Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

Au boulot!

21 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Divers & variés

Au boulot!
Au boulot!Au boulot!
Au boulot!Au boulot!

Depuis le temps qu'on en parle, je me rend compte que c'est surtout moi, qui en parle. Or, je le sais mieux que personne, les opinions sont diverses et multiples sur des sujets aussi subjectifs que les cheveux courts. Parce ce que dans "Les Femmes Aux Cheveux Courts" il y a Femmes, évidement, mais aussi cheveux courts. Bon je crois que jusque là tout le monde suit ... 

Alors, la question se pose et cette fois c'est vous qui avez la parole: 

C'est quoi, pour vous, une femme aux cheveux courts?

Envoyez vos messages via la boite de contact ( là haut, dans la bande noire, juste à côté d'accueil ) les plus pertinents seront repris "in extenso" ici même.

A vos plumes

Lire la suite

A la tienne!

20 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Divers & variés, #Humeurs

A la tienne!

Un jour, sans doute plus désœuvré qu'à mon habitude, l'idée a germé, d'une soirée où toutes celles qui se côtoient sans le savoir en lisant ces pages, se retrouvent "en vrai" dans un lieu sympa avec ( bonne ) musique et boissons. C'est ainsi que le premier "Apéro des Femmes Aux Cheveux Courts" vit le jour dans un bar amical de ma grande ville du Sud, il y a 2 ans. Depuis, d'autres éditions ont suivi, avec un succès inattendu...

Un vendredi soir à Lyon. Un bar à bières sur les quais de la Saône, un temps d'été. Après Montpellier et Paris, on a décidé d'aller à la rencontre des lyonnaises aux cheveux courts. Mais...

Cette fois ci le véritable événement, c'est la présence, dans un coin du bar, d'un fauteuil de barbier, posé face à un miroir.

Et quoi de plus normal, pour une soirée de femmes aux cheveux courts, après tout?

Aussitôt l'ambiance est différente. Les rencontres sont toujours passionnantes, les retrouvailles toujours chaleureuses, mais les regards sont tous vers ce siège. Presque toutes sont venues avec l'idée d'y perdre quelques mèches. Et finalement l'enthousiasme est général.

A la tienne!A la tienne!
A la tienne!A la tienne!

Tout au long de la soirée, les petites têtes se succèdent sous la tondeuse du coiffeur, comme un élan de fierté, les nuques sont encore plus rasées, les fades plus accentués, les mèches sur le front plus courtes ( quand elles ne tombent pas carrément ). Les vidéos s'enregistrent, les photos se captures...

Finalement, à chaque édition quelque chose de nouveau, mais une constante, le plaisir de se retrouver de faire réellement connaissance avec celles qui sont fidèles à cette lecture depuis des années maintenant.

A la tienne!
A la tienne!A la tienne!
A la tienne!

Crédit photo: @krissmaeva et @jeaneg

et bien d'autres à venir sur la page Facebook LFACC

Lire la suite

Ton air d'enfant

17 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Ton air d'enfant

Les dieux ne sont pas si cruels, qui ont laissé à l'Androgyne la jeunesse éternelle...

Te rappelles-tu le "petit garçon" que tu étais, à courir sans répit après ton ballon mal gonflé? Tu savais, tu as toujours su, en remontrer aux garçons, les autres, les vrais, qui pourtant te voulaient tous dans leur bande. Tu avais depuis longtemps imposé les règles et ta mère avait renoncé à t'acheter des robes, mais elle n'avait pas cédé pour les cheveux courts. Alors tu avais cette queue de cheval, éternelle stigmate de ta féminité juvénile, qui balançait au rythme de ton allure et qui malgré ton jean usé et tes Clarks indiquait ton état de petite femelle au milieu des jeunes taurillons.

Tu as grandi sans vieillir, ton corps refusait d'abandonner cette enveloppe et de la déformer, si bien que devenue femme tu étais encore cette énigmatique androgyne aux hanches étroites et au torse plat. Le jour où, raisonnable, tu t'es abandonnée à ta féminité, tu as souligné tes yeux de mascara et peint tes lèvres charnues... et pour garder l'équilibre, ce jour là tu as coupé tes cheveux, balayant les mèches sur ton front comme un coup de vent, espiègle éphèbe, enfin transformée en femme.

Le caractère n'a pas changé, juste le bourgeon a éclos.

Lire la suite

Catalogue

15 Mai 2018 , Rédigé par jeunet Publié dans #Humeurs

Catalogue

Ce serait marrant d'imaginer, dans un futur proche comme on dit chez Netflix, des "boutiques" de coiffeur où on présenterait les coupes proposées sous la forme d'un hologramme, mais sans visage et sans corps. Ainsi pas de quiproquo sur le genre, homme ou femme désignerait du doigt l'objet de son désir et hop! Ni une ni deux il ou elle aurait droit et sans plus de commentaires désobligeants, à sa coupe préférée. Cool non?

En parlant de coupe préférée, je suis assez épaté de voir à quel point ces coiffures d'une autre époque ont finit par séduire une tranche 18-25 ans de la population actuelle. Ce style, largement dégagé autour des oreilles et nuque bien nette était la norme masculine des années 30-40 et survécue encore au fil des années 50. Le voir ressurgir ces dernières années et surtout  que certaines jeunes femmes se l'approprient me laisse rêveur. 

Cela ne semble être qu'un détail, anodin peut être même, voir anecdotique, mais cela en dit tout de même long sur ce que la mode ou le style sont capables de faire en matière d'égalité des genres.

Lire la suite

Le Bon Dieu sans confession

14 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Photo: Riccardo Lavalle

Photo: Riccardo Lavalle

"On lui donnait le Bon Dieu sans confession", l'expression est assez explicite pour nous faire comprendre qu'avec son air d'ange, ses yeux clairs et ses beaux cheveux longs, tout le monde s'imaginait une gentille fille bien sage. Et puis voilà, badaboum! Un jour apparait un écarteur au lobe de son oreille et puis un discret tatouage... et disparaissent ses longues boucles auburn. 

C'est amusant comme en général on se laisse bercer par l'illusion d'une image et surtout comme soudain, une autre image renverse totalement cette même illusion. Son visage d'ange est subitement "égratigné" par cette oreille percée et ses tempes rasées brouillent les esprits. On disait un ange mais on sait bien que ceux là n'ont pas de sexe. On voulait dire une jolie poupée peut être et voilà que pour de bon elle devient ange et donc asexué(e). Meeeerde!

Alors soudain on ne pourrait plus rien lui donner sans confession? Rien ni personne, même pas le Bon Dieu? Parce qu'en sortant de son portrait de "jeune & jolie" elle devient une personne qui compte peut être? On l'observe, on s'interroge, on redoute son caractère, on fléchit le sourcil et on cherche à se raccrocher à d'autres lieu-communs. Pourquoi diable a-t-elle la nuque tondue comme un garçon? Ah bon? Les garçons auraient donc les cheveux très courts, mais depuis quand? Oui, non bien sûr, certaines jeunes femmes ont les cheveux courts, mais pas comme ça, pas comme ... 

Bref! On en sort plus. On passe d'un écueil à un autre, de Charibe en Sylla et on s'empêtre dans des clichés hors d'âge. Moi je les aime ces jeunes femmes qui brisent les clichés, qui n'ont pas peur de se mettre en danger et ne revendiquent rien que de créer leur image, leur manière d'être femme, au risque de choquer le tout-venant en préférant la tondeuse du barbier aux bigoudis de la coiffeuse. Et à ces anges là, je donnerai volontiers tous les Bons Dieux sans la moindre confession.

Lire la suite

Méfiez vous des dimanches de pluie

13 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Photo: Andrew O'Toole

Photo: Andrew O'Toole

La nuit qui s'achève a été bruyante et un peu alcoolisée, le matin à peine réparateur. Et, la mi-journée passée, on se retrouve désœuvré.e, sans trop savoir quoi faire entre un retour sous la couette et une tarte aux pommes...

Et c'est là, précisément là, que le drame peut survenir. Comme la plupart des accidents, il s'agit d'une conjonction de petits événements et de paramètres qui entrainent inéluctablement vers une issue fatale. Il suffit d'un arrêt qui se prolonge devant le miroir, d'une paire de ciseaux qui traine, d'une main nonchalante qui passe dans les cheveux... Et si tout cela ne provoque pas forcément un "passage à l'acte", le coup de grâce peut être donné par la bonne copine de passage et qui, depuis qu'elle a coupé les cheveux de sa Barbie il y a 15 ans, se sent une âme de figaro. Et là, c'est le drame!

Une frange à raccourcir, une mèche à égaliser ou carrément une folle envie de tout couper et en quelques coups de ciseaux voilà ruinée la coupe de chez Machin qui avait coûté une blinde. Et la bonne copine, encore elle, qui pousse à la roue et s'échauffe, tondeuse à la main...

Et c'est ainsi que, sans trop avoir mesuré l'ampleur des dégâts, on se retrouve le lundi matin, en plein moi de mai, avec un bonnet sur la tête...

Lire la suite

Laora me fait un coup

11 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Ma Psy et Moi, #gayfriendly

Photo: Lera Abova

Photo: Lera Abova

J'ai toujours aimé chez notre amie transalpine cette saveur espiègle et sa spontanéité souvent désarmante. Jamais en manque d'idées saugrenues, elle avait imaginé un "jeu" qui finalement risquait vite de tourner pour moi à l'étude socio-anthropologique...

Laora : "- L'autré jour, j'ai dis... jé sais pas porche la converzazione elle est vénoue là dessous... ché jé vivais avec oune femme et oune homme, ma comme si on était tous les célibataires. Et pour espliquer jé dis la femme elle est lesbienne et lé mec il est pédé alors moi ça va! 

Moi - Quoiiii???? 

Laora - Bahh c'est pas important, lé mec il mé plaisait pas finalement, alors jé l'ai pas baisé. Ma! L'idée jé trouve qu'elle est rigolote no? Alors partout jé dis que tou es gay et maintenant, tou es un grand garçon et tou vas faire ta coming-out!

Moi - Mais tu es malaaaade! Tu l'as dit à qui? 

Laora - ...la concierge... le marchand dé journaux... C'est tout ( il faut pas affoler trop les gens... ) " dit-elle avec un ton de conspiratrice amusée. " Ma écoute darling, jé trouve ça très intéressant dé voir les gens comme ils réagissent."

Cette fois la plaisanterie ne m'amusait pas du tout

Moi "- Tu es complètement folle ma pauvre! Fais les toi même tes expériences pseudo-sociologique. Tu ne te rends pas compte à quel point tu m'a pourris la vie là? Et puis c'est sérieux ces choses là, on ne plaisante pas avec ça. Imagine tout ceux qui le vivent pour de vrai. Et puis même pour moi, une fois les dés jetés, plus question de faire croire à qui que ce soit " non non mais c'était pour rire, c'est pas vrai...." 

Laora - Et alors? Joustement, il y a plein des gens qui vivent commé ça. Et toi tou t'en fiches cé que les gens ils pensent no? Ça t'empêche pas dé mé baiser ou la Frida aussi. Et pouis tou vas voir, ça fait lé tri dans lé carnet d'adresse...

Moi - Oui mais moi, ma fierté, ma ... virilité, tu en fais quoi?

Laora - Ma! Tou té fous dé moi no? Ché cosa la virilité? Tou veux faire lé macho avec qui? La concierge? Tout ça c'est des histoires dé pétites coulottes. Tou préfères qu'on aime ton personnalité ou ta bite?"

Une fois encore, la milanaise parvenait presque à retourner la situation. Elle me faisait un coup pendable et comme je protestais je devenais le coupable. Cela dit, je ne voulais pas considérer cela comme un "jeu". Maintenant le mal était fait, il fallait laisser courir la rumeur et on pouvait compter sur la concierge pour ça, je préférais voir cela comme une forme de solidarité, ne rien confirmer ni infirmer, laisser les gens penser ce qu'ils voulaient. Après tout, cela jasait pas mal déjà autour de notre trio improbable et on était presque habitué aux regards torves de la concierge. Et puis finalement si tout le monde se disait homosexuel cela abolirait sans doute la discrimination, non? 

Lire la suite

Je suis comme je suis

9 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Photo: Grant Norton

Photo: Grant Norton

Je sais qu'il y a mille questions qui surgissent dans vos têtes, je sais que vous tous brûlez de les poser. Je sais bien. Pourtant imaginez un instant qu'une personne que vous ne connaissez pas viennent vers vous, en vrai ou à travers n'importe quel média et vous interpelle sur votre manière d'être, de vous habiller, de vous coiffer...? Dit comme ça, ça semble incongru. Je sais. Mais pourquoi, depuis qu'elle a coupé ses cheveux, chacun trouve le courage, l'audace ou l'insolence, de donner son opinion, souvent de manière irraisonnée, confondant ses propres goûts avec son opinion. Sans aucune nuance les plus bêtes viennent dire que "c'est moche" au lieu de dire que cela ne leur plait pas, comme s'il fallait absolument leur plaire...

Pourquoi, dans cet élan faut-il que certain.e.s se laissent aller à toucher, à passer une main sur ce crâne tondu ou caresser cette nuque rasée, sans même avoir été convié.e.s. Est-ce que couper ses cheveux offre cette possibilité soudaine de s'approprier une personne?

Enfin, il ne faut pas non plus être catégorique et intransigeant. Cette nouvelle coupe réclame parfois une appréciation, un clin d'œil, un regard bienveillant, juste pour se rassurer, se conforter dans son choix... Des fois.

Pourtant il y en a qui s'obstinent à être négatifs et péremptoires, qui déclarent, qui décrètent, qui dictent, "fais pas ci, fais pas ça, fais comme ci et fais comme ça", des qui "savent" ce qui est bien et ce qui ne l'est pas. C'est leur façon d'exister. Conformes et gardien.ne.s des règles non-dites qui pèsent sur toutes depuis que le monde est monde.

Du coup, couper ses cheveux plus court ou d'une manière plus radicale, se soustraire aux canons du désir universel devient une transgression alors qu'il ne s'agit que de plaisir et d'accomplissement.

Etonnant non?

 

Lire la suite

Semper Fi! Un portrait de Tyler

6 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Portrait

Semper Fi! Un portrait de Tyler

Ce n'est pas un secret, les femmes en uniforme me fascinent. Sans doute parce que je mesure, pour certaines d'entre elles, la portée de leur engagement. Dans la famille "militaire" j'ai, pour des raisons toutes personnelles,  une affection particulière pour celles qui servent dans le Corps des Marines des Etats Unis ( USMC ) et Tyler est l'une d'entre elles.  

Enfance de "garçon manqué", études normales et sans relief et l'envie de se mettre un peu "la race" dans ce monde de macho, Tyler est une femme de défi. Depuis longtemps son énergie d'enfant puis d'adolescente a été canalisée par le sport alors le challenge lui plait.

Le "Boot Camp" de Parris Island est une formalité. Elle a un corps d'athlète, un mental fort et se mesurer à soi-même dans l'épreuve, trouver un "esprit de corps" puissant, tout cela lui plait. A Camp Lejeune où elle est affectée commence la vraie vie. Elle a coupé ses cheveux avant même de rejoindre les Marines, mais pas comme les autres filles. Non, elle se fait une coupe comme les gars, va pousser la fonte avec eux et montre dans tous les domaines à quel point elle est leur parfait alter ego. Son corps s'étoffe, se muscle. Elle pratique tellement qu'on la sponsorise et elle fait l'admiration de tous les pratiquants.

Après un premier contrat qui l'emmène un temps sur une base en Espagne, vient le temps où il faut faire des choix. Elle rengage et ne tarde pas à être nommée sergent. 

Semper Fi! Un portrait de Tyler Semper Fi! Un portrait de Tyler Semper Fi! Un portrait de Tyler
Semper Fi! Un portrait de Tyler Semper Fi! Un portrait de Tyler

Inutile d'en dire plus pour comprendre que Tyler est une femme aux cheveux courts comme on aime les voir ici. Bien dans son corps, bien dans sa tête, une vraie affiche de propagande. C'est certainement pour ça qu'elle oeuvre à présent d'ailleurs, au Bureau de Recrutement de Long Island sous le soleil de Californie.

Sgt Brianna T. Polley

* Semper Fi est la réduction de Semper Fidelis qui en latin signifie Toujours Fidèle, la devise du Corps des Marines des Etats Unis

Lire la suite

Liberté, Egalité... Equité!

4 Mai 2018 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Photo: @jeaneg

Photo: @jeaneg

Il ne faudrait tout de même pas s'imaginer, qu'à part une certaine jeunesse désargentée et quelques lesbiennes butches, l'égalité de traitement et des tarifs chez le coiffeur n'intéresse personne! Je dirais même que dans ce cas précis, toutes les femmes aux cheveux courts sont égales devant tant d'injustice.

Liberté, Egalité... Equité!Liberté, Egalité... Equité!

Alors oui! Je me renseigne et j'entend. Mais les professionnel.le.s les plus honorables ont parfois du mal à argumenter sur cette question. On parle de "soins", de "qualité de service", de "temps passé", voir même de "nature du cheveux" pour justifier un tarif systématiquement plus élevé pour les femmes que pour les hommes... rien de très convaincant quoi! Parmi toutes ces explications plutôt vaseuses, il y en a tout de même une que je pourrais retenir. L'un d'eux déclare qu'il craint, en accueillant des femmes dans son salon pour hommes, d'être confronté à de mauvais commentaires sur les réseaux sociaux si jamais il ne parvenait pas à satisfaire les envies d'une cliente, qui selon lui sont forcément différentes de celles de ses clients habituels. On sait le mal que cela peut faire aux restaurateurs par exemple et du coup cette raison n'est pas totalement irrecevable.

Sauf que...

 

Photo: @jeanegPhoto: @jeanegPhoto: @jeaneg

Photo: @jeaneg

Eh bien sauf que les femmes aux cheveux courts qui font l'effort de franchir la porte d'un salon pour hommes, le font pour deux raisons principales. La première c'est qu'elles ne veulent pas autre chose qu'une coupe de cheveux comme celles qui sont pratiquées dans cet endroit et deuxièmement, elles en ont marre qu'on leur fasse payer 10 ou 15€ de plus sous prétexte qu'elles sont des femmes. Alors évidemment, pour celles qui ne visent que la deuxième raison et voudraient "en plus" qu'on prenne soin de leurs cheveux comme on le fait dans un autre salon, là bien sûr, les craintes de notre barber sont quelques fois fondées.

Alors oui, je sais bien que cela ne résout pas le problème. En réalité, peut être serait-il plus raisonnable de parler non plus de genre, masculin, féminin et autre, mais plutôt de service? Et plutôt que de réclamer l'égalité il vaudrait mieux parler d'équité, qui permettrait à chacun.e d'avoir, au juste prix, la coupe de cheveux qui lui plait.

Non?

 

Photo: Gilles Bensimon

Photo: Gilles Bensimon

Lire la suite