humeurs

Publié le 6 Mai 2013

Morena-blonde.jpg

Je ne sais pas pourquoi, mais je m'y attendais. Ça semblait inéluctable, presque un passage obligé et mon expérience en la matière ne voyait plus cela que comme une sorte de routine. Bien sûr j'aurais été incapable de dire à quel moment cela allait arriver, ni même jurer que cela se produirait, mais en la voyant je n'ai pas été surpris, au contraire.

Comme beaucoup de femme, la belle-soeur de l'épicière, récemment installée dans le quartier, venait de divorcer. Comme c'est souvent le cas, ce boulversement dans sa vie affective avait provoqué une envie de rupture aussi dans son image et du jour au lendemain elle était passé d'une opulente et très méditerannéenne chevelure sombre à une petite tête légère qui lui redonnait le sourire.

Observateur attentif de ces petits gestes en apparence anodins, je savais qu'un processus bien connu venait de s'enclencher et en effet, de semaines en semaines, parfois de manière imperceptible pour un oeil pas aussi entrainé que le mien, la jeune femme raccourcissait ses cheveux, toujours un peu plus et en était arrivée à une jolie coupe qui dégageait parfaitement son cou et ses oreilles.

A ce stade, dans la plupart des cas, se posait le choix d'une coupe encore plus radicale qui aurait fait appel à une tondeuse électrique ou une temporisation dans la longueur compensée par un changement de couleur. Nous y étions.

Ah la blondeur! Libérée depuis les premiers coups de ciseaux dans ses cheveux longs, la jeune femme, j'en suis persuadé, avait cette idée derrière la tête. Et souvent les cheveux très courts incitent à cette décoloration qui va, comme un jour ensoleillé, éclairer le visage et vous transformer en ange blond.

Le plus souvent l'expérience ne dure pas et quelques mois plus tard le naturel ressurgit, mais l'occasion était trop belle et cette quête d'image, cette recherche de soi même est toujours une étape amusante, comme lorsqu'enfant on se déguisait pour être un nouveau personnage...

Tout ça pour dire que la belle-soeur de l'épicière est blonde, les cheveux très courts et que selon mes pronostics elle devrait le rester encore quelques temps.

 

Photo: Morena Baccarin

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 4 Mai 2013

Elena-Perminova.jpg

Il faut bien se méfier toujours des apparences, car aussi attentif qu'on puisse l'être, souvent rien ne laisse soupçonner qu'on puisse croiser sur un trottoir parisien, un personnage de conte de fée. On peut se tromper devant tant de blondeur, tant de jambes, tant de lèvres pulpeuses, imaginer ironiquement un ange égaré dans ce monde de brutes, une Barbie sans cervelle qui craindrait pour sa manucure... Et bien non! Le monde de brutes c'est elle, en tout cas ce qu'elle a connu avant de rencontrer son "prince charmant". L'histoire est authentique. A 16 ans la jeune Elena a quitté son bled de Sibérie pour vivre sa vie à Moscou. Mais c'est loin d'être le paradis. Elle se fait bientôt arrêter pour trafic de stupéfiants et comme elle n'a pas envie de retourner dans sa Sibérie natale, le crâne rasé et un boulet au pied, elle balance les noms et le réseau de ses fournisseurs. Autant dire qu'elle choisit Charybde plutôt que Scylla, car la police est incapable de lui fournir une quelconque protection après ces aveux. La voilà donc ironiquement sauvée de la drogue et condamnée à mort.

C'est à ce moment là qu'arrive la bonne fée et le "prince charmant" par la même occasion qui, comme il se doit dans ces pays là, est un ancien du KGB, oligarque multimillionnaire et businessman éclairé. Alerté par les parents de la belle du danger qu'elle court, Alexandre donc, député à l'époque, fait des pieds et des mains pour que l'adolescente bénéficie d'un programme de protection des témoins et la prend  un peu sous son aile... Tant et si bien que bientôt, il l'épouse.

Et depuis, madame la milliardaire, élève avec amour ses deux enfants et traine dans tous les défilés Haute Couture des capitales occidentales, qui, à tout prendre, semblent plus fréquentables que les boites de nuit moscovites.

Elle est pas belle la vie?

 

Photo: Elena Perminova

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 3 Mai 2013

127888-800w-e1352996025770.jpg

Comme il était légèrement en retrait, il pouvait observer sans mal, son profil dans son champs de vision. Elle semblait en colère mais ce n'était qu'une posture, une sorte de moue qu'elle adoptait facilement. Sous sa peau délicate le masséter se contractait provoquant une onde sur la joue, du maxillaire à l'arcade zygomatique. Il était un peu fasciné par la texture de ses cheveux blonds qu'elle prenait soin d'avoir toujours parfaitement tondus sur le côté et la nuque et cette blondeur se confondait parfois avec le grain de la peau. A la vue c'était comme un pelage, dru, rêche peut être, comme celui d'un gibier, sans qu'on distingue vraiment la naissance de l'implantation... Juste au dessus de l'arcade, la tempe dégagée laissait voir le sang battre à travers la carotide interne et ses affluents comme une respiration étrange.

Engoncés dans le cuir, la gorge et la nuque étaient masquées, la tête comme posée sur les épaules. Puis, alors qu' elle se mettait en mouvement, une main relevant les cheveux sur son front, son cou se déploya, long, fin mais robuste, étayé par les tendons cervicaux où les cheveux blonds rasés ne cachaient rien du relief. 

Sans rien dire, cette observation minutieuse provoquait son désir d'effleurer d'une caresse chaque centimètre carré de cette anatomie fascinante...

 

Photo: Sarah Piantadosi


Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 2 Mai 2013

Katee-Sackhoff-Classified-Moto-KT600-custom-11.jpg

Entre autre mot nouveau de la langue française il en est un qui nous vient des États Unis d'Amérique où je le sais depuis longtemps n'habitent que des grands enfants. Quoi de plus normal au pays du Rêve que chaque client ( customer ) puisse, s'il en a les moyens, personnaliser ( customize ) son achat?

Là où cette activité m'intéresse c'est lorsqu'une actrice connue ( au moins là bas ) dévoile à travers ce petit caprice, sa vraie nature. Parce qu'on voit bien que Katee Sackhoff n'a en commun avec Paris Hilton que la blondeur ( et encore ), on se doute que la customisation ne concerne pas un sac à main ou une paire d'escarpin, même si la jeune femme assume totalement toutes les facettes de sa personnalité comme on peut le découvrir dans cette interview. Non, la belle s'est fait faire une bête. Le genre de bête que seuls les vrais aficionados savent apprécier. Et pour ça il faut révéler qu'en dehors du boulot, ce qu'on préfère, c'est un jean rapiécé et un cuir bien fait pour chevaucher une machine puissante, esthétique malgré elle, sans confort, juste faite pour aller vite.

L'essentiel.

 

Modèles: Classified KT 600 et Katee Sackhoff

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 1 Mai 2013

Ehren-Dorsey-by-Branislav-Jankic.jpg

C'est étrange, envoûtant. Cela pourrait être laid mais ça ne l'est pas et j'imagine en la voyant la très chère de Baudelaire et ses bijoux... dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures...

Elle a le visage creusé et les bras maigres mais le regard hypnotique cerné de khôl me transperce. Chargée de perles et d'or, lèvres percées, oreilles trouées, elle est comme une idole sauvage, une déesse barbare aux yeux translucides qui pourraient fouiller mon âme sans que je puisse m'échapper.

L'image m'impressionne parce que j'y trouve de l'harmonie dans le dénuement et le corps androgyne s'accorde à cette tête nue où les cheveux tondus donnent de la force au regard sombre. Elle est peut être l'esclave imaginée par le poète, mais je la vois princesse de ce peuple sans genre, idéal équipage, femme et guerrier, androgyne à l'assaut de l'Olympe avant que les dieux courroussés d'une lame cruelle ne séparent à jamais le masculin du féminin.

A cette beauté étrange et fascinante il fallait tondre la chevelure et loin de la montrer soumise, lui donner l'invincible puissance du genre idéal.

 

 

Photo: Branislav Jankic

Extrait: Les bijoux - Ch. Baudelaire

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 29 Avril 2013

554766_10151624417482718_188814212_n.jpg

Ahlala quelle histoire! Tout le monde s'y est mis. Chacun avait une opinion à donner. La mère en avait encore les yeux humides. Elle n'a pas cessé d'évoquer les souvenirs de l'enfance, les compliments que tout le monde faisait en voyant les jolies boucles brunes... Le père grommelait, disait que c'était dommage, que sans doute il ne la reconnaîtrait plus.... Et lui, le presque fiancé, qui s'est montré sous un jour étrange, déclarant comme une évidence que les femmes devaient avoir les cheveux longs et qu'en les coupant elle ressemblerait certainement à un "mec". En dernier recours il l'a même sommée de renoncer sans quoi...

Évidemment, tout ça, ça fait réfléchir... Elle s'est dit qu'elle pouvait sûrement comprendre les larmes de sa mère mais que finalement en regrettant ses cheveux longs c'est surtout la petite fille qu'elle voyait lui échapper qui la rendait malheureuse. 

Pendant qu'elle sentait physiquement sa tête s'alléger, que les ciseaux claquaient frénétiquement sur sa nuque et que quelques mèches venaient choir sous son regard, un sourire naissait sur ses lèvres et son coeur, un peu affolé au début, était gonflé de fierté. 

La discussion avait été consternante avec celui qui ce soir là était devenu l"ex" petit ami. Autant d'obscurantisme dans un esprit si jeune avait de quoi effrayer. Pour finir elle l'avait entendu parler d'elle comme si son rôle n'avait été que d'être un objet de valeur assurant de ses qualités de séducteur, tout comme sa grosse voiture qui pouvait donner une idée de sa réussite financière. 

Quelle histoire en effet! Avec presque rien, quelques centimètres de cheveux, elle avait fait un bon magnifique dans sa propre vie, révélant autour d'elle les vraies natures, égoïstes et possessives. Elle se découvrait une nouvelle allure, se voyait différente et admirée dans d'autres regards. Mais aussi comme une rescapée qui venait d'échapper à un monde un peu trop étriqué.

Ce n'était pourtant presque rien...

 

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 25 Avril 2013

tumblr_m7h2551tzl1r8o778o3_1280.jpg

Alléluia! Nous voici donc, au moins pour ça, tous égaux. Je ne vais pas chipoter, sincèrement ça me fait plaisir que tout le monde, dans mon pays, ait la même passerelle pour embarquer dans cette galère institutionnelle qu'est le mariage.

Et du coup, à présent que chacun a le choix, c'est un sujet que l'on pourra aborder en société et je vais bicher quand l'une de mes amies lesbiennes dira haut et fort qu'elle est franchement pas pour le mariage, ce truc d'un autre âge qui voudrait sceller nos noms au bas d'un parchemin comme disait l'oncle Georges. Parce qu'en fait c'est ça. Aujourd'hui tout le monde a le pouvoir de dire NON! Un vrai plaisir en somme, tout comme laisser sonner son réveil un dimanche matin pour pouvoir se rendormir en se disant qu'on a pas besoin de se lever. Délicieux...

Bon aller, question mariage, comme pour le reste, je suis trop de mauvaise foi. Pas la peine donc d'en rajouter.

Soyez heureuses/x mes chéri(e)s


Photo: Harper Point

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 23 Avril 2013

amyloubris.jpg

Attention! Que les choses soient bien claires.

 

Depuis le temps que l'on parle ici de LA femme aux cheveux courts, de son charisme, de l'audace et de la détermination qui caractérisent son allure, de la liberté et de la réalisation de soi qu'elle inspire, de son modernisme et de sa façon de rompre avec les schémas d'un autre âge, il faut tout de même mettre en garde celles qui s'apprêteraient à faire ce bond en avant, dans l'authentique et le véritable.

 

Il y a des effets secondaires.

 

Quand on a toujours rêvé de s'affranchir des règles patriarcales qui définissent la femme comme une épouse, une mère ou un objet de séduction dont le principal apanage doit être une chevelure luxuriante et qu'on a comme modèle autre chose que les bimbos mononeuronées des shows de TF1, il faut être bien consciente que se couper les cheveux, outre le fait de vous révéler à vous même et aux autres, risque de vous entraîner sur une pente délicieusement glissante.

 

Les exemples ne manquent pas et il est fréquent ici dans trouver les témoignages. Porter les cheveux courts provoque une addiction à laquelle il est difficile d'échapper. On commence par une coupe " à la garçonne" toute simple, basique, juste histoire de franchir le Rubicon, de faire ce pas décisif et libérateur. Et puis à peine habituée à sa nouvelle tête, on y retourne et le style s'affirme. Pourquoi pas un peu plus? C'est anodin, l'authenticité est acquise, on s'est enfin découvert soi même, il n'y a donc plus rien à craindre. Gonflée d'audace, toutes les envies deviennent possibles. Pourquoi pas la tondeuse, hein? Mais oui, pourquoi pas. Un joli dégradé, bien fondu, hummm? 

 

Les barrières sont tombées, de nouvelles sensations naissent et presque irrésistiblement on se laisse aller à couper ses cheveux toujours un peu plus courts à chaque fois. On les coiffe différemment, on s'explore davantage... Vous voilà averties!

 

Ah! Encore une chose... L'âge et le physique n'ont rien à voir à l'affaire. Authentiques femmes aux cheveux courts, il vous faudra tempérer vos ardeurs pour maîtriser cette escalade... ou pas.

 

Modèle: Amy Loubris Jones


Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 22 Avril 2013

anne-hathaway3.jpg

J'ai profité d'un récent passage chez le dentiste pour me remettre à jour sur les grands problèmes contemporains auxquels notre monde est confronté. Articles documentés, études poussées et fines analyses, rien ne m'a échappé! 

C'est donc plongé dans la lecture attentive de Gala, Voici et Grazia que j'ai découvert cette étude bouleversante du très sérieux Hairdressing Council of Great Britain et Universal Studios UK qui classe parmi les actrices celles dont la coiffure a le plus d'influence. Et surprise "la winneuse" n'est pas une choucroutée péroxydée mais la petite tête de Anne Hathaway. Et ça c'est tout de même de la bombe!

D'après l'étude il apparait qu'une femme sur dix s'inspire des actrices de cinéma pour choisir sa coupe de cheveux. Stupéfiant!

Quand on pense que miss Hathaway a pleuré toutes les larmes de son corps quand on lui a demandé de couper ses cheveux pour son rôle dans "Les Misérables", on voit bien qu'il n'y a que le premier pas qui coûte. Depuis il n'y a pas une semaine sans que l'actrice n'apparaisse dans un magazine. Elle est partout. Qui s'en plaint? 

Néanmoins mon plaisir est tempéré par l'aspect tendanciel de ce classement, même s'il offre un choix allant d'Audrey Hepburn à Jennifer Aniston en passant par Veronica Lake  au millier de personnes intérrogées. Mais peut être me trompe-je? Après tout il faut bien commencer un jour...

Charlize Theron, la dernière en date à s'être tondu les cheveux, n'a pas manqué de déclarer que c'était la chose la plus libératrice qu'elle n'ai jamais connu et qu'elle le recommandait à chaque femme. CQFD

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 21 Avril 2013

Pas de méprise! Le titre peut sembler accrocheur en ces périodes de résurgence de l'homophobie ordinaire de monsieur-madame Toutlemonde, encouragée par les haineux habituels à qui l'Église et la Famille ont donné mandat. Non non,il ne s'agit pas de cela,

tumblr_m9ffapFcC71qhlxtbo1_500.jpg

mais bien de cyclisme...

Alors oui je sais, après le football, je me surprend à réviser mes principes sur un sport qui pour beaucoup relève davantage de la chimie que de la physique. On pourrait penser que je "file du mauvais coton" dans cette affaire. Pas faux! 

En tout cas, sans entrer dans les détails, c'est le style et l'allure de Kelli Samuelson qui me plaisent. Rien à voir avec la Jeannie Longo nationale qui su si longtemps faire rêver les foules et leurs faire oublier les réalités pharmacologiques de la discipline, paix à son âme ( comment ça elle est pas morte? )

kelli.jpgtumblr_m0foriC0wc1qiah0po1_500.jpg 

Kelli pratique en amateur mais à un niveau qui peut lui laisser espérer les Jeux Olympiques à Rio. En fait le vélo c'est son style de vie... et à Los Angeles c'est quasiment une profession de foi...

Mais à part ça il faut bien vivre et pour ça Kelli a un métier. Et devinez quoi? 

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0