Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies

humeurs

C'est l'heure!

3 Janvier 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

C'est l'heure!

Bon, eh bien nous y voilà, vous savez ce moment où vous ne parvenez plus à trouver suffisamment d'excuses valables pour ne pas mettre en oeuvre vos bonnes résolutions...

C'était décidé, vous y avez réfléchit durant des jours, bien que l'idée trotte dans votre tête depuis des semaines, des mois peut être. Mais il faut bien une raison, alors pourquoi ne pas mettre ça sur le dos de la nouvelle année, nouvelle page, nouveau départ toussa toussa...

Être soi même ne semble pas pour autant une résolution fantastique, au premier abord. Oser les cheveux très courts non plus. Mais c'est amusant de voir comme on parvient à dramatiser certaines choses, comment on arrive à interpréter sa propre vie en lisant la partition des autres...

Alors on laisse tomber le "qu'en dira-t-on", la peur des réactions des autres et on se concentre sur sa propre peur, celle un peu jouissive qui va précéder la question presque banale et désinvolte du coiffeur qui va vous demander :" Qu'est-ce qu'on fait aujourd'hui?". Pensez à la grande respiration qu'il faudra prendre pour lui sourire et lui annoncer triomphalement que vous vous voulez court, très court et ne soyez pas déçue de ne pas le voir sauter de joie en dansant autour du fauteuil les ciseaux à la main. Peut être même se contentera-t-il d'un soupir de contentement, vous voyant prendre enfin la décision que lui même aurait pris pour vous depuis longtemps s'il avait pu.

Une fois cette peur surmontée, vous vous rendrez compte à quel point vous aviez tort de reculer chaque fois auparavant et là oui, la nouvelle année commencera de la meilleure façon.

Photo: Wicked Mojo

Lire la suite

Sur son 31

31 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Sur son 31

Ce n'est plus la peine que je m'en défende, si je suis amoureux des femmes aux cheveux courts, je suis aussi séduit par celles qui s'approprient les vêtements ou des accessoires vestimentaires masculins. Un pantalon à pinces, un jean "boyfriend", une cravate, une veste, un gilet, des chaussures, voir même une casquette, même si cela n'a de masculin que l'inspiration, ça me va.

Oui je sais, c'est bizarre autant qu'étrange, mais c'est ainsi et j'ai appris depuis longtemps à ne pas lutter contre ces choses que je ne comprend pas toujours mais qui me font plaisir.

Ceci étant, je ne dis pas ça parce que ce soir est une occasion particulière, propice au travestissement.

En réalité ce qui me séduit c'est cette manière d'être pratique, confortable, élégante, qu'on les femmes qui savent utiliser ces accessoires masculins sans rien oublier de leur féminité, parce qu'elles sont certaines de ne jamais la trahir. Cette assurance, cette confiance en soi leur donne certainement l'aura la plus resplendissante à mes yeux.

Je crois que c'est le même principe que pour les cheveux courts.

Alors voilà. J'espère que ce soir Frida et Laora auront le bon goût d'être toutes les deux en smoking...

Photo: Peter Lindbergh

Lire la suite

Rock'n'roll mamies

30 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Rock'n'roll mamies

Par bonheur, j'ai rencontré la dernière fois chez mon coiffeur, Roselyne et j'espère bien tracer bientôt ici son portrait, tant elle me parait un exemple parfait de ces femmes d'une autre génération, libérée de pas mal de contraintes et toujours rockn'roll dans l'âme.

On aborde pas les cheveux courts avec le même esprit quand on est dans la pleine maturité. Là, pour le coup, tout le monde tendrait à s'accorder pour dire que passé la quarantaine, les cheveux longs sont un peu une exception, voir une faute de goût pour certaines.

Néanmoins cela ne veut pas dire qu'on aurait là une date de péremption qui pousserait une majorité de femmes à couper leurs cheveux par simple renoncement à un pseudo atout de séduction ( non mais je précise quand même, des fois qu'un amateur de football lise ces lignes, ce qui parait déjà hautement improbable... )

Rock'n'roll mamies

Une fois encore, tout est affaire de style et d'allure, de sophistication et de confiance en soi. Avoir les cheveux courts n'a jamais été une question de facilité ou d'abandon et quelques nuances de gris leur donnent parfois un charme nouveau.

Du charme, mais pas toujours de la sagesse et c'est tant mieux.

Roselyne s'est aimée en rouge et cultive aujourd'hui le blond platine, d'autres passent au blanc directement, certaines subliment le gris dans des tons et des nuances éclatantes

Rock'n'roll mamies

Certes, ces cheveux courts là semblent endosser moins d'engagement que chez les 20/30 ans. Mais on le sait, il faut toujours se méfier des apparences et bien souvent, ce qui est vrai à 25 ans l'est toujours à 60.

J'imagine même avec bonheur que ces femmes aux cheveux courts ont tout gardé de leur audace et de leur détermination, de ce besoin de ne jamais être dans le cadre...

Oh oui je sais, certaines m'attendent là et ne vont sûrement pas se gêner pour me dire que c'est surtout que la santé du cheveux à cet âge impose de les avoir courts et que si certaines le pouvaient, elles aimeraient sans doute avoir une belle et longue chevelure....

Certes...

Ce qui rend plus belles à mes yeux ces femmes aux cheveux courts qui toujours choisissent, décident ou s'adaptent, pour ne jamais perdre de vue allure et sophistication et ainsi avoir du style.

Photos: Tommy Ton

Lire la suite

Esprit es-tu là

28 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Esprit es-tu làEsprit es-tu là
Esprit es-tu làEsprit es-tu là
Esprit es-tu làEsprit es-tu là

Un jour, j'ai eu l'idée de créer avec la complicité de certaines lectrices et la participation de quelques amies, ce que j'ai appelé "Le Trombi", un tableau où elles apparaissent vues de dos. Depuis le projet a été plutôt bien accueilli et chaque mise à jour semble attirer de nombreux visiteurs.

Ce faisant, d'autres m'ont écrit pour suggérer que ce serait sympa si nous nous rencontrions, ici ou là, histoire de faire connaissance.

Esprit es-tu làEsprit es-tu là
Esprit es-tu làEsprit es-tu là

Evidemment j'ai trouvé ça rigolo et un peu fou... mais après tout... pourquoi pas?

C'est un peu comme s'il existait une "communauté" des femmes aux cheveux courts, de celles qui lisent ce blog, s'y retrouvent, aiment y découvrir le portrait d'autres comme elles.

Alors du coup, comme je ne suis pas du genre à reculer devant une idée saugrenue, je me suis dit que nous allions faire ça, juste un meet up, un apéro, un vendredi ou un samedi, dans un bar amical, un de ces soirs de début d'année.

Esprit es-tu làEsprit es-tu là
Esprit es-tu làEsprit es-tu là

Alors oui, bien sûr, certains vont se dire que c'est bien prétentieux comme entreprise, d'imaginer que les lectrices vont oser venir le soir dit, juste pour rencontrer d'autres comme elles, papoter avec un mojito à la main et échanger l'adresse de leur coiffeur. Mais après tout, je ne risque pas grand chose. Au pire une fracture de l'amour-propre si je me retrouve seul. Il y aura toujours sur place un verre de scotch pour me consoler.

Bon voilà, c'est dit! Attendez vous donc à avoir bientôt des nouvelles de ce projet...

Photos: extrait du "Trombi" avec Loreta, Ludivine, Séléna, Floriane,Anaïs, Julie, Romy, Anne Sophie, Léa, Anne Elisabeth, Delphine, Martina, Morgane et Romane

Lire la suite

Ah ben pourquoi?

26 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Ah ben pourquoi?

C'est amusant parce que je viens de découvrir que l'horoscope de FranceSoir le jour de ma naissance précisait pour les Gémeaux au paragraphe sentiments: "... tendance à couper les cheveux en 4. " Des fois la vie vous fait de ces clins d'oeil...

Alors c'est pas pour donner raison aux astrologues, mais y a tout de même des choses qui me turlupinent toujours dans le domaine de l'humain et des cheveux courts.

Prenons une journaliste, blanche caucasienne, la trentaine, "girl next door" parfaite. Le jour où cette jeune femme décide de tondre ses cheveux, elle va être l'objet de mille questions, de la part de son entourage et même de parfaits inconnus. "Pourquoi"? bien sûr c'est LA question et les réponses peuvent être multiples selon le degré de proximité qu'elle a avec la personne qui pose la question. Elle raconte tout cela parfaitement bien dans cet article.

Prenons par ailleurs l'actrice oscarisée Lupita Nyong'o, la trentaine elle aussi, afro américaine, plutôt... canon. Bref! Eh bien outre le fait qu'elle soit célèbre et que bien sûr ses faits et gestes alimentent la presse people, personne dans la rue ne lui demandera pourquoi elle a tondu ses cheveux... Etonnant, non?

Ah ben pourquoi?

C'est sans doute parce que l'on considère, dans notre société occidentale, que c'est "normal" pour l'une et pas pour l'autre? Que c'est naturellement beau chez l'une et "étonnant" chez l'autre?

Pourtant, les deux jeunes femmes n'ont finalement pas de meilleure explication, si elles en donnent, que de dire que c'est juste pour leur simplifier la vie. Bon ben voilà, ça devrait suffire ça comme raison.

Sauf que notre journaliste blanche devra argumenter pour "justifier" sa démarche.

Evidemment, les spécialistes du cheveux pourront toujours la ramener en précisant que vue la nature des cheveux crépus et les soins que l'on doit y apporter si l'on veut avoir un peu de style quand on les a longs, la meilleure solution c'est la tonte et que cette matière là justement permet bien des variantes avec le très court. Un atout que n'a pas le cheveux de notre journaliste.

Bref! L'une serait légitime et l'autre non. Ça sentirait pas un peu le néo-colonialisme c't'affaire?

Oh nonononon... je ne vais certainement pas m'embarquer sur ce terrain là.

Ah ben pourquoi?

Toujours est-il que Kelly Dougher, notre journaliste-blogueuse reste tout de même un bel exemple, même si elle n'a pas l'excuse de faire la nique aux marchands de cosmétique qui s'enrichissent sur la tête des femmes noires qui veulent absolument défriser leurs cheveux, ce que pourrait revendiquer notre actrice riche et célèbre.

Lire la suite

Est-ce bien raisonnable

24 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Est-ce bien raisonnable

Soyons honnête, des idées un peu farfelues, on en a tous de temps en temps. Quelques fois, on parvient même à se convaincre qu'elles ne sont pas si saugrenues que ça...

Ce qui fait toute la différence c'est quand on a le caractère suffisamment affirmé pour rompre avec le conformisme, les idées toutes faites et qu'on aime bien se démarquer de la foule.

Parce qu'il faut oser tout de même, le rouge, le bleu, le platine. Il faut assumer les cheveux courts, très courts... très très courts. On peut aimer ça, avoir envie, mais ce n'est pas simple pour autant.

Enfin... Jusqu'au premier pas. C'est toujours le premier pas qui compte le plus, évidemment. Après c'est un peu la surprise de tant audace, la fierté et surtout l'abolition d'une limite que finalement on trouve stupide de s'être imposé...

Je le sens, je le vois, ce bonheur parfois éclairer le regard d'une amie, toute à son bonheur, caressant avec délectation sa nuque fraîche ou ébouriffant ses mèches désormais très courtes, songeant déjà à la prochaine fois où peut être elle ira encore plus loin.

Epanouies, élégantes ces jeunes femmes ont une telle aura, un tel rayonnement que la critique, si jamais elles y étaient encore sensibles, devient impossible et qu'on finit par les admirer.

Photo: Halsey Frangipane

Lire la suite

Ouanseuponeutailleme...

19 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Nouvelles et petites histoires

Ouanseuponeutailleme...

Il était une fois...

... une princesse de rêve, comme celles que l'on découvre en lisant les contes pour enfants, douce, gentille, belle et délicate, avec un sourire magnifique et toujours un mot attentif pour les autres.

Les prétendants ne manquaient pas bien sûr, mais hélas le niveau de vocabulaire n'y était pas, bien que celui dont ils usaient fut suffisamment explicite : "wow mam'zelle t'es bonne, tu donnes ton 06 ? " Enfin bref! C'était un peu trop succinct pour s'accorder avec ses désirs de princesse.

Et puis un jour, comme par hasard, un prince charmant itinérant déboula dans la vie de la jeune femme. Celui là avait un peu de conversation, des vêtements soignés et une hygiène irréprochable. Il paradait un peu, certes, mais elle sentait qu'elle pourrait bien se laisser séduire par son allure de conquistador magnifique. Il lui contât donc fleurette, en bonne et due forme, au moins jusque derrière la gare où un formidable élan physique les poussât dans le rayon paluches et gamelles...

Un peu ébouriffés et l'air benêt, ils sortirent de là, bras dessus, bras dessous pour se montrer dans la galerie marchande du Super U, faisant l'admiration de tous les sujets et la fierté des commerçants.

C'est alors que, posés devant un goûteux smoothie et encouragé par leur toute nouvelle proximité physique, le bellâtre croyant sans doute être légitime à donner son avis déclarât:

" Tu es vraiment très belle, la plus belle que j'ai connu... mais c'est dommage que tu aies les cheveux courts..."

WHAAAAT THE FUCK?

Le sang de la princesse ne fit qu'un tour. Dommage? Non mais, dommage? Vraiment?

Le malotru de passage n'avait donc d'autre sentiment que celui de coller à son bras une poupée suffisamment attractive pour flatter son ego et mettre en valeur sa plastique de candidat de téléréalité... Ce n'était donc que son image qu'il "kiffait" et encore, eut-il fallu qu'elle eusse les cheveux longs, pour parfaire ce consternant cliché... Le blaireau n'était donc pas plus charmant que les autres avec leur vocabulaire de QCM.

Après avoir renversé le milk-shake sur la braguette de son voisin et lui avoir claqué le beignet d'une pichenette, elle jura qu'on ne l'y reprendrait plus et fila tout droit chez son coiffeur...

Photo: Carlos Serrao

Lire la suite

Pourquoi on aime ça?

14 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Pourquoi on aime ça?

Depuis l'oncle Albert, on sait bien que tout n'est que relativité dans notre monde et s'il n'existe pas d'échelle de mesure des cheveux courts, c'est parce que chacun(e) d'entre nous lui donne des valeurs différentes. Le souvenir d'une amie qui se plaignait d'être presque "rasée" alors que son coiffeur n'avait manifestement fait que rafraichir sa coupe au carré me fait toujours sourire...

Bien sûr c'est difficile d'évaluer les cheveux courts, même la presse féminine n'aide pas beaucoup en donnant toujours des titres farfelus à ses édito... Pour ce qui m'intéresse, j'aime bien donner la plus grande largeur au spectre et considérer que du moment que les cheveux sont coupés au dessus des épaules on peut dire qu'ils sont courts.

Mais tout cela n'a qu'une importance... relative. Celles qui ont les cheveux courts, très courts, considèrent qu'ils sont longs à partir du moment où elles ne les ont pas fait coupés depuis plus d'un mois et lorsqu'une amie dont je connais le style toujours très net, la coupe "low fade", m'apparaît avec un demi centimètre de cheveux sur la nuque, je lui reproche ( gentiment ) ses cheveux "trop" longs.

C'est un peu une évolution naturelle, au fil des tendances, que de voir de plus en plus fréquemment, le court être de plus en plus court. Une marge de plus, pour celles qui les avaient déjà très courts. Cependant, il se pourrait qu'il y ait entre le très court "classique" et l'ultra court, celui qui se taille à coup de tondeuse, un pas à franchir tout aussi conséquent que celui franchi le jour de la toute première coupe. Mais le résultat, presque toujours, est à la hauteur des sensations attendues...

Modèle: Afra Cuellar

Lire la suite

Misogyne...Et ta soeur!

13 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

 Misogyne...Et ta soeur!

En vrai, je me demande parfois si je ne suis pas simplement misogyne à n'aimer que les femmes de caractère, androgynes ou non, certaines de leur féminité ou convaincues de leur ambiguité, audacieuses qui n'ont pas peur de marcher seules sur des sentiers réservés et de s'approprier les codes d'un certain masculin. Frida ou l'un de ses confrères dirait certainement qu'il s'agit là d'une résurgence de l'homosexualité inhérente à tout être humain et dont on s'accommode plus ou moins. Ouais... Sauf que moi je serai définitivement dans le moins. Mais ça ne me gène pas, après tout, est-ce que ce n'est pas ici qu'on prône fréquemment la plus large ouverture d'esprit et le refus des catégories? Je ne me catégorise donc pas, pas plus que je m'efforce de le faire pour les femmes aux cheveux courts...

Mais en définissant les femmes aux cheveux courts, est-ce que je ne discrimine pas d'une certaine manière les autres femmes? Alors que je sais parfaitement qu'il y a parmi les femmes aux cheveux longs des personnes au caractère trempé, entreprenantes et audacieuses, mais qui confondent peut être leur féminité avec les clichés du désir masculin...

Alors c'est peut être ça qui provoque mon désintérêt, cette façon qu'ont certaines de cultiver des appâts qui n'opèrent pas sur moi...?

Pfiouuuu! Nanmého, un dimanche matin, t'aurais pas un truc plus simple à nous mettre dans la caboche?

Photo: Kevin Luchmun

Lire la suite

Quand le pli est pris

11 Décembre 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Quand le pli est pris

Ne cherchez pas, vous ne parviendrez pas à faire changer d'avis celles qui sont déterminées dans leur style depuis qu'elles ont les cheveux courts. Et elles sont nombreuses.

Bien sûr, il y en a qui tentent les choses, qui cherchent davantage à être dans la tendance plutôt que d'avoir du style, celles qui à peine sorties de chez le coiffeur se lamentent sur le temps qu'il faudra pour qu'elles retrouvent leurs cheveux longs. Non ce ne sont pas de ces femmes là dont je voudrais parler.

Celles dont je parle sont sans concessions. Depuis longtemps, peut être même depuis toujours, elles ont ce goût pour les cheveux courts qui parfois les amène à aller toujours plus loin dans le style, de s'approprier des codes qui jusqu'alors étaient masculins.

Comment expliquer cette envie, cette excitation parfois, à chaque rendez-vous, de toujours affirmer un peu plus cette allure. C'est comme une peur d'enfant, celle qui vous noue l'estomac mais en même temps vous fait éclater de rire, nerveusement... C'était court, c'est devenu plus court encore et puis à chaque fois une étape nouvelle est franchie, le style se façonne, quelques mèches s'allongent, mais les tempes sont rasées... Cet extrême qui faisait peur auparavant est apprivoisé, la tondeuse qui glisse à même la peau n'effraie plus... au contraire. Et cette étrange excitation dont on ne parle pas faute de savoir l'expliquer, comme si trouver là du plaisir semblait malsain. Pourtant il y a toujours ce sourire qui nait à la caresse de cette nuque fraiche, cette fierté que donne cette allure affirmée, ce sentiment de vainqueur...

Alors quand le pli est pris...

Photo: Giulia Bertini

Lire la suite