humeurs

Publié le 19 Octobre 2016

“Le talent et le goût ne suffisent pas, seul le style compte.”

Elisa et Cannelle forment un couple de jeunes femmes comme il en existe des milliers. L'une et l'autre sont femmes aux cheveux courts et assez fières de l'être parfois, contre les avis grincheux de l'entourage...

Elles l'étaient avant de se trouver, sans chercher à cultiver un genre plutôt qu'un autre. Les cases, les catégories, ça les ennuie. Elles ne revendiquaient rien d'autre que d'être elles mêmes et depuis toujours ne s'imaginent bien qu'avec les cheveux courts.

C'est la rencontre de ces deux envies qui va, petit à petit forger leur style, leur faire ré-inventer un étonnant glamour, un féminin élégant et ambigu. Les cheveux courts comme un art de vivre.

“Le talent et le goût ne suffisent pas, seul le style compte.”“Le talent et le goût ne suffisent pas, seul le style compte.”

C'est Elisa la plus acharnée, la plus attentive à avoir une coupe toujours millimétrée, la nuque et les tempes toujours bien tondues. Un style exigeant, mais par chance sa coiffeuse est une amie et la coupe chaque 3 semaines est à un prix raisonnable.

“Le talent et le goût ne suffisent pas, seul le style compte.”“Le talent et le goût ne suffisent pas, seul le style compte.”

Mais Cannelle n'est pas en reste. Elle a abandonné sa coupe au carré de jeune fille et elle qui n'aime pas tellement aller chez le coiffeur a finit par confier sa coupe à son âme soeur. Et comme toujours, ce que l'on aime, on le fait bien. Cannelle râle, tempête, discute, se plaint, de peur de ne pas se plaire, mais elle se rassure dans le regard d'Elisa. Ainsi, après le carré et le wedge, petit à petit les pattes et le bas de la nuque se sont effacées sous la tondeuse d'Elisa, puis résolument, parce que c'est le style qu'elle aime, Cannelle a finit par adopter la coupe au bol.

“Le talent et le goût ne suffisent pas, seul le style compte.”

Et voilà que ces deux amoureuses des cheveux courts, de leur goût respectif, font une conjugaison dans un style affirmé, jeunes "dappers" à la nuque fraîche, androgynes sans l'être vraiment, séduisantes, troublantes et finalement glamour.

Photos: Cannelle et Elisa

Instagram: @stand.hight et @el.llee

Citation: Pierre Cardin

 

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Portrait

Repost0

Publié le 17 Octobre 2016

©jeaneg

©jeaneg

N'écoutez pas les autres, celles et ceux qui jugent, qui tranchent et qui condamnent. Ne croyez pas ces idées folles qui sont colportées par les esprits étroits et jaloux.

On vous dira que je suis mal dans ma peau, que je me prend pour un homme et que j'aime les femmes, que c'est un trouble de la personnalité, une manière de faire fuir les garçons, un renoncement, un suicide de ma féminité et encore plein de mots cruels...

Je suis comme je suis et j'ai fait bien du chemin, seule et sans peur, malgré tout cela. J'avais cette envie depuis petite, j'avais ce besoin d'être différente, hors du cadre. Pas excentrique, pas provocatrice, juste moi même. Je savais bien que ce serait comme ça que je me plairai.

Aujourd'hui, mes cheveux courts font l'éloge de ma féminité et ne trompent que celles et ceux qui veulent bien être trompés sur mon genre. Qu'importe qui me séduit, j'aime ces regards qui se tournent vers ma nuque quand elle est tondue, j'imagine ces murmures de désir, ces envies de baisers aux creux de mes cervicales. Je suis comme je suis, ne cherchez pas de raisons à mon plaisir d'être sans artifice.

J'aime la netteté de ces multiples détails, mes oreilles nues et le velours des cheveux ras. Je m'amuse de l'ambiguïté qui trouble les regards, j'aime les caresses de mes doigts qui s'exaspèrent sur mon cou, je frissonne de ces sensations et à peine mes cheveux coupés, songe déjà à la prochaine fois avec envie...

Ne cherchez pas, ne jugez pas. Je suis comme je suis, assez fière de moi pour sourire de ces mines déboussolées qui ne veulent pas comprendre que chacune peut dessiner sa féminité à sa guise. 

* Je suis comme je suis - Jacques Prévert

©jeaneg

©jeaneg

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost0

Publié le 16 Octobre 2016

Emma qui?

Alors voyons... Emma Stone, oui une actrice connue pour apparaitre partout sur le tapis rouge, mais dont personne n'est capable de citer un film... Ah si! Ben oui bien sûr... Emma Stone c'est l'éternelle fiancée de Spiderman. C'est ça non? je me trompe?

Eh ben figurez vous que pour le coup, Emma Stone est aujourd'hui mon actrice préférée. Oui je sais, toujours cette mauvaise foi et ce parti pris totalement arbitraire.

Parce que cette jeune et jolie actrice a décidé de rompre l'image de poupée glamour d'Hollywood et de faire confiance à autre chose que sa chevelure auburn pour séduire son monde. Et ça, c'est bien!

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 14 Octobre 2016

Photo: Cait Oppermann

Photo: Cait Oppermann

D'ailleurs il serait peut être temps justement de s'en rendre compte. Parce que ça ne date pas d'hier tout de même, cette envie de conjuguer la féminité d'une manière différente. Une fois qu'on a bien compris les différents éléments du puzzle, que l'on sait que féminité, tout comme virilité, n'ont rien à voir avec la longueur des cheveux des unes et des autres et qu'on a bien intégré que le meilleur moyen d'être quelqu'un c'est d'être soi même, on est en droit de se demander pourquoi, encore aujourd'hui, dans les grandes villes, des coiffeurs qui se revendiquent à présent "barbiers" refusent encore de couper les cheveux des femmes qui aiment bien avoir les cheveux très courts.

 

Ben si, y en a !! De ces pseudo salons "old school" qui font du hipster à longueur de journée et dont les coiffeurs craignent sans doute pour leur image de mâle tatoué si d'aventure ils laissaient s'installer une femme sur leur fauteuil.

Bref! Heureusement que la plupart n'a pas ce genre de complexe. Parce que certaines femmes aux cheveux courts aiment vraiment avoir les cheveux très courts et sont capables de s'approprier des styles jusque là "réservés" au catalogue des "coiffeur pour homme et garçonnet"

On passe sur la question des prix et de la différence qu'ils font entre homme et femme eux aussi...

Mais voilà, dans ce monde de brutes, les femmes elles mêmes, dont certaines aiment tellement les cheveux courts qu'elles en font profession, ne manquent pas d'idées. Comme par exemple  

 

 

C'est le cas de Mélanie dont j'ai pu déjà vanter les qualités dans ces pages. Elle me disait justement, que comme le salon de sa mère, où elle travaille encore en parallèle de son activité de coiffeur à domicile, était fermé le lundi, elle pourrait très bien instaurer une journée " Barber ladies", un jour totalement dédié aux femmes qui aiment avoir la nuque fraîche et les oreilles bien dégagées. L'idée est intéressante et devrait être soumise à ces salons de barbier "old school" au décor vintage un peu artificiel, qui cherchent absolument à cultiver le genre "men only". Cela permettrait sans doute de dissiper leurs préjugés et d'ouvrir non seulement leur esprit, mais aussi leur clientèle à bien des femmes qui sont à la recherche de leur savoir faire.

Enfin, j'dis ça, j'dis rien...

Photo: Cait Oppermann

Photo: Cait Oppermann

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 11 Octobre 2016

Maïtena Biraben pour Vincent V

Maïtena Biraben pour Vincent V

Je n'ai jamais trop bien su comment aborder la question. Et puis il y l'excellent site de mon amie Romy Duhem Verdière, Têtue.net, qui aborde cela bien mieux que n'importe qui...

Pourtant, mon statut d'ineffable amoureux des femmes aux cheveux courts aurait pu m'amener depuis longtemps à parler de cela sans attendre une quelconque commémoration. Mais en réalité j'ai toujours préféré parler des femmes qui décidaient, de celles qui, déterminées, faisaient le choix de couper leurs cheveux, se montrant fières et fortes, capables de rejeter l'image d'une féminité stéréotypée.

Cependant, je dois admettre, que cette force, cette détermination, n'est rien en comparaison de ce que doivent déployer les femmes qui, par le traitement qu'elles subissent, n'ont pas ce choix.

Alors il faut que je rétablisse la vérité. Ce qui me rend le plus triste, c'est que, par la faute sans doute de notre culture de l'image ou de nos critères sexistes, ces femmes se sentent presque honteuses de leur situation, alors que leur combat, leur courage et leur force devraient les montrer à nos yeux comme autant d'héroïnes d'une guerre individuelle et personnelle.

Et cette beauté que je trouve à celles qui renoncent avec style à cet appât de séduction aux yeux de certains hommes, à celles qui rompent le cadre d'une féminité dictée par certains hommes, à celles qui se libèrent des dogmes et se révèlent authentiques et sans artifices, j'aimerai bien que celles qui n'ont rien choisi du tout, en prennent aussi leur part. J'aimerai qu'elles n'aient pas honte de leur crâne nu parce que lui aussi révèle leur véritable beauté, sans artifice et que, plutôt que de se cacher sous des foulards et des perruques, elles montrent fièrement les guerrières qu'elles sont devenues.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 9 Octobre 2016

Photo: Sean & Seng

Photo: Sean & Seng

L'aube n'est pas tout fait là encore, il y a cette clarté étrange dans laquelle les loups se confondent aux chiens...

Dans cet air immobile, je peux laisser mon esprit vagabonder. Je suis là, à cette même place que celle où mon souvenir de toi me ramène et dans ma méditation, les yeux clos, je ressens ta présence... Oui c'est bien toi.

Assise en tailleur sur la balancelle de bois du ponton, tu me regardes et je retrouve ce visage d'une infinie douceur...

Il nous aura fallu du courage pour ne pas nous déchirer davantage et le temps semble finalement nous avoir réconciliés. Irrésistiblement.

Je sais que tu es là, comme ce trésor caché dans la maison hantée, que personne n'a trouvé. Est ce que quelqu'un jamais ne l'a cherché d'ailleurs? Mais je sais qu'il est là et cela enchante pour moi la maison...

Mon souvenir t'offre ce privilège d'être insensible au temps et ses injures. Tu es comme je t'ai aimée. Pour toujours. Et puisque tu me rejoins ce matin, laisse moi encore caresser ton cou, et ta joue et tes lèvres, avoir l'illusion, un instant, que pour moi aussi le temps s'est arrêté, pour me donner le courage d'attendre ce jour où nous nous retrouverons...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 2 Octobre 2016

Cyndel et Adeline

Cyndel et Adeline

hashtag (h aspiré)\aʃ.taɡ\ masculin

  1. (Néologisme) (Internet) Mot-clef utilisé dans les messages sur le site de microblogage Twitter ; le mot-clef est préfixé par un croisillon (signe #, appelé hash en anglais).

Depuis le temps que je traine sur l'Internet et ses réseaux sociaux, je me suis dit qu'en utilisant le mot-clé #lesfemmesauxcheveuxcourts, cela pourrait avoir un effet sympa sur le développement de "ma petite entreprise" pour laquelle, avec orgueil, je suis toujours en quête d'un plus grand rayonnement.

J'ai donc fait appel à "la garde rapprochée" de ma grande ville du Sud pour lancer ce projet mégalomaniaque de voir les lectrices du blog en faire elles mêmes la promotion.

Maëva

Maëva

Alors, rapidement sur Instagram l'idée s'est propagée et déjà, sans attendre d'être sollicitées, certaines ont exprimé leur soutien à cette idée aussi géniale que lumineuse... ( n'ayons pas peur des mots! )

Laurine

Laurine

C'est ainsi qu'apparaît la flamboyante Laurine, simple et lumineuse, les cheveux fraîchement coupés.

Fort de ce test concluant, je vais donc lancer, via la page Facebook de ce blog, un challenge du meilleur selfie #lesfemmesauxcheveuxcourts. Bonne idée non?

Affaire à suivre donc....

Sur Instagram

Sur Facebook

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Repost0

Publié le 23 Septembre 2016

Les Paper Boat Sailors

Les Paper Boat Sailors

C'était hier à la Grande Plage bohème, un restaurant estival, comme on en trouve sur nos côtes du Sud. Ce soir là Constance, Pupu, Nanou et Kim, les Paper Boat Sailors, donnaient un concert pour fêter la sortie de leur tout premier album Loners at Sea.

L'occasion pour Les Femmes Aux Cheveux Courts du coin de se retrouver elles aussi autour de cette petite fête. Et ce fut merveilleux

Isa et sa coiffeuse, Anne ElisabethIsa et sa coiffeuse, Anne Elisabeth

Isa et sa coiffeuse, Anne Elisabeth

Angélique et Maëva
Angélique et Maëva

Angélique et Maëva

Nanou, Pupu et ConstanceNanou, Pupu et Constance

Nanou, Pupu et Constance

Angélique, Anne Elisabeth, Léa (de dos ) et Virginie
Angélique, Anne Elisabeth, Léa (de dos ) et Virginie

Angélique, Anne Elisabeth, Léa (de dos ) et Virginie

Rendez vous pour l'Apéro #3... un de ces jours.

Photos: ©jeaneg

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 22 Septembre 2016

Veronika Pawlak

Veronika Pawlak

Je ne suis pas spécialement soupe au lait, mais puisqu'on est dans les coups de gueule, j'aimerai autant en profiter.

Enfin "coup de gueule", ce n'est pas vraiment le mot... Il s'agirait plutôt d'un coup de marteau sur un clou qui sans cesse ressort de la planche qu'on voudrait lui voir tenir. Il faut s'y résigner, il y a des choses comme ça, qui ne changeront pas tant que l'éducation des garçons ( mais pas que... ) sera négligée.

Passons sur le sempiternel " Bonjour jeune homme ... Oups! Pardon, mademoiselle" que certains balourds trouvent encore intelligent et subtil d'user pour faire connaître le peu de considération qu'ils ont pour les femmes qui s'écartent de la ligne de conduite de la dogmatique société patriarcale.

Un peu plus décérébré, plus jeune aussi peut être, il y a le benêt, qui en bande en général, n'hésite pas à interpeller la jeune femme aux cheveux courts qui rentre tranquillement chez elle et la harcèle tout au long du chemin en lui demandant si elle est un garçon ou une fille," rapport à ta coupe de ch'veux modèle bidasse! "

Pour ma part, j'imaginais que ce genre de chose était une fois pour toute archivée au rayon " conneries du passé". Eh ben non! Il y a encore de ces mâles reproducteurs qui toujours trouvent légitime d'aborder les gens, les jeunes femmes en général, c'est tout de même statistiquement plus facile et moins risqué, pour les interroger sur leur genre, comme ils le feraient sans doute aussi bien sur leur sexualité.

C'est pas le moment d'inventer encore un nouveau mot à base de phobie. Comme pour le reste, il n'y a pas plus de phobie là dedans que de beurre à la cantine. C'est juste un manque...

Manque d'intelligence, manque d'éducation, manque de connaissance, manque d'ouverture d'esprit... Enfin manque de tout quoi! Malheureusement, sur le coup, il n'y a pas grand chose qui puisse être fait. Ignorer les cons me semble l'attitude la plus honorable, juste avant le coup de pied dans les couilles. Oups! Désolé...

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0

Publié le 20 Septembre 2016

Hannah Elyse

Hannah Elyse

1. Caractère nécessaire, indispensable de quelque chose; action, fait, état, condition qui doivent obligatoirement être réalisés (pour atteindre une fin, répondre à un besoin, à une situation). Nécessité absolue, indispensable; nécessité pratique, morale; faire qqc. par nécessité, sans nécessité; en cas de nécessité.

Situation de manque ou prise de conscience d'un manque.

Alors voilà, posé comme ça, les choses sont claires. Non parce que, ce qui échappe parfois à celles et ceux ( oui je sais, on peut dire celleux, mais c'est un peu moche... ) qui ne comprennent pas trop les femmes aux cheveux courts, c'est que ce n'est pas juste une mesure cosmétique ou une façon d'apparaître. C'est pour la plupart bien plus fondamental que ça.

Elizma chez BlindBarber

Elizma chez BlindBarber

Certaines éprouvent le besoin de se faire couper les cheveux et pour d'autres c'est une absolue nécessité. Parce qu'il y a voyez vous, une foule de lectures sur cette grille là. Quand par choix, par goût, par envie, on aime avoir les cheveux courts, le besoin c'est juste d'avoir une coupe toujours impeccable, propre, nette et élégante qui regonfle le moral de folie et accroit assurance et confiance en soi.

Et le degré au dessus, c'est la nécessité, l'urgence, l'obligation, l'exigence qui réclame une coupe encore plus courte, une détermination sans faille à être cette personne qui est farouchement féminine et le prouve aux yeux de tous en ne gardant que le stricte minimum de cette manne qui aux yeux des autres est le seule apanage de la féminité. Enfoncer le clou, encore plus loin dans la cervelle de celles et ceux qui interrogent bêtement et sans vergogne et font semblant d'ignorer le genre de cette femme aux cheveux courts, aux oreilles nues et à la nuque rasée. C'est la tondeuse qui lave l'affront et donne la réponse.

Lire la suite

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0