Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

Frida - De retour de "Pas fière"

24 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Ma Psy et Moi

Angie.jpg

Frida était rentrée. Somme toute, c'était presque rassurant de se retrouver ainsi tous les trois réunis comme avant. Nos expériences personnelles et notre indépendance nous permettaient de faire durer cette relation étrange qui pouvait en étonner plus d'un dans notre entourage. Frida avait son cabinet, nous vivions dans un vaste appartement et Laora avait gardé sa "garçonnière" qui aujourd'hui pouvait servir à l'un ou l'autre d'entre nous sous un préavis des plus réduit. Ainsi, luttant perpétuellement contre la jalousie, ce mal destructeur bien connu des couples ordinaires, nous parvenions à vivre dans une approximative harmonie...

Laora excitée comme une puce un jour de canicule s'était empressée de traîner la blonde chez son nouveau coiffeur et les deux m'étaient revenues proprement tondues comme des collégiens à la veille d'une rentrée scolaire. Bien entendu cette situation avait immanquablement entraîné des ébats physiques qui nous permirent d'exprimer sans retenue la joie que nous avions à nous retrouver réunis à nouveau.

Cependant la question posée au moment du départ demeurait toujours sans réponse: que diable avait bien pu faire Frida seule dans sa Bavière natale?

Moi " - Alors?

Ma Psy - Eh pien vigurez fous mein klein spatzen que ch'étais infitée pour ein confenzion BDSM..

Laora - .....????

Moi - .....????

Ma Psy - Eh pien guoi? Ch'étais en tant gue bratizienne pien zur...

Moi - Tu es praticienne de BDSM, toi?

Ma Psy - Non che zuis doktorin, on dis bratizienne en France non? Et tonc ch'étais infidez pour un zéminaire sur les pratiks sado mazochisde...

Laora/Moi - Nooooon....??

Ma Psy - Barfaitement! Et ch'aime autant fous dire que nos betits amuzements fédichizdes z'est te la rikolate!

Laora - Ah no mé moi jé veux pas souffrir hein, doutout. Déjà pour m'épiler c'est la tortoure alora...

Moi - Non mais ne me dis pas que tu as fait ta dresseuse de fauve ou que tu t'es fait promener en laisse...

Ma Psy - Nein mais ch'ai peaucoup abri figures doi... 

 

Modèle: Angie Hill

Lire la suite

Le portier du 891

23 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Elgort.jpg

Il aime bien son job Al. Il est portier à l'Ambassadors. On peut dire qu'il en voit. Sans bouger de son carré de trottoir, le monde défile sous ses yeux. Il y a de tout, des clients de passage, des habitués, des couples, des hommes d'affaire, quelques fois des femmes seules... mais qui ne le restent pas. La plupart sont aimables avec lui et il ne manque jamais de faire un compliment aux dames et reste toujours obséquieux avec les messieurs. Ce qu'il aime Al c'est essayer de deviner la vie des uns et des autres. Il sait déchiffrer les humeurs, il perçoit les détails. Un oeil noir, un geste agacé, il y a de l'eau dans le gaz entre monsieur et madame. Pas de chance...

Il aime ces femmes sophistiquées. Il sait bien que ce n'est pas pour lui, mais il les connait toutes. Et avec elles c'est toujours difficile de savoir au premier coup d'oeil. C'est pas comme les hommes. Les hommes se catégorisent tout seul, homme d'affaire en costume sombre, bourgeois en goguette, voyageurs de commerce, touriste en chemisette, Al ne se trompe jamais... Les femmes, c'est différent. Il faut avoir l'oeil. Il y a le chic, la classe naturelle, celles qui l'ont et les autres... Il aime ces femmes à l'assurance désarmante, celles qui n'ont pas peur de lui faire un sourire parce qu'elles se savent inaccessibles... Il aime ces femmes aux cheveux courts, toujours impeccables, aux boucles parfaites, même quand une mèche s'échappe et vient masquer le regard. Il y a toujours ce geste élégant de la tête pour chasser, un instant, ce voile importun, ou la main au poignet chargé d'or qui glisse la rebelle derrière l'oreille ornée de quelque perle... Il s'enivre des parfums qui flottent dans leur sillage, rêve en suivant du regard la courbe d'un dos, d'une nuque... et chaque jour Al est amoureux.

 

Photo: Arthur Elgort

Lire la suite

Assuétude

22 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

ollivert.jpg

Cela peut commencer de mille façons différentes. Parfois c'est juste un "rafraîchissement", quelques coups de ciseaux pour égaliser une frange ou raccourcir la longueur de quelques centimètres. Et l'on se surprend à aimer la facilité qu'il y a de tailler cette végétation humaine. Et puis comme chaque coup de ciseaux est mesuré, on perçoit le bruit, comme un pas dans la neige ou sur un fin gravier, toujours conclu par le claquement définitif des lames. Combiné au plaisir que l'on a de toucher la matière, souple et soyeuse, on finit par couper, couper encore et il faut quelques fois freiner son ardeur. 

Et puis un jour on fait un grand pas et l'on décide de couper carrément court. Le plaisir est différent, d'autres mains se glissent dans vos cheveux et mais les bruits devenus familiers demeurent. Votre image change, on l'aime et presque chaque fois on voudrait aller encore plus loin. C'est comme une drogue, douce mais sournoise... On découvre la douceur de sa nuque, la caresse y est soudain différente, sexuelle presque. On aime ne plus pouvoir saisir une mèche à cette endroit et puis un jour, c'est si court que les doigts sont picotés par le pelage presque tondu. On a des idées folles, on voudrait encore plus...

Mais la raison nous garde et la folie s'échappe. On en reste là, avec l'envie toujours d'y revenir.

 

Photo: Olga Prevalova

Lire la suite

Révolutionnaire

21 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Akin.jpg

On a beau dire ce qu'on veut, il y a encore des domaines où on a le sentiment d'être un(e) véritable révolutionnaire, sans cocktail Molotov ni barre de fer hein, sans même vouloir embêter personne. Pourtant quand je regarde mon calendrier j'ai des fois l'impression de lire 1912. Alors je m'approche, je mets mes lunettes et la réalité m'apparait enfin, 2012. Ouf! 

Mais ouf! quoi? On est en 2012, au XXI eme siècle et on continuerait à regarder de travers une jeune femme parce qu'elle porte un tatouage ou qu'elle se coupe les cheveux "trop" court. La société se triture le neurone pour savoir si deux personnes de même genre peuvent se marier et tout le monde se prend les pieds dans le tapis... Mais dites moi pas qu'je rêve!

Finalement c'est pas trop dur pour une jolie femme de nos jours d'être une authentique révolutionnaire. Une coupe "bien dégagée derrière les oreilles", un costume bon chic, avec pochette assortie et une copine à prendre par le cou. Et hop! roulez jeunesse, No pasaran, libertad o muerte, got mitt uns, ah ça ira, ça ira ça ira et tutti quanti...

Non mais on rigole, on a tellement de mal à se défaire des genres, des catégories, des petites cases où l'on peut ranger les uns et les autres, des religions qui mettent de l'huile sur le feu tant qu'elles peuvent pour pouvoir récupérer les rescapés et des politiciens qui au lieu d'oeuvrer pour la chose publique ne songent qu'à contenter leurs électeurs, qu'on finit par oublier l'essentiel...

Ephémère ( Heptogenia Lateralis ) durée de vie: quelques heures

Mouche femelle (Musca domestica ) durée de vie: 15 jours

Humain ( Homo stupidus ) durée de vie: 80 ans

Tortue ( Testudines ) durée de vie: 150 ans

Cyprès ( Taxidium distichum ) durée de vie: 6000 ans

En somme, tout est relatif et faudrait voir à pas oublier que demain, il sera peut être trop tard...

 

Photo: Akin Konizi

Lire la suite

Tempête dans un verre d'eau

19 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Miley.jpg

C'est pas la première fois que je le dis. Des fois, mes contemporains me désespèrent. Au hasard de mes lectures quotidiennes faites de magazines peoples et de fanzines, je découvre un gros titre qui me glace d'effroi: " Miley Cyrus pète les plombs et se rase la tête". La stupeur passée, je pousse un gros soupir en me disant qu'on m'a déjà fait le coup avec Britney Spears. Quant à Miley Cyrus, j'en étais resté à Hannah Montana alors forcément je suis un peu étonné de découvrir une jeune femme plutôt mignonne et souriante sous sa blondeur.

Mais du coup mon agacement va direct sur les rédacteurs de ces magazines ( j'ose pas dire journaliste j'aurais l'impression de faire du tort à quelqu'un ) qui pour ajouter du sensationnel à l'événement en rajoutent des tonnes et surtout parlent d'une simple coupe de cheveux comme si la belle en était irrémédiablement défigurée.

C'est pas pour faire mon chieur et prendre toujours le contre-pied dans ce genre de non-événement, mais je trouve moi, bien au contraire, que mademoiselle Cyrus gagne sur tous les tableaux en osant tailler ses cheveux si courts. Dans mon esprit je me dis d'un coup: "Tiens, finalement cette jeune femme a un cerveau. elle n'est pas seulement la petite fille surexposée, vedette de série, chanteuse et actrice prodige comme les américains savent faire souvent. Elle aurait pu devenir Paris Hilton, juste à gérer son image de minette sans neurone. Au lieu de ça elle renverse la table, brise le miroir et se montre pleine de détermination et de courage, telle qu'elle même.

Bon, on est content pour elle. Enfin tout ça pour dire que sous prétexte qu'on est connue, ou pas,  on aurait plus le droit d'être soi même, on ne s'appartiendrait plus, pour satisfaire un entourage habitué à nous voir de telle ou telle manière?

Non des fois, j'vous jure, ça m'tue!

 

Photo: Instagram Miley Cyrus

Lire la suite

En l'absence de Frida, les travaux continuent

18 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Ma Psy et Moi

short-undercut-ombre-hair-2012.jpg

Le départ de la blonde pour ses pâturages tyroliens avait provoqué un calme surprenant. Le désarrois des premiers jours avait cédé la place à une ambiance de vacances pour nous aussi qui restions dans la grande ville. Laora persistait à s'habiller avec ma garde robe et perfidement elle m'avait offert de piocher dans la sienne sans me gêner...

J'étais un peu stupéfait par l'acharnement qu'elle mettait à se faire couper les cheveux toujours très courts et à entretenir sa coupe de façon régulière, m'entraînant à chaque fois avec elle. Cela donnait bien sûr un bonus particulier à son style, cette fois résolument androgyne. Et je finissais par me dire que pour un peu j'étais presque "normal" en comparaison du fétichisme dont elle faisait preuve. Enfin c'est ce que je croyais parce que de son côté la transalpine niait absolument, s'obstinant à dire que ce n'était qu'une question de style, que de toute façon elle avait toujours été une femme sophistiquée et que, masculin ou féminin, un style ne supporte pas le négligé. Des arguments auxquels je souscrivais bien sûr, mais je sentais bien, moi, qu'avoir la nuque tondue provoquait chez elle une émotion particulière. 

Finalement, depuis le temps, entre Frida, la psy la plus allumée que j'ai jamais rencontrée et Laora la fashionista fétichiste, j'avais toutes les raisons de me croire "normal"...

Du coup, j'avais hâte d'annoncer cette nouvelle à Frida, qui dans un message laconique nous promettait un retour imminent.

 

Coiffure: Carl Keeley

Lire la suite

Toi

17 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Cam.jpg"J'aimerai tellement être toi!

- Tu ne peux pas voyons. Je suis un garçon

- Mais si regarde, je me couperai les cheveux comme toi, je porterai tes vêtements...

- Et tu penses que ça suffira?

- Oh je sais bien... mais peu importe! Si je suis ton frère, ton amant, ton ami... je serai juste comme toi. 

- Et crois tu que c'est seulement une question d'apparence?

- Non mais tu me connais toi, tu sais bien qui je suis...

- Oui tu as raison, un vrai garçon manqué!

- Un garçon idéal tu veux dire! Avec suffisamment de féminité pour ne pas être "manqué" justement.

- Oui enfin, tu sais bien, c'est l'expression... Tu ne veux plus être fille?

- Au contraire! Je voudrais réussir cette alchimie, être un garçon avec mon âme de fille, pouvoir aimer qui je veux et surtout...

- Oui?

- ...surtout que l'on m'aime comme je suis."

 

Photo: Camilla F.

Lire la suite

Routine

16 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Bon je dis tout! Il m'arrive régulièrement m'adonner à certaines tâches ménagères chez moi. En général cela se passe le dimanche matin, pendant que ma voisine est à la messe pour veiller au salut de mon âme. En même temps cela lui évite le risque de découvrir cette facette de ma personnalité qui pourrait bouleverser ses convictions et remettre en cause dans son esprit mon statut de mâle.

coiff.JPGEt pourquoi je raconte ça? Eh bien parce qu'en maniant le plumeau je me suis surpris à penser que parfois ça ne nous ferait pas de mal de chasser la poussière aussi dans nos esprits. Un peu comme ce petit meuble sur lequel je me contentais de passer un chiffons et dont j'admirais la patine à ce moment là, mais que je finissais par ne plus voir vraiment... Jusqu'au jour où faute de chiffons j'ai pris une éponge qui devait être encore imprégnée de produit ménager. Et surprise! Le petit meuble, que je croyais depuis toujours et pour toujours d'une couleur incertaine, acquise avec le temps et la routine, me révélait une couleur bien plus claire, chaleureuse et boisée. Et d'un coup je me retrouvais avec un nouveau meuble dans mon intérieur. Et ce meuble depuis je n'arrête pas de le regarder, tellement il me semble intéressant, beau et assorti à ma décoration...

Je crois que c'est un peu pareil pour nous. A force de nous habituer à un style vestimentaire, une coiffure, on finit pas devenir invisible peut être? A force d'être sûr de tout, on finit par ne plus rien remettre en question. Trop de convictions parfois finissent par nous rendre aveugle...

Comme quoi, le ménage des fois, ça a du bon!

 

Lire la suite

Interprétation

15 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Above-the-Narrows-Andrew-Wyeth.jpg

Au premier coup d'oeil j'ai envie de penser à une grande fille aux cheveux blonds foncés, coupés à la façon de Jean Seberg dans "Bonjour tristesse". D'ailleurs c'est l'idée générale, en voyant cette oeuvre j'ai tout de suite pensé à ce film. Moins de soleil, plus de verdure, peut être, mais peu importe.

Après, je sais bien que l'idée ne résiste pas à un examen plus approfondi, les mains, les pieds, quelque chose dans la découpe de ce visage, l'arcade... 

Alors en se penchant un peu plus sur l'artiste, j'apprend qu'il a peint son fils Nicky sur les bords de je ne sais quelle rivière du Maine... et ça me fait sourire. Parce que définitivement pour moi ce tableau représentera une fille androgyne, grande et mince comme le sont les mannequins d'aujourd'hui, avec un short en jean et une chemise d'homme, les cheveux taillés courts et laissés tels qu'ils sortiraient d'une nuit de sommeil...

Et Andrew Wyeth aurait eu beau faire, s'il avait pu, pour me convaincre qu'il s'agissait bien de son fils, je l'aurai cru sans doute, mais revenu au tableau j'aurai retrouvé cette image féminine, peut être, en tout cas dont l'ambiguïté du genre me fait penser à une fille. Et cette fille je voudrais croire qu'elle est comme Cécile, l'héroïne de Sagan, découvrant cette infinie tristesse. Et cela n'enlève rien au talent du peintre, au contraire, je l'admire de m'avoir fait rêver. Hein Andy? Don't worry! 

 

Toile: Andrew Wyeth - Above the narrows - 1960

Lire la suite

L'ange dormait

14 Août 2012 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Lise A

L'ange l'avait abandonné. C'était toujours comme ça. Et chaque fois il se posait la question. Est ce que la tristesse l'envahissait parce que l'ange disparaissait, ou est ce que sa tristesse faisait fuir son ange? Et il ne savait pas. Il ne savait pas parce qu'il ne se rendait pas compte à quel moment il devenait triste. Alors forcément cela le rendait encore plus triste. 

Il se complaisait un peu dans cet état, laissait la mélancolie le gagner, vivait de nostalgies et puis la grisaille s'estompait, le soleil revenait parce que toujours il finissait par penser à elle...

Et il suffisait qu'un sourire revienne pour que l'ange reparaisse, un peu endormie.

 

Modèle: Lise Aanes

Lire la suite