Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

Des jours comme ça...

13 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Linda-Evangelista.jpgIl y a toujours des hauts et des bas... Des jours avec et des jours sans.. Des jours pleins de rencontres enrichissantes et d'autres envahis par d'obscures anoymes qui préfèrent rester caché(e)s même s'il faut pour ça bafouer la plus simple des politesses.

Et puis, partant de là, la loi de Murphy s'applique et subitement plus rien ne va. Et c'est bien connu, la Vie, ça va, ça vient et quand ça vient, ça va!... mais quand ça vient pas?

Bref! Pour un lundi, des fois, on peut rêver mieux. Manquait plus que la boulangère pour me sortir encore des énormités sur les genres ou la dernière émission vue, pour lui apprendre à élever ses enfants. Et les filles ça doit être comme ça et les garçons comme ci. Chaussettes bleues et pyjama rose... Y en a marre!

Je vais de ce pas acheter une panoplie de Batman pour ma fille. Je suis sûr que ça va l'éclater de jouer au Super Héros. Et si ça lui donne assez d'assurance pour plus tard jouer une mi-temps dans chaque camp, eh bien ce sera toujours ça de gagné!

 

Photo: Linda Evangelista- pub Kenar

Lire la suite

Je me croyais riche d'une fleur unique

11 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

562733_413137362057307_361578470_n.jpg

Mais il arriva que le petit prince, ayant longtemps marché à travers les sables, les rocs et les neiges, découvrit enfin une route. Et les routes vont toutes chez les hommes.

- Bonjour, dit-il.

C'était un jardin fleuri de roses.

- Bonjour, dirent les roses.

Le petit prince les regarda. Elles ressemblaient toutes à sa fleur.

- Qui êtes-vous ? leur demanda-t-il, stupéfait.

- Nous sommes des roses, dirent les roses.

- Ah! fit le petit prince...

Et il se sentit très malheureux. Sa fleur lui avait raconté qu'elle était seule de son espèce dans l'univers. Et voici qu'il en était cinq mille, toutes semblables, dans un seul jardin !

"Elle serait bien vexée, se dit-il, si elle voyait ça... elle tousserait énormément et ferait semblant de mourir pour échapper au ridicule. Et je serais bien obligé de faire semblant de la soigner, car, sinon, pour m'humilier moi aussi, elle se laisserait vraiment mourir..."

Puis il se dit encore: "Je me croyais riche d'une fleur unique, et je ne possède qu'une rose ordinaire. Ça et mes trois volcans qui m'arrivent au genou, et dont l'un, peut-être, est éteint pour toujours, ça ne fait pas de moi un bien grand prince..." Et, couché dans l'herbe, il pleura.

 

Texte A. De St Exupéry - Le Petit Prince, Chapitre XX

Photo: Gosia Golab

Lire la suite

Tao brouille les cartes

10 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Tao

Courtney2

La grande différence avec Tao, c'était que même si parfois elle me montrait de l'affection, nos rapports ne seraient jamais aussi intimes que ceux qui nous liaient, Moïra et moi. C'était un crève-coeur, je dois l'avouer, mais définitivement Tao aimait les femmes. D'autant plus que je la voyais évoluer, se comporter, mener ses opérations, tout comme le faisait Moïra et les similitudes devenaient de plus en plus criantes, jusque dans sa silhouette depuis qu'elle affectait de se couper les cheveux comme le faisait son héroïne. 

Ça me faisait du bien de retrouver le "terrain". Depuis longtemps je n'avais pas trainé mes guêtres sur les bords de la Tamise. Pour ce repérage nous étions en couple et il faut dire que l'ambiance était vraiment agréable tellement Tao savait jouer ce genre de rôle avec moi, même si le soir venu, à l'hôtel, je ne pouvais me contenter d'autre chose que d'un chaste bisou avant de dormir, malgré tout dans le même lit, mais uniquement pour des raisons professionnelles. 

Le dernier jour Tao m'a entraîné du côté de Camden Town et son marché. Ce genre de balad, si elle ne représentait aucun intérêt pour la mission avait le mérite d'étoffer notre couverture de couple en goguette. Et là, dans une ruelle, comme si elle savait parfaitement où elle allait, Tao est entrée dans une boutique que les anglo saxons signalent par une sorte de cylindre à bandes tricolores tournant sur lui même et donnant une impression de vis sans fin... Un barbershop! L'endroit été tenu par un jamaïcain et les portraits de Bob Marley envahissaient les murs. Sans complexe Tao s'était déjà installée sur le fauteuil et je restais spectateur durant la coupe que le fan de reggae exécutait aux accents de "Buffalo Soldier"...

Cette vision nouvelle de Tao brouillait encore davantage mon souvenir de Moïra et la confusion de mes sentiments était totale. Comme pour me punir Tao devenait encore plus désirable et j'étais en train de tomber amoureux d'elle...

 

Modèle: Courtney McCullough

Lire la suite

Impressions

8 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

disconnecta.jpg

En la regardant de près la mer paraissait tourmentée, claquant sur les rochers, taillant leurs contours tranchants, vagues après vagues,  chaque fois davantage . Mais en levant le regard son immensité semblait plutôt calme, jouant avec le soleil du matin, comme on imagine les gosses qui jouent avec un miroir, projetant des éclats de lumière dans les yeux des passants... Dans ce tableau de bleu scintillant et de noir menaçant il faut ajouter le parfum de l'océan qui embaume la brise et la plainte ci ou là d'une sterne ou d'un goéland.

Et dans ce champ son corps nu apparaît, sa démarche provoquant un jeu d'ombres et de lumières, du creux des reins jusqu'aux dernières vertèbres. De sa peau dorée jusqu'au blond de ses cheveux délavés les nuances s'harmonisent comme sur sa nuque où le ton se dégrade du clair au sombre...

Finalement le soleil tout au long de sa course accentue les couleurs, blanchissant les courtes mèches blondes et bronzant la peau de miel. Et le tableau ainsi dressé devient impressionniste... 

 

Photo: Jelena Martinovic

Lire la suite

Golden ladies

7 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

celine-dumerc-la-premiere-lame-pour-arracher-la-prolongatio.jpg

Je crois que peu importe le résultat, les nations et la discipline. Durant cette grande célébration planétaire de l'esprit sportif, du jeu sans contrepartie et du dépassement de soi, j'ai choisi mes héroïnes.

Pourtant, si on regarde d'un peu trop près, on finit par voir bien des symptômes de ce qui pourrit la nature humaine partout dans le monde et là comme ailleurs, les tricheurs et les truqueurs tentent bien de tirer un peu de profit... Qu'importe! Certains exploits suffisent à nous faire croire à la noblesse du geste et à la souveraineté d'un esprit sain dans un corps sain.

Rien n'est joué encore, mais définitivement mes médailles d'or vont à Céline Dumerc ( photo ) et à Megan Rapinoe. Amusant, parce que ces deux athlètes jouent au milieu d'une équipe. Sans elle, elle ne sont rien...Mais l'inverse est presque vrai. 

Ce n'est pas parce qu'elles sont blondes et jolies, ni même parce qu'elles ont les cheveux courts ( hum hum ) mais parce qu'en les voyant évoluer dans leur jeu ( basket et football ) je discerne le caractère et l'enthousiasme qui les animent. Une sorte de joie de vivre qui les fait rayonner naturellement, mêlée à une maîtrise de leur sport et à une combativité qui inspire le respect.

A cette heure personne ne peut dire si leur équipe atteindra le nirvana. Mais c'est sans importance. Elles deux auront suffit à me faire battre le coeur.

Et même si d'aventure l'or ne vient pas se pendre à leur cou, je crois qu'elles ont déjà gagné le sommet de mon Olympe...

 

Photo: AFP

Lire la suite

Banalités

6 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Sinead-o-connor.jpg

On ignore parfois à qui l'on doit certains de nos petits bonheurs. Il y a des clichés qui sont tellement imprimés en moi que j'ai quelques fois le sentiment qu'ils ont toujours existés. Je sais, c'est pas très malin...

Prises individuellement, ces photos bien sûr sont toutes remarquables, techniquement, esthétiquement et on a pas de mal à admettre que Herb Ritts fait partie des plus grands dans son art. Mais le plus stupéfiant c'est quand on parcours son catalogue et qu'on se rend compte à quel point ses images sont connues.

Drew-Barrymore-.jpg

Mais il y a un petit quelque chose en plus qui moi me parle davantage quand je feuillette un de ses albums... C'est que la plupart de ses portraits de femmes montrent des femmes aux cheveux courts. Un peu comme en lisant Hemingway je me suis rendu compte de sa fascination pour le mélange de genre, en regardant Herb Ritts je me dis que cet homme là, lui aussi, était un amoureux des femmes aux cheveux courts, peut être autant que des hommes...

madonna-Herb-Ritts.jpg

 

Photos: Herb Ritts

De haut en bas: Sinead O'Connor, Drew Barrymore, Madonna

Lire la suite

Ite missa est

5 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

2012-08-02_162525.jpgPour un dimanche matin je trouve que ça tombe bien! Et puis un peu de latin c'est tout de même plus classe qu'une bordée de jurons, qui est, je l'avoue, l'idée première qui m'est venue en lisant les conclusions de monsieur Guéguen dont le cv paraît des plus honorable par ailleurs. Donc, pour la faire courte, ce docteur en psychologie, s'appuyant sur une étude de 2001 menée par des gens que j'imagine animés par les plus hautes qualités scientifiques, nous révèle que, outre qu'ils serviraient de "prédicteurs" de la santé et de la jeunesse, les cheveux longs seraient un indicateur du "potentiel reproducteur" de la femme. Mais oui mais oui...

Bon, dit comme ça, j'avoue, ça a tout du rapport scientifique. On pourrait même facilement parler de femelle plutot que de femme, pourquoi pas? N'empêche! Les chiffres sont là : une femme en bonne santé, jeune et cherchant à séduire A FORCEMENT les cheveux longs. Roulez jeunesse!

N'allez surtout pas croire que je cherche à contester ou à remettre en cause la bonne foi scientifique. Ce serait absurde et hors de mes moyens. Mais je trouve dommage que la Science elle même soit là pour nous replonger la tête dans le seau et maintenir en place des préjugés et des comportements d'un autre âge. Certes, les laborantins se contentent de collecter les données et d'en tirer des conclusions. La faute viendrait donc des femmes elles mêmes qui se complaisent dans ces schémas...? Comment ne le feraient-elles pas en lisant de tels rapports? Ce serpent là n'a pas finit de se mordre la queue.

 

Photo: Catherine Middleton, donc jeune -ok- en pleine santé -ok- et arborant un indicateur de potentiel reproducteur maximum!

Article de N. Guéguen

 

Lire la suite

Je sais d'elle encore peu de choses...

4 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

FBE.jpgCa tient souvent à presque rien;
Un simple geste de sa main
A changé jusqu'au bout mes moindres habitudes
Et c'est bien.

Je te dis ça c'est entre nous,
Mais les amours de Passe Partout
M'ont laissé l'impression d'une drôle de solitude
Après coup.

Et si je craque c'est pas des histoires,
Ris en si tu veux, il faudra bien y croire.
C'est comme dans un vieux rock'n'roll
J'ai dans la tête un transistor qui fredonne
Comme dans un très vieux rock'n'roll
Serre la main d'un fou que rien ne raisonne.

Passant la bride sur mon cou
Une fille au charme aigre doux
Emplit ma vie d'un mieux que je ne saurais dire
Et c'est beaucoup

Je sais d'elle encore peu de choses
Mais justement ce que j'en suppose
Est le début d'un jeu qui fait qu'elle m'attire
Et s'impose

 

Texte: William Sheller

Modèle: Freja Beha Erichsen

Lire la suite

Fantômes

3 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

agathe-Mougin.jpg

Il y a un luxe que je peux me permettre, c'est de m'arrêter de temps en temps, pour regarder. Poser mon regard, sur un paysage, une scène du quotidien, un tableau ou un portrait. Et quand j'y pense cela me semble presque une discipline de vie... On est tous tellement pressé aujourd'hui. Arrêter de marcher et se coller au coin de la rue pour voir ce qui nous entoure, même 3 minutes....

Certains portraits me fascinent. Je ne saurais dire pourquoi, le regard, l'allure, l'humeur que cela inspire... Le maquillage qui cerne les yeux, le dessin d'un sourcil, les lèvres. La coiffure bien sûr. J'ai souvent à travers ces portraits le sentiment de retrouver des personnes que je connais, ou plutôt que j'ai connues. Ce n'est pas dans la ressemblance, juste un détail seulement ou une attitude...

Parfois même l'androgynie peut faire que le genre soit effacé de cette illusion et une femme m'inspirer le souvenir indifféremment d'une autre femme ou d'un homme. C'est ainsi.

Peut être n'est-ce que l'étrange similitude avec un portrait de Sybil Rondeau qui toujours me fascine, qui fait que celui-ci d'Agathe Mougin, avec sa mèche sur l'oeil, m'inspire ces mots?

Et je me prend à penser que ces visages aimés sont autant de miroirs sans tain à travers lesquels mes fantômes chéris veillent sur moi...

 

Photo: Stefan Zschernitz

Modèle: Agathe Mougin

Lire la suite

Tiédeur, chaleur...moiteur

2 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

http---www.flickr.com-people-romolomilito-.jpg

C'est toi, rappelle toi, qui l'as entraîné à l'heure chaude, dans la pénombre de la chambre. Le voile clair flottait un peu, agité par le souffle d'une brise bienvenue et la chaleur vous invitait à rester nus sur le drap de coton blanc. Mais l'atmosphère était tiède et sans rien dire vous étiez tout autant excités l'un que l'autre. Tu te laissais faire, la nuque posée sur ton bras replié et tu dodelinais la tête, les yeux fermés, tes cheveux ras frottant le creux de ton poignet. Tant de baisers sur ton corps de nymphe eurent vite achevés d'enflammer ton plaisir et à ton tour tu l'as fait gémir, réclamant d'aller plus loin...

Tu t'es offerte alors mais c'est ta nuque qu'il a pris, la mordant et la caressant tour à tour et chaque fois envoyant dans tes reins une onde de plaisir. Ta peau s'est hérissée, des gouttes de sueur ont perlé et tu n'as pas résisté davantage, partageant ta jouissance dans un cri...

La grosse chaleur passée, les corps moites sont restés inertes, haletants, repus. Un instant...

Parce que doucement ses doigts agiles sont revenus caresser ta peau salée et glisser habilement sur ton cou jusqu'à la naissance de tes cheveux courts taillés. Tu l'as chassé, gentiment, pour ne pas succomber et Morphée a emporté ton âme apaisée...

 

 

Photo: Romolo Giulio Milito

Lire la suite