humeurs

Publié le 22 Juillet 2016

Photo: Jade Pointon

Photo: Jade Pointon

On trouvait toujours quelque chose de juvénile dans sa coiffure. Sans doute cette façon de les couper, au ras du lobe des oreilles, ce qui laissait exposé le bas de sa nuque qu'elle s'attachait à faire tondre soigneusement à chaque fois.

Si bien que son cou en paraissait allongé, plus fin, davantage délicat. La masse de ses cheveux, ainsi coupée droite, virevoltait à chaque mouvement de sa tête, provoquant parfois de jolis épis dans sa coiffure.

Une courte frange surmontait son regard espiègle, à laquelle elle apportait aussi toute son attention pour qu'elle fut toujours bien nette et rectiligne, mais qu'elle prenait plaisir à ébouriffer à la première occasion.

Ainsi il y avait dans sa coiffure, le reflet de toute sa personnalité, du sérieux et de la rigueur, de la jeunesse et de la fantaisie.

Bien souvent on la voyait caresser doucement, du bout des doigts, sa nuque rasée. Elle semblait dans ces moments là complètement abandonnée à on ne sait quelle rêverie et paraissait confuse qu'on la surprenne ainsi, presque rougissante.

On l'avait toujours connue comme ça et personne ne pouvait imaginer la voir différemment...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost0

Publié le 21 Juillet 2016

Photo: Mia Munini

Photo: Mia Munini

Croyez le ou non, l'humain restera pour toujours un "classificateur". Il a cet irrépressible besoin de mettre les choses dans des catégories, les gens dans des genres et de constamment ranger les unes et les autres. Ça le rassure.

Lorsqu'il n'y parvient pas, il veut bien, un bref instant, faire preuve d'une certaine ouverture d'esprit qui masque son incertitude, jusqu'à ce qu'il soit capable de désigner une case, voir d'en inventer une pour que son doute soit apaisé.

Avec les femmes aux cheveux courts, ce n'est jamais simple pour celui qui veut bien s'en donner la peine. Non parce que les autres, les moins raffinés, le tout-venant, lui, a vite fait de vous fourrer tout ça dans la case "lesbiennes-féministes-marre-des-hommes-marginales-rebelles-qui-n'a-pas-envie-de-séduire..." enfin un truc pas très loin de la poubelle dans son cortex reptilien.

Les autres, parfois, sont plus nuancés. Mais ce qui me sidère un peu, c'est qu'une fois adoptée l'idée que les femmes aux cheveux courts peuvent ne pas être aussi aveuglément bazardées dans la case déjà citée, on trouve encore le moyen de créer des "sous-dossiers". Si si! C'est vrai!

Par exemple cette jeune femme, qui comme beaucoup ces temps-ci, dans un élan de liberté ou par simple envie, se saisit d'une tondeuse, y adapte un sabot un peu large et tond ses cheveux, intégralement et proprement, tout à la même longueur. Eh bien certains sont en mesure de vous dire que cette façon de se tondre les cheveux est plus féminine que masculine, expliquant que la même coupe aurait des caractéristiques masculines si au lieu de laisser les contours à la même épaisseur que le reste de la chevelure, ces contours étaient dégradés et davantage rasés... Vous voyez la nuance?

Autrement dit, un garçon qui ferait la même chose, on pourrait dire de lui qu'il est tondu comme une fille.

... amusant, non?

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 17 Juillet 2016

Photo: Milk Magazine

Photo: Milk Magazine

Photo: Audrey Ricoul
Photo: Audrey Ricoul

Immanquablement, lorsqu'une discussion avec des amies aborde le sujet des enfants, je sais que cela va finir en débat sur le genre. Je ne sais pas pourquoi, c'est un constat! Parce que bien sur, les plus jeunes, celles qui n'en ont pas, idéalisent un peu leur progéniture. Normal. Alors au bout d'un moment viennent quelques fantasmes sur la façon dont les enfants seront habillés, coiffés... leur image quoi!

Et c'est là qu'en général, on tombe dans les schémas ancestraux...

Le petit garçon ressemblera au fils Beckham, beau comme un petit dieu et il aura toujours la coupe super stylée. Et la petite fille aura à coup sûr de longs cheveux blonds et toujours de splendides coiffure que "maman" aura inventé. .. Ouais ouais ouais....

Et puis d'abord pourquoi diable ce ne serait pas la fille qui aurait la coupe super stylée comme le lardon des Beckham? Hein? Ben oui, pourquoi? Eh bien ... parce que c'est une fille!

Et pourquoi alors si c'est un garçon n'aurait-il pas droit lui aussi aux longs cheveux blonds? Hein? Oui je sais... Parce que c'est un garçon!

Et ça fait des siècles que ça dure. Evidemment, imaginer une petite fille avec la nuque rasée, la raie sur le côté et la mèche relevée en arrière, c'est hard. Surtout que lâchée au milieu du monde cruel de la société bien pensante, on va forcément la stigmatiser cette pauv'petite.

Oui mais si elle est en robe, ou avec les beaux vêtements stylés des magazines, ça passe non? Ben non, même pas.

Pourtant il y a bien des petites filles qui ont grandi avec les oreilles et la nuque bien dégagées et elles ont survécu. Ouais... Pas si simple. Et question traumatismes de l'enfance, le coiffeur n'est pas loin d'avoir le pompon.

Photo: Getty Images

Photo: Getty Images

Oui alors bon... Du coup on a du mal à imaginer un juste équilibre, parce qu'on se dit qu'il faut au contraire développer chez les bambins, qui sa virilité, qui sa féminité et donc donner au garçon une allure "tough guy" et à la fille un air "Barbie Fashion Week", si tant est que le "look" ait une quelconque influence sur le développement du comportement... Hmmmmouais...

A l'opposé, on trouve celles qui veulent absolument garder à leur petit prince cette image d'ange aux cheveux longs et qui expose leur bambin aux mêmes affres que la petite fille coiffée en brosse... Pas simple je vous dis.

Finalement pourquoi chercher midi à quatorze heure? Le plus important ce serait plutôt l'éducation et la façon d'apprendre aux garçons à toujours respecter les filles... en jupe ou en pantalon. Voilà!

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 16 Juillet 2016

Photo: Elise Toidé

Photo: Elise Toidé

Il m'arrive, comme tout le monde, d'avoir parmi les gens connus, des personnes dont je suis plus ou moins assidument la carrière et l'évolution. Je ne suis pas fan à proprement parlé, pas groupie vraiment, mais j'aime bien néanmoins connaître certains détails du quotidien qu'ils/elles finissent par partager avec le monde entier.

Ainsi, après avoir découvert Jeanne Added, je me suis intéressé à son parcours et j'ai le plus souvent essayé de ne pas manquer chacune de ses apparitions. Evidemment, mon oeil expert d'amoureux des femmes aux cheveux courts, n'a pas manqué de remarquer, à l'époque, que sur scène ou à la télévision, à chaque fois, sa coupe était impeccablement "clean", presque toute fraîche.

Mystère et boule de gommeMystère et boule de gommeMystère et boule de gomme

Ses cheveux plus longs, il y a quelques mois, puis sa blondeur peroxydée et le style différent de sa coupe ne m'ont pas échappés non plus. Cependant elle est revenue rapidement à cette allure qu'on lui connait aujourd'hui, cette coupe à la fois moderne et médiévale, ce contraste de blond et de brun, de long et de rasé. C'est comme ça qu'on l'aime et assurément comme ça qu'elle s'aime.

Photo: Denoual Coatleven

Photo: Denoual Coatleven

Cependant, dans le tourbillon des concerts, de festivals en tournées, depuis un moment Jeanne Added est sur les routes et pourtant, la voilà qui apparait Aux Vieilles Charrues, la nuque fraîche et les oreilles plus dégagées que jamais. La question est donc: " Qui coupe les cheveux de Jeanne Added?"

Comme j'aime bien tenter d'avoir toujours des réponses aux questions que je me pose, j'ai interrogé l'intéressée elle même, mais à ce jour, bien qu'ayant lu mon message, la dame ne m'a pas répondu... C'est sans doute que la question est bien futile, voir sans réel intérêt? Et la réponse pourrait être toute bête. En fait c'est juste le fait de ne pas avoir de réponse qui est frustrant.

Photos: Nico M et Mathieu EzanPhotos: Nico M et Mathieu EzanPhotos: Nico M et Mathieu Ezan

Photos: Nico M et Mathieu Ezan

Alors le mystère demeure... A moins qu'une personne qui connait la vérité ne nous la révèle... un jour.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 10 Juillet 2016

Isabella Emmack by Boo George

Isabella Emmack by Boo George

Ce n'est pas dans ma nature de dénigrer les uns pour vanter les autres et mon amour immodéré des femmes aux cheveux courts, ne me pousse pas, par conséquent, à dire forcément du mal de celleux qui ne me comprennent pas. La vie est injuste, c'est tout!

Cependant, il arrive fréquemment qu'une femme aux cheveux courts soit confrontée, dans une discussion, à un esprit plus lent qui cherche à savoir " pourquoi diable, est-ce que tu te coupes les cheveux si court"...

La réponse la plus élémentaire, celle qui vient le plus rapidement, le plus naturellement, serait : " Qu'est-ce que ça peut te foutre, connard! " ( oui parce qu'en général ce sont des hommes qui posent ce genre de question ). Mais, il faut l'avouer, c'est un peu primaire et donc le plus souvent, cette réponse reste au stade de la pensée.

Ariana London by Kevin Luchmum

Ariana London by Kevin Luchmum

Il s'agit alors d'élaborer une réplique plus appropriée, sachant qu'un évident déséquilibre existe entre celui qui s'interroge et celle qui doit se justifier. Comment faire comprendre à un cerveau, primitif selon toute apparence, que, partant du principe que chacun est libre de faire ce qui lui plait avec son corps, une femme qui aime avoir les cheveux courts, n'a finalement aucune raison de ne pas faire ce qui lui plait? Inutile de vous lancer dans des explications trop... métaphysiques. Vous risqueriez de perdre très rapidement votre interlocuteur en tentant de lui faire comprendre tous les subtils plaisirs liés à la liberté, la praticité et l'élégance que peuvent revêtir des cheveux bien coupés. Pire, si vous essayez d'évoquer la sensualité et la finesse d'une jolie nuque bien dégagée, le style et son ambiguité ou encore cette incomparable sensation des doigts qui effleurent des cheveux presque rasés. Non non non, ça, oubliez!

Kristina Salinovic

Kristina Salinovic

Dites vous bien que le benêt qui est en face de vous, n'a d'image de la féminité que celle propagée par le catéchisme de son enfance ou la playmate du mois, en page centrale de Playboy. Et c'est tout! ( Eventuellement les présentatrices du journal de TF1, mais là c'est déjà à ce niveau, un degré intellectuel supérieur )

Enfin, reste la solution de l'amener à parcourir quelques pages de ce blog, ( en le suivant pas à pas bien sûr pour faire quelques explications de textes... ) afin de lui faire découvrir que:

1/ La féminité ne se mesure pas à la longueur des cheveux

2/ Il existe des hommes qui sont capables de le comprendre... Alors pourquoi pas lui?

Si en définitive cette démarche n'obtient pas le succès escompté... renoncez!

Et allez chez le coiffeur!

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 9 Juillet 2016

Aux âmes bien nées...

Je l'entend d'ici, madame Toutlemonde, qui s'exclame en levant les yeux au ciel, qu'à cet âge là, tout de même, vous vous rendez compte, alors qu'elle est si mignonne... Bref! Ne rien dire en réalité, que des sous-entendus lourds de préjugés inavouables, en voyant une toute jeune femme, pour ne pas dire une jeune fille encore, toute menue, afficher un style déjà terriblement affirmé, jouant de l'ambiguité et de l'androgynie comme personne, alors que les filles de son âge ne pensent qu'à se fondre dans une masse stéréotypée à l'image des femmes de footballeurs de la téléréalité...

A croire qu'il y aurait aussi une majorité requise pour avoir du style et vivre avec sans complexe. Dieu merci, il existe des âmes bien nées dont l'esprit, comme certaines fleurs matinales, s'ouvrent de bonne heure.

Aux âmes bien nées...Aux âmes bien nées...
Aux âmes bien nées...

Et la voilà, presque gamine encore, un peu perdue dans le grand fauteuil du barbier, mais déterminée et sûre d'elle, qui n'attend avec délectation, que la morsure des lames de la tondeuse qui va raser sa nuque et ses tempes.

Elle s'amuse, elle se plait, elle s'enivre de cette image qui lui donne tant de force et d'assurance.

Aux âmes bien nées...Aux âmes bien nées...
Aux âmes bien nées...

Les cheveux enfin taillés, séchés, coiffés, elle retrouve son style, un temps estompé, glisse des doigts habiles dans les mèches et désordonne soigneusement sa coiffure, caressant au passage cette nuque si fine et si nue, qui fait qu'on pourrait confondre son genre si l'on ne faisait pas preuve d'un peu d'attention...

D'ailleurs le genre, elle s'en moque. C'est juste bon pour faire parler madame Toulemonde, qui décidément ne comprend plus rien à rien avec cette jeunesse!

Photos: Amandine coiffée par David au Baronet Noir Barber

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 7 Juillet 2016

Photo: Maëva Cristofoli - Autoportrait

Photo: Maëva Cristofoli - Autoportrait

Si l'on n'y prend pas garde, l'esprit nous fourvoie dans des jugements hâtifs aux conclusions erronées et l'on a vite fait de prendre les socquettes roses pour des chaussette bleues...

Personnellement je m'entraine beaucoup et il devient difficile de me mettre en défaut quant à la détermination entre un beau et une belle gosse. Mais j'aime bien cette incertitude que les plus audacieuses entretiennent, lorsqu'elles ont peu d'efforts à faire pour ça.

En général, cela leur confère une sorte de jeunesse éternelle qu'elles auraient hérité d'une filiation divine. Dès lors, tout en elles m'apparait merveilleux, au sens original du mot...

Mais il ne faut surtout pas s'imaginer que ces femmes s'ingénient à masquer leur vraie nature, jouant à cache-cache entre masculin et féminin. Au contraire, le plus souvent elles expriment une autre féminité, loin des clichés et du dogme, plus authentique et débarrassée des artifices qui excitent les sots.

Les cheveux courts, c'est pour ça. Bien moins pour échapper à l'image commune que pour exalter cette féminité différente... En tout cas, j'aime bien le croire.

"Au premier regard, je la trouvais si jeune, que je la pris pour un garçon de quinze ans"

Extrait de Pétronille de Amélie Nothomb

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 3 Juillet 2016

Modèle: Benthe de Vries

Modèle: Benthe de Vries

Elle a fait ce geste dix fois depuis le début de sa journée, l'accompagnant à chaque fois d'un soupir de résignation. Elle arrivait déjà à la limite de sa période entre deux rendez vous et voilà qu'en plus, une affichette sur la devanture du salon, lui rappelle que son coiffeur vient de partir en vacances pour un mois. Désespoir...

Dans ces moments là, on imagine vite autre chose que d'attendre sagement le retour du figaro tout bronzé.

1/ Après tout, au point où on en est, pourquoi ne pas essayer de les laisser pousser... pour voir?

2/ Essayer ce petit salon dont on lui a parlé... mais elle aurait le sentiment de trahir une complicité acquise de longue date.

3/ Laisser faire la bonne copine qui, consciente de l'état de détresse actuel, propose depuis 3 jours de régler ça en deux coups de tondeuse... Oups!

4/ Régler ça en deux coups de tondeuse soi même, pour n'en vouloir à personne... puis parce que finalement ça fait longtemps qu'elle a ça dans la tête.

Bref! La situation est grave... et désespérée.

Autant éliminer tout de suite l'option n°1. C'est comme arrêter de fumer, il faut une longue préparation psychologique et à moins de souffrir durant des mois, ça ne se décrète pas comme ça du jour au lendemain.

L'appel de la tondeuse, qu'elle soit manipulée par la copine ( qui en rêve surement ) ou par soi même, c'est un peu brutal, même si c'est un vieux fantasme qui traine depuis... presque toujours. Mais bon... le boulot, la famille... C'est pas le moment ( En réalité c'est jamais le moment ) et puis tant qu'à le faire un jour, on préfère que ce soit dans les meilleures conditions possibles. Mais on le fera ... un jour.

Reste la trahison! Après tout, y a que les idiotes qui ne changent jamais d'avis. Et puis là, c'est quasiment un cas de force majeure... et si ça se trouve l'autre est meilleur... et moins cher... et puis si ça plait pas, c'est juste l'histoire de quelques semaines... et de toute façon c'est pour dégager les oreilles et la nuque, pas plus, alors?

Alors...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 1 Juillet 2016

Photo: Martin Strauss
Photo: Martin Strauss

Mon coeur s'est apaisé.

Pourtant j'ai juré et j'ai grogné tout au long de ce chemin d'infortune. Mes blessures étaient moches et profondes, je n'aurais pas donné cher de ma peau...

Mais le temps soigne mieux que personne les coeurs qui ont trop saignés. Il faut juste être patient, laisser partir le venin qui emplissait les veines...

Aujourd'hui je peux me laisser glisser vers la nostalgie, revivre des instants plus heureux, appeler des souvenirs restés jusque là sous les gravas. C'est juste pour être en paix...

Enfin pleurer... Sourire et pleurer en même temps de ce que nous étions, heureux et malheureux.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost0

Publié le 30 Juin 2016

Photo: Barry Jeffrey

Photo: Barry Jeffrey

Ça n'a l'air de rien, mais si je prend un peu de recul avec les choses, j'ai bien l'impression qu'elles ont bougrement changé, les choses.

On a du mal à imaginer qu'il y a cent ans à peine, un père, un mari, un frère était capable du pire si jamais il prenait l'envie à sa fille, sa femme ou sa soeur de se couper les cheveux, comme c'était la mode dans les années 20 du siècle dernier. Pourtant, il ne s'agissait que d'une "coupe à la garçonne" qui semble presque désuète aujourd'hui...

Néanmoins, si un coup d'oeil dans le rétro peut faire sourire et paraître les choses évidentes, il a fallu tout de même du courage et de la persévérance pour abattre les cloisons. Il en faut encore aux femmes d'aujourd'hui pour s'approprier des codes jalousement réservés. Après bien sur, pas question de discuter des goûts et des couleurs, ni dans un sens, ni dans l'autre. Et moi qui suis sensible à cette "égalité", je trouve que bien des progrès ont été fait, grâce à toutes, féminines, androgynes, jeunes et plus mûres, sans autre considération que le plaisir d'être soi même, avec l'allure qu'on veut se donner.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0