier, découvrent, peut être et je le dis en toute humilité, une vraie alternative, le sentiment que leur goût n'est pas totalement à contre courant et qu'il y a un salut possible lorsqu'on décide d'être soi même et de s'affranchir des standards bimbolo-pamelandersonnien.

Alors tant mieux si mes divagations intellectuelles trouvent un reflet dans l'esprit des autres, rassurent certaines et encouragent d'autres, ou simplement contentent celles et ceux qui partagent mes idées.

 

Photo: Bre Shanks par Trevor Warren

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 5 Octobre 2012

Cath Dumont L

J'ai toujours pensé que, tout comme la féminité ou la virilité, l'androgynie est un état intrinsèque, un comportement qui n'est qu'accentué par l'apparence qu'on se donne. Ainsi, c'est ma conviction, une femme très féminine le sera éternellement, même avec les cheveux courts ou des vêtements d'homme. Et ce faisant elle s'approchera de l'androgyne, par cette allure mélant la grâce et la rudesse... L'espace d'un instant. Et quelle délicieuse sensation de se glisser ainsi dans la peau d'un genre qu'on a pas... Peut être.

Pour l'androgyne, mon être parfait, cette sensation n'existe pas, elle n'est pas faite d'artifices, de vêtements ou d'accessoires car ces genres sont en elle/lui et il/elle peut à loisir être, selon l'humeur ou la détermination, l'image du jeune River Phoenix aux cheveux longs ou de la jeune Sinead O'Connor au cheveux ras, ou comme il lui plaira. 

Hélas ce super pouvoir effraie les mortels qui ne savent pas qui, de l'une ou de l'un elle/il est fait(e)... Il se pourrait donc que je sois, mon orgueil en souffre, au dessus des simples humains, moi qui vénère ces esprits libres au corps d'ange.

Ainsi bel(le) androgyne, il te faut rassurer ou te contenter de celles et ceux qui ne craignent pas les êtres prodigieux...

 

 

 

Photo: Catherine Dumont Lévesque

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 29 Septembre 2012

LM-par-Pauline-Darley.jpgJ'en connais qui, à la seule évocation de ce style ont le poil qui se hérisse sur les avant bras et un début de nausée... Pourtant s'il y a un style incontournable, indémodable, classique, basique, décliné sur des dizaines de modes, c'est bien la coupe au carré.

Cependant dans tous ces qualificatifs il y a "basique". Entendez par là que le moyen le plus sûr d'avoir les cheveux courts c'est bien de prendre une paire de ciseaux et de couper, tout droit, là juste sous l'oreille... Et hop! Coupe au carré. Vraiment à la portée de tout le monde. C'est peut être pour ça d'ailleurs que cela laisse un mauvais souvenir dans l'esprit de quelques unes...

dessange-alice-taglioni-coupe-au-carré-serge-arnalC'est sans doute aussi pourquoi je lui trouve quelque chose de l'adolescence. Une sorte de transition, de passage obligé, mais pas toujours consenti, pour la fille dont on a marre de démêler les longs cheveux matin et soir. Et re-hop! Trois coups de ciseaux, une frange mal taillée et roulez jeunesse...

Pourtant, passé ce stade, les différentes déclinaisons offrent une sophistication, des allures très variées et révèlent des caractères bien différents. Cela peut être très graphique et stricte à la façon de Louise Brooks ou plus glamour et vaporeux, la nuque dévoilée, ou pas, lisse ou non... 

Bref! Même si pour certaines ( suivez mon regard ) ça reste une coupe "pas finie", il faut bien reconnaitre que, à condition de ne pas la négliger, cela reste une jolie tendance pour femmes aux cheveux courts.

 

Photos: Liza Manilli pour la coupe d'ado ( naaan j'déconne )

et Alice Taglioni pour le glamour par Dessange

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 28 Septembre 2012

Liza-Minelli.jpg

On a beau dire, on a beau faire.... Il y a tout de même des constats à faire. Dans le monde du spectacle elles sont finalement peu nombreuses les pures et dures, les acharnées, celles qui jamais ne dérogent. Les icones aux cheveux courts. Il y en a, je ne vais pas faire la liste, même si cela ne me prendrait pas beaucoup de temps ni de place. Toutes mériteraient donc le titre. Il y en a pourtant une, peut être un peu plus loin de nous mais pour qui j'éprouve de la tendresse en voyant cette photo. Liza Minelli ne pouvait pas ne pas être une bête de spectacle. Les chiens ne font pas des chats. Difficile pourtant d'y arriver quand on a encore l'image de sa mère, icone des icones, chantant Over the rainbow. Mais c'est pas le sujet... Il faut croire, en voyant cette photo que depuis l'âge de 16 ans elle a définitivement adopté cette coupe de cheveux qui à travers les films et les spectacles sera toujours l'empreinte de sa silhouette. C'était sans doute le vent de l'époque, cette fin des années 60... Jean Seberg, Mia Farrow... Les cheveux très courts étaient dans la tendance. Mais pour Liza ce sera pour la vie. Et j'aimerai bien finalement que ce soit cette image là qui reste. Pour toujours.

 

Photo: Young Liza - auteur inconnu

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 24 Septembre 2012

GraceAdams.jpg

En lisant le message récent d'une amie cette idée m'est revenue en tête. C'est vrai, un peu obsédé par les cheveux courts, les jolies nuques et les oreilles dégagées, j'en oublie parfois que j'aime aussi la matière, la brillance, la souplesse, la douceur d'une belle chevelure entretenue. Parce qu'en fait l'essentiel c'est bien d'avoir du style et d'être un minimum sophistiqué. J'ai du le dire déjà, mais il n'y a vraiment que l'idée d'une tignasse choucroutée façon Armande Altaï qui me mette le coeur au bord des lèvres. Pour le reste je veux bien admettre que les cheveux courts ne vont pas à tout le monde et certaines ont raison de les garder longs. Tout est question de mesure...

Ce qui m'est revenu à l'esprit en lisant le mail de cette amie, c'est qu'il y a une chose que je ne pourrais sans doute jamais exprimer, ne l'ayant jamais ressentie. Et j'avoue que j'en éprouve une certaine frustration. Mais en le voyant parfois je tente d'imaginer à quel point cela doit être agréable, délicat, sensuel et presque excitant de sentir la masse souple et soyeuse de ses cheveux balayer le haut de ses épaules ou le creux de ses omoplates... Bien sûr pour cela j'imagine une matière épaisse et lissée, aux pointes parfaitement taillées. Quelques frisottis vaporeux ne feraient pas du tout l'affaire, non plus que de grosses boucles cartonnées par un quelconque produit chim... euh cosmétique.

Et voyant cette matière glisser au rythme des mouvements du corps, monter et descendre en suivant l'inclinaison de la tête, être soulevée par une main lascive et retomber avec souplesse pour reprendre exactment la même place tout en caressant la peau nue des épaules ou de la nuque... J'avoue que cela m'émeut...

 

Photo: Grace Adams

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 22 Septembre 2012

Sinead.jpg

Soyons honnête, il ne faut pas s'imaginer que cela est à la portée de tout le monde, non. Et pourtant cela fait partie des fantasmes les plus courants. Si si! Pour un très grand nombre c'est comme une lubie, une envie qui traverse l'esprit, une chose qu'on aimerait faire mais que, bien sûr, on ne fera jamais. Et je dis, c'est normal, puisque c'est un fantasme...

Et puis il y a aussi le poids du tabou, religieux, sociétal, historique... Comment s'en affranchir? Alors autant que cela reste une douce folie dans nos pensées.

Oui, pourquoi pas... Pourtant, même si cela n'est pas à la portée de tout le monde, certaines tentent le coup, avec plus ou moins de succès, il faut l'avouer. Ca ne va pas à tout le monde. Je crois que la première fut Sinead O'Connor. Enfin la première image d'une jolie femme tondue. Et finalement c'était beaucoup parce que le personnage médiatisé, même s'il véhiculait un esprit de révolte, une volonté de transgression et de provocation, apportait une vision élégante, voir glamour sur certains clichés...

Bien sûr il y a toujours des "j'aime" et des "j'aime pas", ça, les goûts et les couleurs... Mais même si l'on en parle pas ( et pourquoi on en parle pas? ), l'idée, la douce folie, le fantasme existe bien, attisé de temps en temps par une autre célébrité qui révèle après l'avoir fait l'extraordinaire plaisir rencontré, le sentiment de liberté totale, la fantastique découverte de soi même... Alors on se prend à rêver, à nouveau... 

 

Modèle: Sinead O'Connor

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Septembre 2012

Gilbert-Francois.jpg

Voilà bien un titre qui pourrait induire en erreur un lecteur distrait ou une lectrice inattentive... Mais uniquement celles et ceux qui:

1/ ne fréquentent ce blog que tout à fait occasionnellement

2/ ne s'intéressent qu'aux images

Parce que les autres savent bien que depuis toujours je m'évertue à louer l'androgyne non pas comme un style, mais comme un être, étrange et parfait, idéal et mystérieux qui souvent cultive une image qui contre-balance son genre.

En y ajoutant un point d'interrogation, les choses seraient plus précises. Est ce qu'il y a un style androgyne? Mon opinion est : Non!

Ce serait un peu comme la féminité ou la virilité, à l'intérieur de soi même, une façon d'être. Comme une personne féminine le demeure tout autant même avec les cheveux courts, l'androgyne l'est aussi quelque soit son vêtement ou la longueur de ses cheveux... Pourtant on arrive souvent à confondre ou à utiliser des mots de manière inappropriées. J'imagine pour ma part que l'androgyne est cet être qui conjugue parfaitement son masculin comme son féminin et parvient à laisser s'exprimer aussi facilement l'un et l'autre en lui même. L'orientation sexuelle n'a rien à voir avec ça, même si souvent il en découle une certaine difficulté à trouver sa place. Mais qu'on ne me fasse pas dire qu'une lesbienne "masculine" est androgyne, ni qu'une femme aux cheveux courts est une "garçonne". Un chat est un chat!

 

Photo: Gilbert François

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0