humeurs

Publié le 26 Novembre 2012

Autant j'aime ma mélancolie, cette espèce de tristesse chronique qui m'entraine parfois dans des écrits un peu mélo, autant le lundi matin, je ne suis pas contre un petit coup de Whitney Houston qui cherche quelqu'un pour danser. Le tout parmi de jolis visages, souriants, enthousiastes, vainqueurs, séducteurs, attendris,... irrésistibles...

Alors, plein écran, le son à fond et c'est parti pour 4 minutes 50 d'élan!

222564_510852365591968_1161451191_n.png

lorena-nosic-kratka-kosa-i-zarazan-osmijeh-njen-su-potpis-9.jpg

Olivia-T.jpg

dessange-alice-taglioni-coupe-au-carré-serge-arnal

Diana Shishkova

397269 224461337681485 1473934557 n

Mia-Wasikowska

Alex Morgan of USA is congratulated by Megan Rapinoe after

Emma-W.jpg

Carey-Mulligan-Elle-2

Freja.jpg

Avec: Stéfania Kightley, Loréna Nosic, Olivia Thirlby, Alice Taglioni, Diana Shishkova, Courtney McCullough, Mia Wasiskowska, Megan Rapinoe, Emma Watson, Carey Mulligan et Freja Beha Erichsen

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 22 Novembre 2012

Camilla-Collar2.jpg

En principe, je serais plutôt un garçon classique, si cet adjectif peut être le contraire d'excentrique. J'aime les textures et les couleurs naturelles, les matières solides et confortables, le vintage plutôt que l'éphémère de la mode. Pourtant si d'aventure je suis pris à partie dans un débat de mes commères du quartier, j'arrive facilement à prendre fait et cause pour l'objet de leur discussion...

Comme cette fois où sur le passage d'une jolie jeune femme aux cheveux très courts et à la mèche colorée, mon épicière marmonnait dans l'oreille de la cliente qui me précédait à la caisse, que de nos jours ma pauv'dame elles savent plus quoi inventer pour se faire remarquer...

Comme d'habitude je tente de rester hors de l'échange de coups, mais là, la promiscuité du tapis roulant invite toujours la marchande de soupe à me prendre à témoin, même si elle ne peut pas se vanter d'avoir eu un jour un avis de ma part qui abondait dans le sens de ses théories.

Et là en l'occurrence, je trouvais une vraie fraîcheur, même une certaine harmonie à cette blondeur mélangée de rose et de brun. Et puis la coupe était audacieuse et assumée de belle manière. Alors évidemment je me suis, encore, attiré les foudres des deux ménagères aux regards noirs, même si je n'ai pas usé de l'argument qu'elles mêmes arboraient sans vergogne une sorte de bleu électrique avec leur permanente qui peut être pouvait choquer la fille aux cheveux roses...

 

Photo: Cammila Collar par MC

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Novembre 2012

alfons_mucha_job.jpg

La nature humaine est ainsi faite qu'on cherche souvent à convaincre les autres de la justesse de nos idées et de l'assurance de notre jugement. A tel point que parfois on fini par être trop exclusif, à n'admettre que notre point de vue et la compagnie de celles et ceux qui le partagent. 

Partant de ce constat, moi qui réfléchi plus que raisonnablement, je me demande finalement si à force de parler des femmes aux cheveux courts, de les vanter, de rendre hommage à leur audace, leur tempérament, leur authenticité, toussa toussa... je n'en viens pas à être un peu ayatollesque dans mes propos. 

C'est ce que m'a inspiré un récent échange de commentaires où, en plus de l'incompréhension inhérente à la forme du dialogue, se sont télescopées deux humeurs visiblement différentes.

Résumé des faits: Pauline ( Pooline's world ) commente l'article Certain(e)s l'aiment (ma)cho ( oui je sais ça date pas d'hier, mais bon, c'est sympa de revenir sur des vieilleries ) et soutient, non sans bon sens que souvent les femmes ont peur et elle énonce les raisons de ces peurs, le tout allant dans le sens de mon propos. 

Puis s'ouvre un nouveau paragraphe sur "l'éternel féminin" dont la référence pourrait être la femme telle que Alfons Mucha la peint dans son oeuvre, symbole de l'Art Nouveau. Et donc Pauline avoue sa fascination pour ces chevelures ondulées et tentaculaires, qui battent les reins de ces femmes "normales", comprenez non androgynes.

Sans avouer un seul instant que moi aussi j'apprécie beaucoup l'oeuvre de Mucha, je réponds comme d'habitude de façon un peu brutale et provocante, que le stéréotype de la femme, femelle fertile et nourricière, aux hanches larges, aux seins généreux et à la chevelure abondante est une image véhiculée depuis l'aube de l'Humanité par l'homme et les religions, à leur seuls profit: un concept quoi.

Et là... c'est le drame!

Pauline défend son idée, m'accusant de despote capillaire, qui ne supporterait que les femmes androgynes au corps musclé et aux cheveux courts, voulant imposer ma vision de la femme, celle qui me plaît, sans partage, occultant la réalité physiologique du genre féminin " construit" pour enfanter ( gros seins, hanches larges ) 

Bon, moi je le prend à la rigolade, de toute façon j'aime bien bavarder. Mais qu'on m'accuse de dictateur simplement parce que je profite de Mon blog pour exprimer Mes goûts... ça me dérange. Mais quand même, finalement je me demande si Pauline n'a pas raison... peut être bien que je deviens intolérant, extrémiste, terroriste avec mon image d'être idéal aux petits seins, aux hanches droites et à la nuque bien dégagée? 

M'enfin, je n'ai jamais pour autant dit du mal des femmes qui n'entraient pas dans ce schéma ( à part Pamela Anderson ) et quant à dire que certaines femmes aux hanches larges et aux seins "normaux" sont des femmes de caractère malgré leurs cheveux longs, je veux bien le croire, les références ne manquent pas, mais je n'ai jamais dit non plus que j'aimais les femmes de caractère... hein? On saisit la nuance?

Epilogue: J'aime bien Pauline. Une femme aux cheveux courts "normale" qui de temps en temps part un peu dans les tours quand il lui semble que son combat est juste. Comment la blâmer. Quant à moi, ben comme d'hab' je vais tenter d'enfoncer les portes ouvertes et le clou pour chasser les clichés, les idées reçues, les stéréotypes qui collent quand même un peu trop aux basques des femmes aux cheveux courts, même si je n'en suis pas une ( merci de me le rappeler ) mais surtout continuer de dire qu'il existe en ce bas monde un homme qui aime les femmes aux cheveux courts, blondes, brunes, rousses, grises, blanches, noires, jaunes, rouges et même tout mélangé, petites, grandes, rondes ou fines. L'essentiel c'est qu'elles soient elles mêmes.

 

Affiche: Alfons Mucha

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 13 Novembre 2012

Quoi de plus naturel pour un fabricant de bagages que de faire une publicité qui incite au voyage, hein, j'vous d'mande un peu?
Mais peu importe, bien sûr ce n'est pas la marque qui m'intéresse, mais la délicieuse Arizona Muse, parfaite dans le glamour et le chic de ce rôle énigmatique. Elle semble à son apogée, même si je la connais depuis longtemps et je ne crains pas, dans ce style, de la comparer à Lauren Bacall, sa silhouette, sa moue, son regard... Il y a quelque chose du garçon manqué, malgré la sophistication, tout comme "Slim" dans "Le port de l'angoisse"

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Novembre 2012

Muffazin.jpg

 

Il y a comme ça des matins où, en ouvrant mes volets, je découvre des images qui m'enchantent. Et à vrai dire je devrais me demander pourquoi. Ces photos, qui visiblement sont une illustration du savoir faire du styliste vedette d'un salon de coiffure de Vancouver, n'ont rien de très glamour ou même artistique. Ca tiendrait davantage de l'anthropométrie...

Ben pourtant la vision de cette jolie jeune femme me rempli d'allégresse de bon matin. Elle même, parce que ses traits me plaisent et cette coupe de cheveux que certain(e)s vont juger "trop" courte, "trop" masculine, "trop" sévère, eh bien moi je la trouve parfaite et terriblement sexy! D'abord parce que c'est du beau travail, un minutieux fondu dans le dégradé et puis justement parce que c'est très "masculin" et moi une jolie femme qui s'approprie le masculin de cette façon j'adore ça.

Pourtant je n'y vois aucune ambiguité, moi qui aime bien ça, parce que cette femme possède une féminité naturelle qui n'appelle pas le doute sur son genre et cette façon d'appuyer le trait sur son masculin en coupant ainsi ses cheveux me fait imaginer un caractère, un vrai. 

Et ça... J'adore!

 

 

 

Muffazin3.jpg      Muffazin2

 

Réalisation: Aaron Brousseau

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 8 Novembre 2012

Militaire-copie-1.jpg

Oui bon j'avoue, cette fille n'est pas vraiment militaire, malgré sa combinaison de tankiste, ses dogtags pendus au cou et ses cheveux courts. C'est juste pour la photo... Bon mais quoi? Ca pourrait tout aussi bien non? Ouais enfin presque. Question charisme et belle gueule pas de problème, question fringues non plus. Mais question coupe de cheveux c'est pas encore tellement ça, en vrai.

La réalité c'est que l'institution n'est pas très favorable à l'idée d'avoir dans ses rangs des femmes qui se prendraient pour des hommes. Alors bien sur on fait dans le subtil ( si si ), c'est pas vraiment interdit, mais c'est pas recommandé. On préfère le petit chignon mignon et le filet qui retient tout ça au dessus du col de la chemise. Réglo!

Et puis d'un autre côté il y a aussi une certaine volonté de la part des intéressées, de jouer avec ce pseudo symbole de féminité que pourrait être les cheveux longs. Au boulot, no problemo et le soir girlie... Bon.

Moi, amoureux invétéré des femmes aux cheveux courts, fasciné un peu par les femmes en uniforme, j'aimerai bien qu'on cesse avec l'hypocrisie, qu'on laisse faire chacune comme il lui plait, sans pression et surtout que là comme ailleurs chacun soit à armes égales... 

 

Modèle: Stefania Kightley

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 1 Novembre 2012

Israel_Rivera-09.jpg

Une silhouette longue et mince, le torse nu, mais de dos personne ne se rend compte. Cela l'amuse, elle. Enfin, cela l'amuserait si elle y prêtait attention, mais c'est naturel chez elle. Tout comme sa façon de s'habiller, quelques fois avec des vêtements d'homme, mais pour elle ce sont juste des vêtements qui lui plaisent, ils n'ont pas de genre... un peu comme elle. Et puis ses cheveux courts, toujours plus courts disent certains, comme si elle le faisait exprès pour troubler les esprits, pour s'amuser de voir les bouches bées au moment de dire bonjour, des interlocuteurs plongés dans un doute qui les fait hésiter entre monsieur ou madame.

Elle est pourtant l'harmonie parfaite entre le Yin et le Yang, comme l'être légendaire et fabuleux de l'Âge d'Or... Mais elle s'en moque, loin de considérer qu'elle est le maillon supplémentaire de l'évolution qui ménera l'humain à vaincre cette schyzophrénie qui le condamne à lutter entre le masculin et le féminin, attisée par l'éducation rigide qui l'oblige selon ce que la biologie lui aura mis entre les jambes, à devenir dominateur et menaçant ou dominée et docile.

Et elle, qui est parvenue à faire la paix avec son masculin et son féminin, c'est bien elle qui est sur la voie de l'harmonie universelle, la voie de l'Androgyne qui abolira la peur de chacun vis à vis de l'autre. Cet obstacle abattu un amour différent, quelque soit sa forme, sera transcendé puisqu'il n'appellera que les âmes à partager le plaisir à travers les corps, mâles ou femelles. Ainsi le genre qui aujourd'hui conditionne tant notre vie ne sera plus qu'un élément biologique quelconque et d'un intérêt mesuré concernant la procréation. L'Amour est autre chose.

 

Photo: Israel Rivera

A lire sur le sujet

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 30 Octobre 2012

Barber-Jean.jpg

Certain(e)s s'imaginent que les cheveux courts c'est une histoire de mode ou de tendance. Chaque saison on feuillette les magazines pour savoir quel va être le courant, le "truc" à avoir pour être vraiment dans le coup. Un peu comme une loterie. Cette année les filles c'est cheveux courts! Aaaaah mince, moi qui voulais les laisser pousser... Bon ben tant pis, j'y vais... bon évidemment ça ne se passe pas tout à fait comme ça mais ça m'amuse de l'imaginer ainsi. D'ailleurs je ne dois pas être très loin de la vérité quand je vois toutes celles qui s'efforcent d'avoir une "undercut" cette tendance qui fait qu'on se rase une parcelle de crâne en conservant les cheveux longs ailleurs, celles qui entre dans un salon pleine d'espoir avec le désir de ressembler le plus possible à la dernière vedette de la mode qui porte si bien les cheveux courts et qui ressortent presque en larmes, commençant le déconmpte des jours qu'il leur faudra pour les avoir longs à nouveau...

Les femmes aux cheveux courts ne sont pas de ce bois là. Elles sont, comme je l'imagine, habituées ou impatientes, chaque mois de retrouver leur coiffeur, celui ou celle qui va redonner de l'allure à leur style, raviver la flamme, exciter leur plaisir d'avoir une image qui colle tellement à leur personnalité, une silhouette qui parle d'elle presque aussi bien qu'avec des mots. 

Rien d'immuable là dedans, non. La seule règle est d'avoir les cheveux courts. Un peu plus, un peu moins, selon les saisons et l'envie. C'est ainsi. 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 27 Octobre 2012

Les vrais bavards l'ignorent, mais souvent les gens "normaux" n'ont rien à dire. Rien à dire parce que rien "d'intéressant" à dire. C'est là l'essenteille différence avec les bavard(e)s qui eux/elles considèrent sans même y penser que ce n'est pas parce qu'on à rien dire qu'il faut se taire. C'est un concept.

Pourtant, même si je n'ai rien à dire "d'intéressant", je sens une irrépressible envie d'écrire ici. Alors forcément ça frôle le bavardage... Et de quoi bavardent les pipelettes, en général... ? Eh bien des gens connus, de la télé, du voisin parce qu'il n'est pas là pour entendre, de la pluie et du beau temps.

Carey-Mulligan-Elle-2.jpgL'autre soir donc j'étais devant ma télé et j'ai vu "Drive". Je l'avais manqué au cinéma, je ne suis pas trop dvd alors si Canal me le propose, je mate. J'ai bien aimé. Le héros charismatique, ange de la vie et de la mort, tendre et aimant côté vie, violent et sans pitié côté mort. Et puis la jolie Carey Mulligan au regard rieur... 

Je me suis dit alors qu'il y avait finalement pas mal d'actrices de cette génération, dans la même veine.

Petit inventaire:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon évidemment Michelle Williams, celle que je confonds toujours avec la précédente, Mia Wasikowska, plus identifiable, Emma Watson, Anne Hattaway.. Enfin bon les listes c'est pas mon truc. Donc je faisais ce petit pensum dans ma tête et même si j'arrivais à une énumération assez conséquente, il me fallait bien constater que je ne pouvais pas toutes les consacrer "Femmes aux cheveux courts" même si, à un moment ou à un autre, elles ont toutes fait preuve de bonne volonté pour y parvenir, en apparence. 

michelle-williams-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et même si toutes, sans exception, on déclaré que c'était une expérience incroyable, terriblement libératrice et excitante, je résume hein, eh bien les contraintes professionnelles, sans doute, les amènent pour la plupart à retrouver rapidement quelques longueurs. Bon. N'empêche! C'est tout de même remarquable toutes ces jeunes et jolies femmes qui à un moment crucial de leur carrière savent saisir le coiffeur qui va changer leur vie...

julianne-moore-mia-wasikowska-all-right-15

Ca nous change un peu des actrices figées dans leur image et qui craignent en la chamboulant de perdre tout charisme. Enfin si ça se tenait à cet endroit là, ça se saurait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si bien que pour finir, mon jugement fut moins catégorique, estimant que cette seule audace d'avoir au moins une fois osé les cheveux courts, rendait toutes ces jolies actrices de ma liste "Femmes aux cheveux courts honoris causa" 

 

Photos de haut en bas: Carey Mulligan, Michelle Williams, Mia Wasikowska

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 25 Octobre 2012

Yasmin-Le-Bon.jpg

Je dois avouer que cette femme là, comme quelques autres, chacune dans leur époque, m'a un peu fasciné. Bien sûr il ne s'agissait que d'une image sur des pages de magazines, mais je ne sais pas pourquoi j'étais impressionné par sa beauté, son visage, son regard... Hélas devais-je considérer à cette époque, Yasmin Le Bon avait les cheveux longs. Une belle chevelure d'ailleurs, épaisse, brillante, entretenue, héritée sans doute des ses origines orientales... Mais en ces années 80 tous les espoirs étaient permis, les mannequins plus que d'autres étaient soumises aux caprices des tendances et cette décénnie n'en a pas manqué. J'espérais donc la voir un jour, tout comme Inès de le Fressange, ou Linda Evangelista, les cheveux courts... Mais non!

Pourtant je lui trouvais quelque chose d'androgyne, dans la carrure, le visage, le regard...

yasmin-le-bon-fullsize-1703884307marie_claire_-_de_-_1993-05-00_-_cover_-_Le_Bon.jpgYasminLeBon-VogueUk8708.jpg

Et puis voilà, le temps passe et même s'il ne semble pas avoir de prise sur madame Duran Duran, il donne malgré tout de la sérénité et une confiance que certaine appellent du fatalisme, se disant qu'après tout elles ont bien gagné le droit d'être un peu elles mêmes, après avoir été l'image des autres. Et les irréductibles des cheveux longs, dont sans doute elle fait partie, finissent un jour ou l'autre par se laisser prendre à la tentation de la liberté...

Quant à moi, je retrouve dans ce portrait " en cheveux courts" l'androgyne que je soupçonnais, dans toute sa beauté et son mystère.

 

Photos: Yasmin Le Bon

Portrait: Alasdair McLellan

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0