Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

Quand on aime...

4 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Quand on aime...
Quand on aime...

Je me souviens avoir écrit ici même et j'en reste malgré tout convaincu, au moins pour la règle générale, que seuls les hommes, habitués à ces pratiques depuis toujours, savent couper les cheveux très courts.

Après, quand on a des opinions ( et l'esprit ouvert ) on ne peut que se laisser convaincre de leur bien fondé ou avoir la démonstration qu'on se trompe. Et j'avoue que depuis un moment, les tentatives pour me convaincre se multiplient et je rencontre bien des talents qui battent en brèche mon postulat de départ.

Et le dernier en date ne vient pas de Los Angeles, Brooklyn, Paris ou même Montpellier, non!

Quand on aime...

Mélanie travaille à Ste Cécile-les-Vignes, dans le salon Selec'tif Coiffure, mais aussi en freelance et depuis qu'elle est petite, Mélanie, elle a le goût pour les nuques bien dégagées et les coupes précises. Aussi, après avoir sagement appris le métier avec maman, elle a décidé, dans ce petit coin de Vaucluse, de faire de ses amies qui aiment les cheveux courts, très courts, des "belles gosses"

Quand on aime...

Un pari osé dans une petite ville de 2000 habitants. Mais quand on aime...

Parce que Mélanie a une vraie passion pour ce style, low fade, skin fade, à la manière old school, la précision dans le fondu du dégradé, c'est son kif! Et son outil préféré s'appelle Wahl Super Taper, Skull Edition, une vraie profession de foi, c'est Roland et Durandal, Arthur et Excalibur!

Alors bien sur, il y a aussi les chignons pour le mariage, les brushings de madame Toutlemonde, il faut bien faire "tourner" le commerce, mais ce qui fait vraiment vibrer Mélanie ( et sa tondeuse ) c'est le fade, la précision dans la coupe millimétrée, les nuques bien rasées et ses clientes, ses amies, ne s'y trompent pas, certaines parcourant des dizaines de kilomètres pour venir se faire couper les cheveux selon leur goût.

Quand on aime...Quand on aime...Quand on aime...

Parce que oui, les femmes aux cheveux courts et même très courts, ne sont pas toutes à Los Angeles, Londres ou Paris, que certaines coiffeuses ont davantage de passion pour les cheveux très courts, sans aucune considération de genre, que d'autres et parce que être soi même, toujours et tout le temps, ça compte

Alors quand on aime... on compte là dessus.

Quand on aime...
Lire la suite

Grands espaces, un portrait de Cynthia

3 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Quartier Libre, #Portrait

Grands espaces, un portrait de Cynthia
Grands espaces, un portrait de Cynthia

LFACC: C'est à la manière d'un Quartier Libre que Cynthia, voyageuse, aventurière et blogueuse, m'a livré quelques détails sur sa vie de femme aux cheveux courts au coeur de l'Afrique...

"Je ne sais pas trop par où commencer.. quartier libre sur moi ... et mes cheveux ! Plutôt improbable comme interview. Et je n'ai même une coupe extravagante ou une couleur improbable ! haha Alors je vais commencer par me présenter. Je suis une grande voyageuse, amoureuse des grands espaces. Je travaille dans le tourisme, je suis un peu serial-expat et j'habite en Afrique depuis maintenant 4 ans et hors de France depuis... longtemps. Je tiens un blog voyage dans lequel je raconte mes aventures. Dés que je le peux je prends la route, que ce soit juste pour un weekend, 2 semaines ou 3 mois. Voyager, découvrir de nouveaux horizons et de nouvelles personnes est devenu un besoin vital. Mais je suis également une grande épicurienne, fan de grande tablées et de bons vins, de musique, de rencontres et de bijoux !

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Je n'ai jamais vraiment été dans "la norme" en grandissant. Principalement à cause (ou grâce?) au fait que j'étais très grande et trés sportive. Quand j'étais plus jeune, j'avais les cheveux longs, je m'habillais comme les filles que je voyais dans la rue et j'essayais de me fondre le plus possible dans la masse pour faire oublier le fait que j'étais très grande et musclée. J'ai même fait du mannequinat pendant quelques années, parce que quelqu'un trouvait que je devait faire ça. Alors il fallait que j'ai les cheveux longs et que mon tour de taille ne dépasse pas X cm. C'est un monde qui aujourd’hui représente pas loin de tout ce que je déteste ! Comme quoi, pas facile quand on a pas la personnalité qui va avec le physique... et inversement. On perd pas mal de temps à se conformer puis à se chercher.

Puis un jour, le ras le bol à prit le dessus et j'ai décidé de quitter la France et de laisser libre court à ma personnalité ! C'est entre autre passé par une coupe radicale de mes cheveux !

J'ai donc les cheveux court depuis de nombreuses année, depuis que j'ai commencé ma vie de voyages et d'expatriations.

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Je coupe mes cheveux soit en France quand je rentre, ou sinon dans le pays dans lequel je vis. Je n'ai pas peur d'aller dans des coiffeurs "locaux", c'est au contraire une expérience assez sympa,; où l'on peut parler et de rire avec d'autres femmes provenant d'autre pays, dans l'intimité du salon. Situation qui n'arriverait sinon pas souvent.

Quand je reste longtemps dans un endroit, je me renseigne et je cherche le meilleur coiffeur local. Je n'ai jamais été déçue. Quand je suis juste de passage dans une ville, c'est au petit bonheur la chance. Mais généralement, du moment que j'ai la nuque bien dégagée, je suis contente. Au pire si c'est la cata je laisse poussé de quelques centimètres et je fais rattraper tout ça vite fait bien fait. Je n'ai pas la phobie du coiffeur ou un coiffeur attitré, je suis assez relax là dessus. Du moment qu'on me passe un coup de tondeuse pour me dégager la nuque et les oreilles, tout va bien.

Grands espaces, un portrait de Cynthia

L'aspect pratique y est certes pour beaucoup. J’habite en Afrique et il arrive souvent que l'on ai plus d'eau chaude, ou plus d'eau tout court. Les pannes d’électricité, la poussière, la moiteur... bref l'enfer pour les cheveux longs ! Je voyage aussi beaucoup et bien souvent dans des pays peu développé avec un minimum de confort, donc la aussi c'est pour l'aspect pratique. Puis franchement, se faire un shampoing en 30 secondes chrono, dans la douche, le lavabo ou bien juste avec un sceau d'eau.. .c'est la libération !

Mais les cheveux courts pour moi, c'est avant tout un état d'esprit. Depuis que j'ai les cheveux, je me trouve plus forte, plus féminine, plus indépendante tout en étant plus sexy ! Oui rien que ça. Haha.
C'est un peu l’affranchissement de tout les stéréotypes qu'on à depuis l'enfance (Genre princesse Raiponce ou Esméralda.. Il y a eu à la rigueur Mulan, mais elle a coupé ses cheveux pour se grimer et passer pour un homme. Super références que l'on inculque à nos enfants.)

Les cheveux courts ça colle avec mon caractère intrépide et impulsif. Je ne me vois pas du tout me laisser repousser les cheveux. Beaucoup de personnes me disent "oh ça te va bien les cheveux courts. Moi je n'oserai jamais, ça ne m'irait pas". Alors je leur répond gentiment, qu'il faut essayer pour savoir. Ce que je ne dis pas (mais que je pense très fort) c'est que ce n'est pas juste de l’esthétique. Loin de là. c'est avant tout un état d'esprit. Ma coupe courte fait partie de ma personnalité à 200% et les avoirs longs serait un peu comme prendre 30 kilos d'un coup ou bien que je me réveille un matin en faisant 1m60 .. ce serait juste pas possible ! haha

Puis c'est fou comme c'est addictif comme sensation de passer ses doigts le long d'une nuque dégagée ou bien tondue... et très sensuelle aussi... à bon entendeur ! haha
Je ne cherche pas du tout l’ambiguïté des genres ou à être androgyne en ayant les cheveux courts, au contraire je trouve qu'il n'y a rien de plus féminin qu'une femme à la nuque dégagée. Ce que j'aime par dessus tout dans les cheveux courts, c'est qu'on ne peut pas tricher, on ne peut pas se cacher derrière une mèche. En découvrant sa nuque aux yeux de tous, on s'expose énormément, on se montre tel que l'on est, sans artifice."

LFACC: Est ce que l’idée t’amuserait, ne serait-ce que pour un article ( j’ai une rubrique « all over the world » à présent et des amies en voyage, en profitent pour aller se faire couper les cheveux sur place et racontent ( j’ai déjà Los Angeles, Montréal et Beijing )

Cyn: "Oui avec plaisir ! Je peux faire quelques photos la prochaine fois que j'y vais."

LFACC: Est ce que les pays que tu connais bien ont cette « culture » de la féminité exprimée à travers les cheveux ( en gros, les cheveux longs font la féminité )?

Cyn: "Je connais surtout l’Afrique et ici la plupart des femmes ont les cheveux rasé ou alors des tissages. Mais je pense pouvoir dire qu'en Afrique, non, les cheveux ne font pas la féminité d'une femme !

Pour finir, un grand merci pour ce blog, qui rentre dans l’intimé de "ces femmes aux cheveux courts" avec pudeur, sensualité et justesse."

Grands espaces, un portrait de Cynthia

Et pour rêver un peu plus...

sa page FB https://www.facebook.com/Heybluebird-Blog-voyage-lifestyle-1617947058436284/

son Instagram https://www.instagram.com/cyn_dx/

et son blog ( à voir absolument ) http://heybluebird.com

Photos: Cynthia

Lire la suite

Si un jour la vie t'arrache à moi...

2 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Divers & variés, #Tendresses

Photo: RT Lichtbild fotografie

Photo: RT Lichtbild fotografie

Le ciel bleu sur nous peut s'effondrer
Et la terre peut bien s'écrouler
Peu m'importe si tu m'aimes
Je me fous du monde entier
Tant qu'l'amour inond'ra mes matins
Tant que mon corps frémira sous tes mains
Peu m'importent les problèmes
Mon amour puisque tu m'aimes

J'irais jusqu'au bout du monde
Je me ferais teindre en blonde
Si tu me le demandais
J'irais décrocher la lune
J'irais voler la fortune
Si tu me le demandais

Je renierais ma patrie
Je renierais mes amis
Si tu me le demandais
On peut bien rire de moi
Je ferais n'importe quoi
Si tu me le demandais

Si un jour la vie t'arrache à moi
Si tu meurs que tu sois loin de moi
Peu m'importe si tu m'aimes
Car moi je mourrai aussi
Nous aurons pour nous l'éternité
Dans le bleu de toute l'immensité
Dans le ciel plus de problèmes
Mon amour crois-tu qu'on s'aime
Dieu réunit ceux qui s'aiment

Texte: Edith Piaf

Lire la suite

Cahier de vacances - Simone me voilà! - 08/2013

1 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Cahiers

josie perez

Autant vous le dire, je n'ai jamais eu une âme de militant. Les banderoles, les slogans, ce n'est pas pour moi, pas mon truc.

Et même si mon attention a toujours était très portée vers les cheveux courts des femmes, pendant longtemps je n'ai pas vu tout ce qui pouvait se cacher derrière. Au début ça m'amusait même, de voir certaines réactions et d'entendre certaines réflexions au passage d'une jeune femme avec une coupe bien courte... Rien de grave me disais-je.

Alors c'est comme tout, la répétition de certains effets finissent par nous amener à réfléchir davantage aux causes. Et puis l'âge, la maturité, tout ça quoi...

Aujourd'hui c'est presque devenu épidermique. Sans que je sache vraiment par quel bout attaquer le morceau, je perçois à chaque fois que j'entends une ânerie du genre " les cheveux courts c'est pas féminin", " ah moi je ne pourrais pas vivre avec une femme qui a les cheveux courts", " non, une femme c'est cheveux longs, et puis c'est tout!" et même " j'aimerai bien avoir les cheveux courts, mais mon mari ( ami, père, frère, tonton, Obiwan Kenobi... ) ne veut pas"... je perçois donc vous dis-je une sorte de frénésie meurtrière monter en moi. Et là, si ce n'est pas la consternation qui l'emporte, j'ai envie de sortir ma Kalachnikov. Mais peut être que ce blog est plus raisonnable.

Parce qu'en fait il n'y a pas de petite cause à défendre. Et celle de l'égalité passe aussi par celle d'avoir la liberté d'être soi même. Du coup je me demande si je ne serais pas un tout petit peu féministe moi?

 

Photo: Freidmann Hauss

Lire la suite

Cahier de vacances - Si tu pars - 12/2013

1 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Marc-Hispard.jpg

Le coeur battait, il en avait presque mal, essoufflé, la gorge nouée, il sentait son corps broyé par une main gigantesque qui le tenait prisonnier, incapable de courrir pour la rattraper. Elle s'éloignait, inexorablement...

Brutalement il s'est réveillé, étouffant un cri et les larmes l'ont submergé sans qu'il ne puisse rien faire, comme un enfant perdu. Il est resté assis dans le lit, hagard. Elle dormait, juste là, le visage enfoui dans ses cheveux en bataille, le souffle régulier.

Fébrilement il a essuyé son visage dans le drap, il voulait deviner dans la pénombre sa silhouette, son cou, son épaule, nue, il voulait apaiser son angoisse, mais n'y parvenait pas, saisi par l'immense tristesse de son cauchemar. Il avait envie de prier sans savoir à qui adresser sa prière, la saisir dans ses bras et la serrer...

Que serait-il sans elle? Si elle partait et le quittait, quel sens pourrait avoir sa vie sans elle? Il s'est mis à murmurer, les lèvres salées par les larmes:

Mon Dieu ne me laisse pas sans elle. Sans elle je crois que je mourrais, parce que le monde serait gris et froid, sans lumière et tourmenté sans cesse par le vent et la pluie... S'il te plait... s'il te plait...

Elle a grogné un peu, s'est retournée et son bras et sa main son venus sur lui, comme une caresse pour l'apaiser.

 

 

Photo: Marc Hispard

Lire la suite

Cahier de vacances - "Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche" 10/2014

1 Août 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Cahier de vacances - "Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche" 10/2014

Par inadvertance sans doute, j'ai eu la fâcheuse idée, ce matin là précisément, d'aller déposer un chèque de rançon que me réclamait depuis longtemps l'organisation "Trésor Public" sous peine de me jeter à la rue moi et toute ma descendance.

Et comme un malheur n'arrive jamais seul, je me suis retrouvé à faire la queue juste derrière monsieur Maurice "Momo" l'épicier qui paru fort content de trouver une oreille familière pour y déverser sa bile verbale, le thème du jour étant : "Plus rien ne marche dans ce pays et où va le monde, j'vous d'mande un peu..."

N'ayant aucune échappatoire et rien d'autre à faire j'encaissais sa diatribe sur les bons à rien qui nous gouvernent, jusqu'au moment inévitable où monsieur Momo en vint à parler de mariage pour tous, de pma et de gpa, tous sujets auxquels il n'entendait rien sauf à considérer que ces pauv' homosexuel(le)s ne faisaient rien pour arranger les choses...

"Figurez vous, me dit-il, que bientôt les femmes seront toutes plus tatouées qu'un bataillon d' Coloniaux. Dans l'temps y avait guère que les marins, les soldats ou les taulards qui s'faisaient piquer. Aujourd'hui, des fois on sait même plus à qui on a à faire. Les cheveux courts, les costumes, les tatouages, tout ça c'est des trucs d'homme, non? Alors forcément si les femmes se mettent à la place des hommes, y a un twist que'que part..."

J'avoue que j'ai lâchement fait la moue et opiné du chef. Je n'imaginais pas lancer un débat sur le genre et l'égalité des choix, dans cet endroit où visiblement j'aurais pu finir lynché avant la fin de ma première phrase.

Photo: Terra Juana

Citation: M. Audiard - Un taxi pour Tobrouk

Lire la suite

Quartier Libre: Loki

31 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Quartier Libre

Quartier Libre: Loki

Un Quartier Libre original, avec une belle androgyne qui n'a pas peur de dire qu'elle préfèrerai peut être les cheveux longs, si les avoir courts ne lui procurait pas autant d'avantages...

I am androgynous lifestyle blogger, model, revolutionary and propagandist of non-binary society, vegetarian and animal rights supporter, slasher, fujoshi, hedonist, admirer of electronic music, technology, fashion, cinema, Asian/British/American culture, futurism, psychology, education.

Je suis blogueur de style de vie androgyne, modèle, révolutionnaire et militant d'une société non-binaire, végétarien et supporter des droits des animaux, fan de film d'horreur, fujoshi, hédoniste, amateur de musique électronique, technologie, mode, cinéma, culture anglo-américaine, futurisme, psychologie, éducation...

Quartier Libre: Loki

The society I want to build is liberated from gender, religion, traditional family values, slaughter of animals, overconsumption and uncontrolled reproduction. It provides development of intellect and environment regeneration in ideals of mutual care and responsibility. Right now I wear short hair but I'd prefer long if it would be more simple to care for it. I don't think that hair length affects person's lifestyle or defines gender in any way. Though I discovered that a short cut makes my survival in patriarchal society much easier.

La société que je veux bâtir est débarrassée de genre, de religion, des valeurs des familles traditionnelles, de massacre des animaux, de surconsommation et de reproduction incontrôlée. Cela nécessite le développement d'une régénération de mentalité et d'environnement dans des idéaux de responsabilité et de mutuelle attention. A présent je porte les cheveux courts, mais je les préfèrerai longs si cela était plus simple d'entretien. Je ne pense pas que la longueur des cheveux ait une influence sur le mode de vie des personnes ou définisse un genre d'une manière ou d'une autre. Même si j'ai découvert que les cheveux courts facilitent ma survie dans cette société patriarcale

Quartier Libre: Loki
Quartier Libre: Loki

Random people stop hitting on me, I'm taken more seriously and correctly. And this kind of haircut suit to any outfit I have. Well, besides, all the characters I correspond with these days have short hair, so I'm kinda lucky. Long hair can add some aristocracy, fantasy, mystic to your appearance. Hairstyle is just an accessory in creating your unique image. Some people are more comfortable with long hair which can be bonded into a ponytail and left alone, others love short cuts, available to style in various manners. It's just various lengths of hair. Long hair is not a synonym of masculinity or feminity, it doesn't make you a woman or a man.

Les gens de hasard ne m'importunent plus, je suis davantage prise au sérieux et mieux traitée. En plus ce genre de coupe de cheveux colle à la plupart de mes tenues. Et puis, tous les personnages avec qui je correspond ces jours ci ont les cheveux courts, alors je suis assez chanceux. Les cheveux longs peuvent ajouter une certaine aristocratie, fantaisie, mysticisme à votre apparence. La coiffure est juste un accessoire pour vous faire une image unique. Certaines personnes se sentent mieux avec les cheveux longs qui peuvent être attachés en queue de cheval et laissés ainsi, d'autres adorent les coupes courtes qui peuvent être stylisées de manières variées. C'est juste une histoire de longueurs différentes. Les cheveux longs ne sont pas synonymes de virilité ou de féminité, cela ne fait pas de vous un homme ou une femme.

Quartier Libre: Loki

Since masculinity and feminity are far-fetched and compulsory concepts, everything connected to them is false. One and only definition of feminity is motherhood, and the definition of masculinity is fatherhood, that's all. Everything unrelated to giving birth has nothing to do with "male" or "female" definitions. The only hair that can make you more masculine is a beard. Majority of hairstyles is available to any gender. Your best hairstyle choice fully depends on your personal style and looks.

Depuis que masculinité et féminité sont des concepts obligatoires et farfelus, tout ce qui est lié à ça est faux. La seule et unique définition de la féminité c'est la maternité, et la définition de la masculinité c'est la paternité, c'est tout. Tout ce qui est en dehors du fait de donner naissance n'a rien à voir avec une définition de mâle ou femelle. Les seuls cheveux qui peuvent vous rendre plus masculin, c'est la barbe. La plupart des coiffures vont à n'importe quel genre. Votre meilleur choix de coiffure dépend uniquement de votre style et de votre allure.

Lire la suite

La nouvelle Romane

30 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Photo: Maëva Cristofili

Photo: Maëva Cristofili

Si vous la croisez dans les rues de ma grande ville du Sud, vous ne pourrez pas la manquer. Peut être même que c'est elle qui vous fera découvrir ces rues à bord de son vélo taxi, mais de toute façon elle ne vous laissera pas indifférent(e).

Pendant un temps, trop longtemps, elle est restée dans l'ombre. Malgré un style toujours affirmé, elle n'avait pas assez d'espace pour exprimer sa vraie personnalité. Mais ce temps là est révolu. Libérée de ses entraves, la voilà qui renait, s'épanouie et s'élance sans désir de retenue.

Comme toujours, pour marquer ce renouveau, rien de tel qu'une bonne coupe de cheveux, avec la complicité de Régine, la coiffeuse des femmes aux cheveux courts.

La nouvelle RomaneLa nouvelle RomaneLa nouvelle Romane

Elle est de ces jeunes personnes qu'on imagine facilement pleine d'assurance, indifférente aux critiques des autres et aux regards réprobateurs. Pourtant elle vous dira qu'elle ne se sent pas si sure d'elle, mais elle n'a pas peur. Elle séduit par son allure, reine des chemisettes introuvables au col boutonné, son style affirmé est sans effort.

Aujourd'hui, comme un cabri trop longtemps privé des saveurs de l'alpage, elle file et gambade, gourmande d'herbes grasses et de grands espaces. La jeune femme court les soirées, les festivals, les événements, étonne ses ami(e)s, s'en fabrique de nouveaux et bientôt elle sera, comme ces jeunes déesses que l'on croit intouchables, une idole que l'on cherche à imiter sans jamais y parvenir, faisant les tendances au gré de ses humeurs et étonnant le monde.

La nouvelle Romane

Cependant, les apparences feront sans doute d'elle cette icône enviée, au style toujours sûr, à la coupe de cheveux toujours nette, mais Romane restera toujours l'adorable personne qu'apprécient celles et ceux qui la connaissent.

Photos: ©jeaneg

Lire la suite

Cahier de vacances - Comme d'habitude - 07/2013

29 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Cahiers

1074360_408740875905565_434846647_o.jpg

C'est amusant de voir la force que prennent nos habitudes et l'illusion de changement que donne parfois juste un détail.

Parmi les femmes aux cheveux courts que je connais il y a comme dans tous les courants, des modérées et des radicales. Les modérées s'autorisent parfois de grandes variations dans leur image. Sans considérer que le fait d'avoir les oreilles cachées par leurs cheveux puisse constituer un grave manquement, elles vagabondent entre très court et les différentes phases qui leurs permettent de retrouver une certaine longueur. Si bien qu'elles semblent toujours différentes.

Les radicales ne jouent pas avec ça! Au-delà de quinze jours après leur dernière coupe elles commencent à se désespérer de pouvoir empoigner leurs cheveux sur la nuque ou de voir les plus audacieux atteindre - à peine - le bord de l'oreille. Pour elles les variations se jouent au millimètre et plus d'un mois sans aller chez le coiffeur devient une excentricité. 

Pourtant, tout comme les modérées, les radicales subissent aussi ces besoins de changement, ces envies de différence et je les trouve très fortes dans l'art de modifier leur image d'un simple coup de peigne, couvrant leur front d'une lourde frange ou transformant celle-ci en une mèche aérienne qui va éclairer leur visage. Les couleurs changent aussi, avec elles tout est dans le détail. En quelque sorte il s'agit de changement dans la forme, mais jamais dans le fond et là, modérées et radicales se rejoignent finalement.

 

Photo: Wendy Lehmann

Lire la suite

Cahier de vacances - Tactile - 01/2014

29 Juillet 2016 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses, #Cahiers

splice-picture.jpg

Elle croit avoir un secret... Ou peut être est-ce qu'elle se moque de ce que les autres croient savoir d'elle... Ce n'est pas un secret alors, mais c'est intime tout de même.

La première fois c'était secret. Parce qu'elle s'est dit que personne ne comprendrait vraiment ou qu'on la trouverait bizarre si elle disait ça. Elle rougissait presque en y pensant. Et puis c'est devenu un petit plaisir personnel et habituel. C'est à ça qu'elle a pensé en voyant Amélie Poulain plonger sa main dans le pot de légumes secs, ces petites choses qui faisaient sourire, procuraient du plaisir à condition d'en avoir conscience... Pour elle c'était ça.

Comment c'est arrivé, elle ne sait plus vraiment. Un jour c'est arrivé voilà tout. Une envie à assouvir, une résolution, l'envie d'être elle même simplement. C'est comme ça qu'elle a coupé ses cheveux, sans imaginer un instant ce petit plaisir personnel et intime que ses doigts font naître depuis, en passant doucement sur sa nuque fraichement taillée. C'est agréable comme un velours délicat et à la fois excitant, doux et soyeux dans un sens, rèche et accrocheur dans l'autre. Et puis elle a sous ses doigts le contact de la peau nue dans cette partie de son corps qui s'échauffe d'un simple massage. 

Immanquablement sa coupe est devenue de plus en plus courte. Sans la voir c'est avec ses doigts qu'elle juge si c'est assez court lorsque son coiffeur l'interroge du regard. Du bout de ses phalanges, le picotement fait naitre un sourire sur son visage, électrise son épiderme et cette satisfaction regonfle son moral au point que tant d'assurance lui donne le sentiment d'être irrésistible... C'est tout bête, se dit-elle.

Et pourtant....

 

 

Photo: Splice pictures

Lire la suite