Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

Canicule

11 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Canicule

Soyons honnête, bien souvent les choses de ce monde nous dépassent et l'on se sent un peu comme un bouchon sur l'eau, filant au gré du courant... Tenez moi par exemple... Je ne parviens pas à comprendre pourquoi certaines s'obstinent à poster des photos d'elles sur Instagram où elles font systématiquement des grimaces horribles... So... Je ne peux donc que faire preuve de fatalisme et conclure mon constat par la phrase qui est sans doute la réponse universelle à tout ce qui nous échappe: C'est la vie!

Sans doute qu'aussi, en cette période de grande chaleur, on peut imaginer que la tentation est grande de filer chez le premier coiffeur venu, qui de quelques coups de ciseaux habiles va aérer les têtes en surchauffe... Pourtant tout le monde sait bien qu'il y a des mesures comme ça, qui ne sont pas forcément judicieuses. Tenez! Par exemple, boire frais quand on transpire, alors qu'on devrait boire un bon thé qui ne passera pas directement dans notre sueur et hydratera beaucoup mieux notre corps...

Mais je comprend, j'imagine, cette situation horrible, lorsque passant une main sur sa nuque on ne sent que moiteur et transpiration... Beurk

Alors oui! Dans ce cas là, ménager quelques courants d'air sur le haut de ses épaules n'est pas complétement inefficace. Mais bon...

Et pourquoi je raconte tout ça moi?

Une sorte de bavardage, un peu comme les communiqués du Ministère de la Santé qui nous bassine toutes les heures à la radio pour nous dire qu'il faut boire de l'eau et rester à l'ombre... Quelle époque!

Photo: Méli Rezeg chez FabulousHairdresser à Bonn

Lire la suite

Dans la lumière

10 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Dans la lumière

Elle apparait, entrant dans la lumière aux filtres colorés qui soulignent son corps avec plus ou moins de douceur.

C'est l'audace et la timidité, mêlées dans un esthétique paradoxe où la nudité ne voulait pas se montrer mais pourtant offre aux regards avertis, la rondeur d'une épaule ou la courbe d'une nuque.

Dans le clair-obscur chaque trait prend de la valeur et chaque détail accentue cette sensualité retenue. L'éclairage du corps donne à la peau une douceur soyeuse et lumineuse comme le satin. La lumière pâle et verticale sculpte le visage, haussant une pommette, creusant une joue tandis qu'un ton coloré donne de la chaleur à la nuque presque rasée...

Et les cheveux taillés à l'extrême, ont les reflets noirs d'un pelage félin.

Portrait de femme si délicat où tout est contraste jusque dans le caractère, dessiné à travers ces lumières, pâles ou chaleureuses, où la féminité exulte grâce aussi à ce front dégagé et ces tempes tondues...

Le paradoxe n'est pas l'ambiguité. Il n'y a ici que la féminité montrée dans toute sa nudité.

Photo: Séléna par Nikoniste dans l'âme

Lire la suite

Katmandou - Montpellier

8 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Divers & variés, #Portrait

Katmandou - Montpellier

Angie rentre du Népal. Partie stagiaire d'une organisation humanitaire, elle a connu le meilleur et le pire, jusqu'au tremblement de terre du mois d'avril...

Avant ce drame, elle a pu découvrir la culture et toute la gentillesse des népalais à l'humeur toujours égale. Et puis, en vraie femme aux cheveux courts, elle s'est aventurée chez le coiffeur local, ce qui a fait le bonheur du coiffeur lui même et de ses clients, amusés de voir une jeune femme se faire couper les cheveux chez eux.

De retour dans notre monde occidental et de passage à Montpellier, elle avait une grande envie de changement... Régine était l'homme de la situation.

Katmandou - Montpellier

Cependant, le changement c'est toujours compliqué quand on a déjà - presque - tout essayé...

Mais qu'à cela ne tienne. L'idée est venue de la dernière coupe d'Adeline, une jolie tentation pour Angélique qui n'était pas vraiment sûre que son coiffeur népalais n'ait pas tondu trop haut ses cheveux la dernière fois, pour lui permettre de tenter ce style.

Katmandou - Montpellier

Et pour Régine, rien d'impossible!

Katmandou - Montpellier

Et pour finir, une fois de plus, la coupe au bol retrouve une nouvelle jeunesse.

Katmandou - Montpellier

Une réussite pour Angie l'audacieuse qui va pouvoir envoyer une jolie photo, là bas, au Népal, à son coiffeur de Katmandou...

Katmandou - Montpellier
Lire la suite

Beauté du Diable

7 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Beauté du Diable

Il y a sans doute quelque chose de diabolique dans l'inspiration que peut donner un visage, une allure, un style, au point qu'on en soit pratiquement fasciné...

Mon amie Margot qui possède tous les critères de cette beauté, a ramené mon attention sur cette image d'Annie Lennox. Enfin non, pas celle-ci vraiment, celle du clip de la chanson Sex Crime qui illustre le film 1984, de Michael Radford. Elle y a cette blondeur et ce style épuré, les cheveux coiffés en arrière et cette coupe de collégien au contours précis, qui accentues tellement son androgynie naturelle

Beauté du Diable

Elle chante toute la violence du film, le regard exalté et montre si bien les dents que l'on sent la rage qui l'anime. Tout un caractère.

Et de ce personnage nait une inspiration personnelle parce qu'il y a une sorte d'identification, souvent fondée et l'on est alors persuadée que ce qui lui va ira aussi à celle qui s'en inspire, accentuera aussi son ambiguité androgyne, son style et son caractère, comme si ne prendre qu'un seul élément du portrait lui octroyait tout les autres traits... ce qui semblerait vrai.

Pourtant la loi n'est pas universelle. Pour endosser l'armure il faut les épaules et puis il faut l'audace. Cette audace toute particulière qui donne de la fierté aux femmes aux cheveux courts qui n'ont pas peur de se mettre en danger, qui ont la confiance aveugle et l'assurance d'être authentiques en toutes circonstances, celles qui peuvent compter sur leur féminité comme celles qui revendiquent leur fluidité de genre.

Alors le Diable s'empare de votre âme et vous conduit sur le chemin de l'orgueil et de la vanité et d'une image montrée à son complice le sorcier-coiffeur, il vous transforme en icône du rock, en actrice, en chanteuse, en personnage admirable que vous admirez... Mais le Diable ne peut rien contre la personnalité, le caractère et la volonté... Juste s'incliné devant la beauté.

Go! Margot

Photos: extrait du clip Julia - Eurythmics

Lire la suite

"Une coupe d'homme"

5 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

"Une coupe d'homme"

Dieu merci, les mentalités changent, les esprits évoluent et ce qui était un tabou absolu au début du XXème siècle est aujourd'hui parfaitement accepté par notre société moderne et tolérante...

Ah pardon...

Nom de Zeus Marty, on est encore en 1925!

Des fois, on s'demande... Pourtant la tendance semble s'affirmer et le style trouver sa place parmi les jeunes femmes aux cheveux courts. Une coupe bien nette, aux côtés parfaitement dégagés autour des oreilles, à la nuque minutieusement dégradée, stylisée avec une raie sur le côté et une "pompadour" sur le haut du front.

Ça vous dit quelque chose? Oui c'est vrai c'est exactement le style des beaux gosses des années 50. Alors du coup, soixante cinq ans plus tard, qu'une jeune femme ait envie de ce style de coupe de cheveux, ça ne devrait pas être si " choquant" que cela... Eh ben si!, des fois...

Mais surtout, ce qu'il faut comprendre c'est que ce style n'appartient plus au genre masculin, que personne ne devrait pouvoir dire aujourd'hui qu'une coupe est "d'homme" ou "de femme", qu'à la rigueur l'inspiration est masculine... et encore.

On a tout de même traversé des courants un peu turbulents depuis les 50's, du hippie aux punks sans les énumérer et les genres, de plus en plus, s'effacent devant les envies de chacun de faire ou de paraitre à son goût... non?

Aller! Encore un petit effort....

Photo: Ramon Felix

Lire la suite

Casse-tête... coréen

4 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Casse-tête... coréen

Cela fait partie des mystères de l'Orient. Question de morphologie sans doute. Enfin, je ne suis pas ethnologue, mais c'est cette impression constante que les femmes d'Asie ont souvent une silhouette androgyne, petits seins, hanches étroites et que par ailleurs les hommes de ce même continent ont souvent le visage glabre qu'au final, je reste toujours fasciné par la facilité avec laquelle je peux, moi qui me targue d'expertise, être berné sur le genre d'un(e) androgyne de ces pays là.

Pourtant rien, dans l'absolu, ne diffère. L'ambiguité est accentuée toujours par le mélange de masculin et de féminin, parfaitement dosé, le vêtement, le maquillage, la coupe de cheveux...

Tant et si bien, qu' à mes yeux, une jeune femme d'origine asiatique, qui sans aucune idée de fluidité de genre, aurait simplement et naturellement un désir de cheveux courts... très courts, deviendrait ipso facto un mystérieux et troublant androgyne. Merveilleuses contrées...

Photo: Kim Eun-Young " Cheetah" - Rappeuse coréenne

Lire la suite

Message personnel

3 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg

Message personnel

A cette heure là, le soleil commence à peine à chauffer le sable blond de la plage. Les goélands agitent leurs ailes au sol, se disputant une algue ou un poisson mort et sont à peine dérangés par deux ou trois furieux qui profitent de l'air iodé et de la souplesse du sable humide pour courir quelques kilomètres de rivage.

Là, en haut de la dune, où l'ombre persiste encore, elle est assise et un peu recroquevillée, tenant dans ses bras ses genoux serrés. Elle a le regard sur l'horizon, à peine distraite par les chamailleries des oiseaux de mer...

Et puis une main se dégage, ébouriffe les cheveux blonds décolorés et s'accroche à la nuque où les cheveux tondus ont retrouvés leur ton naturel. De quelques doigts manucurés, elle masse son cou, comme on le fait pour avoir le sentiment de se détendre. Ses doigts s'enfoncent dans la saillie des tendons et finalement la tension se relâche et la caresse semble plus sensuelle. Doucement, du bout des doigts, elle va et vient sur les cheveux ras, donnant à chaque fois un peu plus d'ampleur à son geste, puis revient à la base du cou...

C'est un geste rassurant, comme parfois font les enfants en serrant une poupée de chiffon qui renferme toutes les odeurs de leur monde familier. Une façon délicate de jauger la confiance que lui donne son allure, une douceur personnelle qu'elle aime s'octroyer en caressant à rebrousse, picotant la pulpe de ses doigts, tant les cheveux sont ras.

Soudain elle se lève, respire profondement, puis frotte son short pour chasser le sable. Un sourire conquérant éclairant son visage...

Photo: Jaako

Lire la suite

Extrême

2 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Paula von Oppen

Paula von Oppen

Pourquoi ça revient toujours? Pourquoi y a-t-il sans cesse des questions autour de ça?

Je ne saurais pas répondre, enfin si, je saurais mais cette réponse me semble tellement évidente que je ne saurais même pas comment l'exprimer...

C'est Camille, dans un message, qui m'a rappelé toutes ces questions qui assaillent les filles, les jeunes femmes, les femmes qui choisissent d'avoir les cheveux rasés. Là on est au delà des Femmes aux cheveux courts, on est à l'extrême, et la démarche est toujours fascinante.

Camille, elle, est un peu révoltée. Tondre ses cheveux est une façon d'exprimer cette révolte. Bien plus efficace comme message qu'une pancarte pendue à son cou. Mais peut être que la révolte n'est qu'un point de départ, parce que, une fois les cheveux coupés, une fois la tondeuse passée, il y a d'abord cet énorme sentiment de liberté, littéralement comme si de lourdes chaines tombaient à vos pieds en même temps que les mèches de cheveux. Et puis cette découverte étonnante de soi, de son propre regard, de son front, de son cou, de ses oreilles que l'on ne voyait auparavant que par intermittence... Et puis encore, après avoir scruté ce soi-même injustement délaissé, il y a un sentiment formidable qui augmente de seconde en seconde et qui vous gonfle le coeur d'une assurance extraordinaire, comme un super pouvoir. Une plénitude merveilleuse, qui s'accompagne toujours d'une caresse sur ce nouveau territoire, ce gazon frais, ce pelage soyeux qui couvre désormais cette jolie tête, une main qui fait frissonner quand elle se pose sur la nuque fraiche, une impression inconnue quand l'eau de la douche s'écoule sur ce crâne presque nu...

Et puis viennent les "pourquoi"... Comme dans le conte de Daudet, après que la petite chèvre se soit enivrée de tant de liberté, vient le crépuscule et la foule des haineux à l'esprit trop étroit.

Alors soudain, ce regard émerveillé qui découvrait son propre visage, découvre aussi le regard des "autres" parfois même des proches, qui ne parviennent pas à comprendre, qui sont affolés par autant de transgression, qui confondent tout subitement, féminité, genre, sexe, tradition, famille, travail... Affolés ou plein de reproches. Et pourquoi ceci et pourquoi cela... Eh bien certainement en premier lieu pour faire ch.... ceux et celles qui demandent pourquoi. C'est évident.

Après je ne suis pas sûr qu'il y ait autre chose à dire, chaque humain n'appartenant qu'à lui même, il serait absurde de tenter d'expliquer pourquoi vous préférez porter une robe aujourd'hui plutôt qu'un pantalon et vice-versa demain, pourquoi vous roulez en cabriolet plutôt qu'en berline, pourquoi vous avez fait Latin-Grec au lieu d'Esperanto ou pourquoi encore vous avez une ancre de marine tatouée sur le bras, vous qui n'avez jamais voyagé...

Amen!

 

 

Lire la suite

Quand on aime...

1 Juillet 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Quand on aime...

Une fois qu'elle a franchi le premier pas, ( il y a toujours un premier pas ) que tout le monde a bien compris qu'il ne s'agit pas d'un coup de folie de tête et qu'elle a renoncé à expliquer pourquoi elle aime ça, ( non désolé ça n'a rien à voir avec mon orientation sexuelle, ni avec ma licence de foot... ) une fois qu'elle en est là donc, apparaît rapidement le phénomène de l'addiction.

Alors, selon le caractère plus ou moins audacieux de l'intéressée, cette addiction va rapidement la mener, non seulement à aller voir son coiffeur de plus en plus fréquemment, mais surtout à lui demander de les couper un peu plus court à chaque fois...

Et toujours et encore, des proches et des moins familiers vont poser la même question: pourquoi?

Et pourquoi quoi? J't'en pose moi? Et la main d'ma soeur dans ta culotte de zouave? Ça l'fait aussi?

Bon bref! On est pas toujours obligé de justifier ses choix, ses goûts et ses couleurs hein? Mais juste comme ça, histoire de voir et de chercher à savoir vraiment....

Dans ce plaisir, et selon chaque individu, il y a beaucoup de raisons, la liste que l'on pourrait dresser serait forcément non exhaustive. Est-ce que c'est juste le trouble que l'on provoque dans le regard des autres, celui plus ambigu d'être confondue sur son genre, celui tout cérébral de se faire tondre chez un barbier, comme un homme là encore ou la simple satisfaction d'avoir surmonter son appréhension et de pouvoir le faire régulièrement aujourd'hui ou encore cette douceur tactile et sensuelle, ce goût de l'interdit et de la transgression, cette érotisation de la main qui caresse la nuque rasée...

En réalité cela doit dépendre du niveau de "court". On est d'accord. Ou bien c'est juste un peu tout cela mélangé. Sûrement.

Une chose est certaine en tout cas, c'est qu'en coupant ses cheveux, cette femme là s'est libérée pour être tout à fait elle même, affranchie des goûts et des couleurs des autres.

CQFD

Photo: Loreta Shabani

Lire la suite

N'aie pas peur

30 Juin 2015 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Tendresses

N'aie pas peur

Parfois des peurs t'envahissent et secouent ton navire comme une tempête, soudaine et violente.

Alors tu as besoin de crier pour que le monde t'entende et dire à quel point l'angoisse parfois te saisie de voir ta vie encombrée d'obstacles et de préjugés, la peur qu'on te reproche tes cheveux trop courts, ton allure ambiguë, ta voix un peu grave, tes vêtements pas assez féminins...

Le monde entier t'exaspère parce que tu ne sais plus quoi faire autrement qu'être toi même, que tes amours font fantasmer les gueux et que les gueux croient qu'ils ont le droit de te le dire, pauvres d'esprits. Parce que tu voudrais que ceux qui t'aiment continuent de t'aimer comme tu es et non pas comme ils ont rêvé que tu serais. Parce tu as peur de la haine et des insultes...

N'aie pas peur.

Il faudra toujours rappeler au monde qui tu es. Pas besoin de colère pour ça. Comme un ausweis il te faudra toujours montrer ta patte blanche et éduquer le monde, lui dire que tu n'es ni celle ni celui, que le rouge que tu portes sur tes lèvres n'est pas pour séduire les hommes ni pour faire plus féminin, ces choses là sont pour les mortels, toutes ces versions bêta de l'humain qui ne comprennent pas tout. Il faudra parfois un long jet de vapeur pour chasser la pression, comme le train qui siffle dans la campagne...

Sois toi même, tes cheveux ne seront jamais trop courts, ni tes lèvres trop rouge. Aime toi comme tu aimes ceux qui t'aiment, bel(le) androgyne. Et laisse filer ton train vers le nouveau monde...

Illustration: E Carpenter III

Lire la suite