humeurs

Publié le 4 Mars 2013

Marianne-Breslauer--Mannequins--Berlijn-1932.jpg

Il semblerait, d'années en années, qu'on en finisse pas de "découvrir" à travers ses photos, le monde de Marianne Breslauer. Marianne Breslauer Lisa von Cramm Berlin 1934Une époque franchement excitante pour les esprits romanesques. Mieux que les autres elle a montré ces "nouvelles femmes" de l'entre-deux guerres, indépendantes ou cherchant farouchement à le devenir, aventurières dans tous les sens du terme, résolument cheveux courts et pantalons.

A.-S.jpg

La plus célèbre fût peut être Annemarie Schwarzenbach, personnage fantasque, à la vie courte et bien remplie et d'autres, moins connues, mais dont les portraits ont fait le tour du monde, les mannequins berlinoises, Ruth von Morgen, Lisa von Cramm...

c2a9-photo-marianne-breslauer-ruth-von-morgen.jpgUne jeunesse un peu dorée, sans doute, mais à qui l'époque troublée donnera une vraie conscience politique, quelques soient leurs voies...

La modernité de ces allures, reflets d'un caractère audacieux, plus qu'on ne peut l'imaginer aujourd'hui, ne me laisse pas indifférent. J'aime ces costumes masculins appropriés, ces nuques et ces oreilles mises à nu, ces attitudes sans complexes... L'élan était prometteur, mais la guerre ruinera tout cela aussi.

Reste le témoignage de Marianne et ces photos de ses amies.

 

 

 

 

 

 

Photo: Marianne Breslauer - De haut en bas: Mannequins Berlin 1934 - Lisa von Cramm - Annemarie Schwarzenbach - Ruth von Morgen

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 24 Février 2013

mcgrath5-copie-1.jpg

Je dois bien l'avouer, lorsque j'ai vu la première fois la jeune chanteuse faire la une des magazines "people" parce qu'elle avait coupé ses cheveux, je me suis dit qu'il ne s'agissait que d'une manoeuvre pour ramener un peu de lumière sur elle et que comme beaucoup, à peine le dernier coup de ciseaux ayant claqué tout le monde n'envisagerait que la repousse...

Or presque un an plus tard, il faut bien admettre que non seulement le coup média fonctionne mais qu'en plus il est entretenu avec grand soin, ce qui semble démontrer un véritable goût affirmé pour ce style... et je ne m'en plains pas. Hannah Montana is dead et ce qui finalement semble être la vraie personnalité de l'actrice apparait enfin.

Mais ce qui me plait véritablement dans tout ça, c'est que le petit ami de la belle, acteur lui aussi, nourrit au sein de Pamela Anderson ( c'est une image hein! ) comme bon nombre d'américains de son âge, aurait pu sans surprendre donner un avis "réservé" sur cette nouvelle coupe de cheveux, pensant carrière, féminité, petite amie, enfin bref, aurait pu pleurnicher en regrettant les longues boucles d'or de sa copine. Et bien il n'en est rien! Au contraire il affirme à qui lui pose la question qu'il adore ça et que même il l'encourage à les couper toujours aussi court. Etonnant non?

Une chance vraiment, parce qu'avec une telle coupe, je crois que son coiffeur a du s'installer à domicile... ( non j'déconne!)

 

Photo: Miley Cyrus

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Février 2013

children-watching-saint-1963.jpg

J'étais tranquillement en train de lire le journal à la terrasse de mon bureau en savourant un cappucino bien mousseux, lorsque mon regard tomba sur un article au titre intrigant: Pop, 6 ans, l'enfant suédois sans sexe

Après avoir lu l'article, j'ai eu un a priori favorable, l'idée de ne pas caser les uns et les autres dans des catégories, ça me séduit toujours... Et puis en y réfléchissant, j'ai tenté d'imaginer le quotidien de cet(te) enfant. Un(e) vrai(e) petit(e) veinard(e). Le/la voilà donc - entre autre - sans aucune contrainte d'apparence, passant librement de la robe au jean et de la queue de cheval à la coupe en brosse en passant par le carré. Dans l'autre sens ça prend un peu plus de temps... 

Et puis en me disant cela, je me rend compte que finalement, cette façon de vivre n'avait sans doute rien d'extraordinaire, vu que des millions de petites filles la pratiquaient et que notre "Little Pop" était élevé ni plus ni moins comme une fille. Parce que, à bien y regarder, dans nos sociétés occidentales, c'est un peu ça non? 

Bon d'accord, c'est cool de ne pas soumettre le boudechou à la pression sexiste et lui faire comprendre dès le plus jeune âge que garçon ou fille c'est pareil... Pareil?

Un petit bémol pourtant. Comme de toute façon nos enfants auront toujours une raison de nous en vouloir, ce n'est peut être pas la peine d'en rajouter. Parce que Pop trouve cela sans doute sympa pour le moment mais quand il va chercher quelques repères dans sa vie d'ado boutonneux/se, ça risque d'être un peu compliqué...

Ou alors c'est la genèse de la troisième voie, celle de l'androgyne, une évolution en somme... Quelques pronoms à inventer encore et quelques mentalités à faire progresser... Voilà qui pourrait faire passer les derniers débats de notre Assemblée Nationale pour un jugement en sorcellerie du Moyen Âge.

lookslike.jpg

 

Photo du haut: Alfred Eisenstaedt

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 19 Février 2013

Davis-Sims.jpg

Tout est question d'appréciation. Pour la majeure partie de mes congénères qui aurait une opinion à donner sur la coiffure de cette jeune femme, le verdict serait : à la limite des cheveux courts. Pour les plus radicaux ce serait même : cheveux trop courts. Et pour certains qui ont un peu perdu le sens de la mesure ce serait: OMG! Mais pourquoi a-t-elle rasé ses cheveux?

Dans l'autre sens je dirais moi qu'elle est à la limite d'avoir les cheveux longs, mais je ne suis pas aussi catégorique et j'aime assez le style de cette matière, lisse et brillante, quand elle prend juste de l'ampleur. Néanmoins c'est un peu l'histoire du verre à moitié plein et du verre à moitié vide. J'ai tout de même le sentiment que ceux ( ou celles? ) qui se plaignent de voir là une coupe de cheveux "extrême" ont une vision négative des choses, envisageant quelque chose de malheureux ou d'irréversible. Alors que mon point de vue serait davantage positif, considérant les choses avec bienveillance en avouant que, bon, elle a les cheveux un peu longs mais malgré tout il y a du style et puis après tout, un simple passage chez le coiffeur peut tout arranger, ce que ne peuvent pas envisager les tenants de la vision inverse... Vous me suivez?

Voilà un bornage difficile. A partir de quelle longueur est ce qu'on a les cheveux courts ou les cheveux longs? Je crois que si on est un peu malin, ces choses là se lisent à travers le caractère. Ainsi je connais des femmes aux cheveux courts qui les portent plus longs que cette jeune femme. Après c'est une question d'humeur, ça va ça vient...

 

Photo: David Sims

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 18 Février 2013

marta-galli.jpg

Il y a toujours quelque chose de rassurant et de confortable dans le classique. La certitude, dans ses vêtements ou son allure, de ne jamais heurter l'appréciation d'autrui et celle, en mettant ses pas dans un chemin largement balisé, de ne jamais s'égarer...

Mais il faut bien avouer que sans un caractère à la hauteur, ce bon chic finit rapidement par être lu comme un manque de personnalité. Et c'est là que le détail fait tout. Une façon de relever les manches de son t-shirt peut être ou quelques centimètres en moins sur sa coupe au carré? Pas si simple. Aujourd'hui, même un tatouage pourrait être qualifié de bon genre, pour peu qu'il soit suffisamment discret, sans être caché et certifier ainsi de notre vraie nature.

La coupe de cheveux a aussi cette capacité à dévoiler le caractère et de manière bien plus explicite qu'un accessoire. Les couper court démontre déjà une sincère volonté de ne pas être confondue avec une fifille qui aurait du mal à se défaire de ses poupées... tous âges confondus.

Ainsi, une femme aux cheveux courts, se classe tout de suite dans une catégorie où la détermination, le sens pratique, la curiosité, l'ouverture d'esprit et l'authenticité sont les maîtres mots. Qu'on le veuille ou non.

Du coup, j'ai du mal à qualifier de BCBG une jolie femme aux cheveux courts ( pléonasme? ) au style "classique". Il y a plutôt quelque chose de l'ordre de la classe naturelle, de l'assurance, de la confiance...

Bref! Pour un lundi matin, voilà bien des considérations toutes personnelles qui bien sûr n'engagent que celui qui les produit.

 

Photo: Marta Galli par Garance Doré

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 12 Février 2013

Je ne peux pas renoncer, même si nous ne partirons définitivement pas en vacances ensemble, à considérer Anne Catherine FREY comme un merveilleux exemple de chic, de naturel et d'élégance dans le milieu de la mode où tout est tellement artificiel et clinquant. 

Mais la timidité semblant avoir pris le dessus, l'ex-étudiante ESMOD aujourd'hui junior stylist chez The Kooples, apparaît de moins en moins sur Internet. Alors, en attendant de découvrir des photos plus récentes, un jour, peut être, petite rétrospective sur la coupe au bol la plus mignonne des fashion weeks parisiennes...

2010-08-101

CC_2011_0037.jpg

18-thesartorialist-blogspot-com1-e1302299480884.jpg

AST.jpg

Anne-Catherine-Frey-by-StyleDuMonde.png

tumblr_mam0l3Tox91qhdwnio1_1280.jpg

180.PFWD8WT12wpAnne-Catherine-Frey1

6a00e54ef9f4568833017c35373685970b-800wiDSC04616s

paris-streetstyle-ss13-anne-catherine-frey.jpg

Plus court, plus long, plus chatain, plus noir, plus bol, plus frange, même si son coiffeur attitré semble avoir, pour un temps, abandonné la tondeuse, miss FREY est indiscutablement gâtée par la nature de sa chevelure presque idéale...

 

Photos chronologiques, de haut en bas, de 2010 à 2012

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 11 Février 2013

Nastia

Des inepties, des phrases toutes faites et de légendes j'en entends tous les jours et depuis longtemps. Mais il en est une pour laquelle je ne peux pas me permettre ici de garder le silence ou de feindre l'indifférence. D'ailleurs il faut admettre que souvent ce genre de baliverne est colportée par celles et ceux qui ne sont pas vraiment concerné(e)s...

Considérer que les cheveux courts libèrent celle qui les adopte de longs moments consacrés à l'entretien est presque aussi absurde que d'affirmer qu'un gazon anglais n'a pas besoin d'être arrosé eu égard à la météorologie du Royaume Uni. 

J'avoue qu'enfant cette subtilité m'échappait totalement et j'étais toujours étonné d'entendre certaines femmes autour de moi affirmer qu'elles DEVAIENT aller chez le coiffeur, parce que dans mon esprit juvénile je n'imaginais pas qu'une femme, au contraire des hommes, eu une quelconque obligation dans ce domaine. Mais cette lacune fut rapidement comblée lorsque moi même je fus convaincu que les cheveux courts, qu'ils soient masculins ou féminins ne pouvaient pas tolérer la négligence et l'à peu près. Question de style!

Qui plus est, les colporteurs d'idées reçues voudraient faire croire que les cheveux courts sont source d'économie! Blablabla moins de cheveux=moins de shampooing blablabla. Ah qu'est ce qui faut pas entendre?

Afin sachez le une bonne fois pour toute, avoir du style quand on a les cheveux courts est un luxe en passe de devenir un signe extérieur de richesse. Parce qu'on NE DOIT PAS se permettre d'être approximatif quand on a les cheveux courts, que l'économie discutable réalisée sur le flacon de shampooing est largement dépensée dans le mensuel rendez vous que vous devez à votre coiffeur qui ne peut pas tolérer plus de 5 ou 6 millimètres de variations sur une nuque parfaitement tondue ou un tour d'oreille délicatement dessiné, tout comme le jardinier de St Andrews ne saurait admettre un pissenlit sur le green du 18 ème trou.

 

Photo: Nastia DJ

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 9 Février 2013

Ariel-Alex_Covo-Purple-04.jpg

Ca peut sembler une folie quand on se met en perspective et qu'on imagine sa vie 30 ans plus tard comme un personnage très connu et très respectable ou comme une mère de famille avec des mouflets plein les bras. Mais quand on a 18 ou 20 ans on croit plutôt qu'il ne nous reste qu'une dizaine d'années à vivre avant de disparaître en pleine jeunesse. Alors on ose les choses parce qu'on se dit qu'il ne faut rien attendre...

Cependant, couper ses cheveux, tenter une couleur improbable, une coiffure excentrique ou se raser la tête n'a rien d'une folie en comparaison de l'engagement ad vitam que l'on prend en inscrivant dans sa peau son état d'âme du moment. Une citation, une devise, un dessin symbolique qui va devenir le "Geminy Cricket" toujours là pour nous rappeler nos promesses faites...

Pourtant il y a quelque chose d'admirable dans cette audace. Outre la tendance qu'auraient certaines jeunes femmes à devenir plus tatouées que les loups de mer et les légionnaires et cette façon de décorer son corps qui confine à l'art tout simplement, c'est l'aspect "irréversible" qui est fascinant. Et le paradoxe dont sont capables certain(e)s, n'hésitant pas à marquer leur peau for ever alors que signer un contrat d'assurance vie les rebutent, ou que l'idée de couper leurs cheveux ( qui repoussent eux ) les révulsent.

Mais j'aime cette audace parce que bien souvent cette littérature dermatologique et ce graphisme indélébile alliés à la force juvénile et à la beauté androgyne, expriment totalement le caractère et demeure à jamais les garants de la jeunesse et de ses révoltes.

 

Photo: Ariel Hauck par Alex Covo

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 8 Février 2013

Erika-et-Andrej.jpg

Il faut bien l'avouer, tout cela aurait été difficilement imaginable il y a 10 ans à peine, mais voilà qu'aujourd'hui les agences de mannequins ou même les maisons de coutures, se mettent à piocher leurs modèles dans tous les genres. Je ne parle pas de bon ou mauvais genre, ça, les goûts et les couleurs hein... Non je parle d'identité sexuelle. Ah bien sûr, les modèles androgynes ne sont pas une nouveauté dans le monde de la mode, mais chacun restait jusqu'à lors dans sa "catégorie". Or voilà que depuis quelques temps les vases communiquent et que, tant qu'à faire dans l'androgyne, certains mannequins se retrouvent de l'autre côté du miroir. Catégorie fille, Andrej Pejic et catégorie garçon Erika Linder

Bon c'est pas la peine de faire l'étonné, ça fait longtemps que dans la mode on joue comme ça avec les codes, en travestissant de temps en temps un joli modèle un peu "garçon manqué" en petit mec réussi. 

La grande nouveauté, déjà initiée avec Andrej Pejic qui résolument se place du côté des filles, c'est le contrat de Casey Legler qui la consacre male model à l'agence Ford

leger.jpg

Si bien qu'aujourd'hui on pourrait facilement imaginer que quelques garçons courant les podiums de la mode n'ont qu'à laisser pousser leur cheveux pour concurencer Freja Beha Erichsen et que pas mal de filles pourraient enfiler le costume trois pièces de manière élégante...

Pourtant il ne faut pas tout confondre et admettre qu'il y a une voie pour ces jeunes femmes qui ne renient pas leur genre mais ont toujours eu un caractère de garçon, un corps de garçon et une mentalité de "tomboy".

Et moi je dis que c'est bien. Amen

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 3 Février 2013

Elena_Fraser-01.jpg

Personne n'imagine, je crois, à quel point cette photo provoque de confusion dans mes sentiments... Je sais que mes congénères masculins sont assez souvent attirés au premier abord par d'autres zones d'intérêt, moi ce que je regarde, ce que je vois en premier chez une personne, c'est son visage.

Quand je regarde cette image, j'aime tout de ce visage de femme, presque grave, le regard transperçant, les lèvres parfaitement dessinées sans être vraiment pulpeuses, le nez presque régulier, la mâchoire volontaire... Et puis son corps, dans cette attitude fermée, sérieuse où les bras croisés parviennent à peine à faire ressortir un peu de poitrine. Pourtant je n'ai pas de doute, malgré ce corps et j'aime cette femme dans sa fierté androgyne.

Les cheveux courts me l'auraient immédiatement rendue séduisante, confirmant ma conviction. Malgré les cheveux longs je crois que j'aurais tout de même été séduit par ce visage et ce corps devinant tant de détermination...

Or le mélange me bouleverse comme si je voyais l'androgyne dans sa part masculine avec cette chevelure ondulée qu'on devine souple et soyeuse, extraordinaire ornement, alors que, paradoxalement, la part féminine me serait révélée par ce côté minutieusement tondu où le cheveux ras expose une oreille idéalement proportionnée aux arabesques parfaites et dévoile le visage sans aucun artifice...

Cette chevelure tellement glamour qu'on pourrait sans mal y voir Lauren Bacall et cette coupe franche et radicale qui inspire la guerrière font un métissage qui me plonge dans l'extase et bouleverse presque agréablement tous mes sentiments tant le mythe androgyne s'y révèle...

 

Photo: Elena & Fraser


Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0