Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

On ne peut me connaître

8 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Divers & variés

tumblr mh970kTHKn1qjv1b3o1 1280

 

 

 

 

 

On ne peut me connaître

Mieux que tu me connais

 

Tes yeux dans lesquels nous dormons

Tous les deux

Ont fait à mes lumières d'homme

Un sort meilleurs qu'aux nuits du monde.

Tes yeux dans lesquels je voyage

Ont donné aux gestes des routes

Un sens détaché de la terre

Dans tes yeux ceux qui nous révèlent

Notre solitude infinie

Ne sont plus ce qu'ils croyaient être

 

On ne peut te connaître

Mieux que je te connais

 

Paul Eluard - Les yeux fertiles 

Photo: Michael Afonso

 

Lire la suite

Aie confiance

7 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Harmony-Boucher.jpg

Ah pauvre mortel! Te voilà effrayé, décontenancé, poussé dans un retranchement que tu redoutes... Elle est trop grande, le regard trop grand, la bouche trop grande, les sourcils trop larges, les bras trop longs, les cheveux trop courts, pourtant ton regard reste soudé au sien... Elle est trop belle sans doute?

Mais ton cerveau reptilien te fige dans une posture de méfiance. A ce schéma inconnu tu réponds par la peur... Ah ces cheveux trop courts! Comment passer outre? Comment effacer de ton cortex archaïque cette idée que cela ne peut correspondre qu'à un garçon... Et du coup ce "garçon" tu le trouves beau et une nouvelle barrière se dresse devant toi. Enfer!

Tu es dans un piège où tout va à l'encontre de ce que l'on t'a toujours asséné, instillé, inculqué... Et si tu te laissais faire pour une fois? Si tu laissais ton coeur et ton envie te guider? Peut être te découvrirais tu toi même, différent, authentique autant que cette femme, qui, si elle était embarrassée des mêmes préjugés que toi, a su s'en défaire?

Ou peut être est ce son assurance qui te fait perdre la tienne? Il en faut pour s'oser telle qu'elle est. Allons, c'est juste ta raison étriquée qui te cloue si loin d'elle...

 

Photo: Harmony Boucher

Lire la suite

Ça m'est égal!

6 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Katie-Louise-Ford.jpg

Je suis comme tout le monde je crois. Certaines réflexions dans une discussion m'exaspèrent. Mais un peu de sagesse et une bonne éducation parviennent souvent à éviter de s'engager dans une conversation risquée.

Pourtant les phrases préfabriquées et les sentences péremptoires me font rapidement inscrire leurs auteurs sur la liste que je tiens scrupuleusement à jour, de ceux avec qui je ne partirai certainement pas en croisière.

Dans le domaine qui m'intéresse ici, il en est une que je trouve assez inconsidérée et qui, selon le ton sur laquelle elle est énoncée, dénote soit de la bêtise, soit du mépris...

" Moi cela m'est égal qu'elle ait les cheveux longs ou courts, quelle soit brune ou blonde..." En général pour faire suite à cela on trouve ce qui est important donc aux yeux de l'orateur et là la liste n'est pas exhaustive, allant des gros seins aux belles fesses en passant par la capacité à faire la cuisine ou la lessive. Amen

Naïvement certains pensent que ne pas avoir de goût en ce qui concerne la coupe de cheveux de sa compagne serait faire montre de libéralisme, sous entendant :" Elle fait ce qui lui plait" Evidemment qu'elle fait ce qui lui plait! Cette blague... La question n'est pas là. 

Je trouve cela très méprisant pour ma part de ne pas s'intéresser plus que ça et de ne pas avoir de goût en la matière. Ainsi ne pas être capable de faire un compliment, que les cheveux soient longs ou courts, de remarquer les détails, ne pas se nourrir de petits riens, quel manque de considération. C'est peut être particulier chez moi, mais le plus infime changement ne m'échappe pas et puisque ce sont les cheveux courts qui me plaisent, j'aime remarquer le dessin d'une nuque, le mouvement d'une mèche sur le front, la finesse d'une oreille bien dégagée ou l'élégance de quelques boucles joliment taillées. Enfin tout plutôt que dire " ça m'est égal... "

 

Photo: Katie-Louise Ford 

Lire la suite

Mise au point

5 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

adam Ciaccia 

Un sentiment étrange, inconnu. Une sorte de jubilation qu'elle ne parvient pas à qualifier et dans le miroir ce reflet qu'elle hésite encore à s'approprier. Une allure nouvelle et pourtant familière, ou plutôt la vague impression que l'image "d'avant" était fausse, floue, décalée... Elle s'en voudrait presque de trouver cela excitant, mais c'est bien ça qui lui tord un peu le ventre, ce tête à tête, enfin seule, face à elle même. Elle découvre sa tempe, la machoire qui joue sous la peau, son oreille absolument dégagée et le velours de ses cheveux si finement dégradés, presque ras. Sa tête semble s'élancer au dessus de ses épaules et son visage est redessiné. Elle balaie sa frange d'un geste rapide, passe le dos de son doigt sur cette tempe rasée, puis la main sur sa nuque, caresse doucement les cheveux tondus, faisant ce petit mouvement rapide du bout de la pulpe de ses doigts et son ventre s'électrise...

Cette mise à nu l'effraie un peu et puis l'amuse. Elle est tellement fière d'elle...

 

Photo: Jez Rozdarz

Coupe: Adam Ciaccia

Lire la suite

Mais qui voilà?

4 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Tommy-ton.jpg

J'avoue, je ne peux pas me défaire de l'attrait qu'exerce sur moi Anne Catherine FREY, bien qu'elle n'ait jamais souhaité offrir à ce blog son soutien en témoignant de sa vie de femme aux cheveux courts dans la mode. Mais indirectement, voici qu'elle livre sur son propre blog, ce qu'elle aurait pu écrire dans un Quartier Libre que je lui aurais offert, plutôt deux fois qu'une...

Elle a décidé de tenter les cheveux longs et celles qui sont passé par là savent que ce n'est pas une mince affaire. Pourtant, comme à son habitude, elle le fait avec style et élégance. Elle se livre dans son article, dont je traduis ici un extrait:

 

"...Je sais qu'autant que je me souvienne, j'ai toujours aimé jouer avec mes cheveux. Quand j'avais environ 14 ans, ils étaient rouges flamboyants (ce qui était horrible. Imaginez ça avec les sourcils noirs. Définitivement un mauvais point ) car apparemment à un moment de votre adolescente vous ne pouvez être cool que si vous avez les cheveux rouge. Donc, c'était comme ça. Puis je suis devenue blonde pour un certain temps, enfin un étrange mélange entre blonde et brune, disons des reflets jaunes sur des cheveux bruns foncés. Imaginez le résultat, voilà. Finalement, j'ai décidé que l'un et l'autre de ces deux looks  étaient nuls et j'ai décidé de ne plus me teindre les cheveux, sage décision, puis je me suis battu avec environ 10000 coiffeurs pour obtenir une frange. Vous connaissez les coiffeurs, vous savez ce que vous voulez mais eux vous disent que c'est juste de la merde? Est-ce bien leur travail? Non, il suffit de me couper les cheveux s'il vous plaît. Et moi il ne me reste plus qu'à pleurer devant mon miroir. C'est à ce moment que j'ai trouvé mon coiffeur chez qui je vais encore aujourd'hui, Vito. Une frange? Toi? Parfait! C'est exactement le genre de réaction que je veux. Il tente tout, reste honnête et rend juste les choses possibles, c'est tellement facile avec lui. Alors j'ai eu une frange, et puis un jour je les ai coupé court. Et depuis, comme vous le savez tous, ils sont resté court. Dès le début, j'ai eu des commentaires tellement bien qu'à aucun moment je n'ai pensé à les laisser repousser. Si vous m'avez suivi pendant les dernières années, vous savez probablement que Vito et moi avons essayé presque tout ce qui est possible avec mes cheveux. C'était tellement amusant et ça l'est toujours. Il m'a même fait teindre en noir une fois, et j'ai adoré! (Enfin sans doute pas assez pour le refaire ;) Donc récemment, j'ai commencé à me demander de plus en plus à quoi je ressemblerai avec les cheveux longs à nouveau. L'idée m'est venue une fois, puis a disparu et a finit par me trotter dans la tête, jusqu'au jour où j'ai décidé de les laisser pousser. La dernière fois que je me suis vue avec de longs cheveux c'était quand j'avais 16 ans, j'ai donc visiblement beaucoup changé et je serais ravie de voir à quoi je ressemble avec ça. Juste par curiosité.

 

Donc je me retrouve ici aujourd'hui, au salon de Vito, à lui demander de le couper de manière à ce qu'ils soient courts et longs en même temps. D'habitude, il n'a pas besoin de description précise, il fait ce qu'il veut de toute façon (dans le bon sens!) Cette "undercut" est une excellente idée et je l'aime, cela ajoute quelque chose de nerveux et amusant à la phase de repousse. Sans elle, j'aurais probablement déjà re couper à nouveau. Je ne peux pas nier que parfois, même maintenant, mes cheveux courts me manquent. Mais après tout j'ai le temps d'essayer, j'ai décidé de le faire et de m'amuser avec quelque chose de nouveau.

Voyons voir combien de temps je peux le faire, littéralement."

 

Photo: Tommy Ton

Lire la suite

Heure d'été

3 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

amra3.jpg

S'il y a un effet que l'heure d'été peut revendiquer sans aucun conteste, c'est celui de faire parler les gens. Quant à savoir si cet effet est positif ou négatif...

Immanquablement, l'achat d'une botte de radis et d'un litre de lait m'obligeait à passer par la case commères et ce matin là elle était bien remplie. Changement horaire donc, bouleversement biologique, perte de repères, j'en passe et des plus dramatiques. Je n'ai du mon salut intellectuel qu'à l'arrivée de deux jeunes filles qui tombèrent immédiatement dans le faisceau radar de mes parleuses commerçantes. Jeans, Vans, débardeur, sac en bandoulière et Wayfarer sur le nez, les belles se tenaient par la main, l'une en chignon et l'autre bien dégagée autour des oreilles. Une vision qui m'attendrissait mais qui était loin de satisfaire les critères normatifs de ma marchande de soupe. 

Bizarrement ce ne fut pas le comportement hostensiblement amoureux des deux jeunettes qui provoqua la discution, mais la coupe de cheveux de la brune à la nuque tondue. Un couplet sur "on dirait un garçon" un autre sur la jeunesse en général, un troisième sur les parents qui ont démissionnés depuis longtemps et puis je ne sais pas pourquoi, sans doute encore plongé dans ma rêverie et profitant d'un "blanc" je lache " moi je trouve que cela lui va sacrément bien cette coupe " sans trop réfléchir, ce qui provoque une concentration de regards des ménagères de plus de cinquante ans sur moi. Comme prise de stupeur, l'assemblée reste coi, durant une ou deux interminables secondes, avant que l'une d'elle ne se reprenne en admettant qu'elle aimait bien aussi les cheveux courts, pour preuve son authentique coupe "Mireille Mathieu", mais que là... là non, c'est trop court!

Et du coup, replongé dans un mutisme protecteur et au milieu du brouhaha je me mis à songer que finalement si mes commères étaient plus préoccupées par la coupe de cheveux de cette fille que par sa façon d'afficher fièrement son orientation sexuelle, la société avait peut être fait un pas dans le bon sens.

 

 

Photo: Matt Jones

Lire la suite

La fin et les moyens

2 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Dasha-Astafieva.jpg

Il y a parfois un petit pas grand chose qui nous sépare de nous même...

Prenez elle par exemple. Chanteuse, danseuse, mannequin. Vous allez me dire qu'on ne parle là que d'apparences. C'est vrai, mais ce serait plutôt parce qu'elle a su exploiter sa nature pour parvenir à ses fins. Elle rêvait de poser dans Playboy. Elle l'a fait. Et puis, dans la même veine, un producteur a eu l'idée de réunir trois spécimens du même gabarit pour faire un groupe et l'a baptisé NikitA... Bon. Ça marche forcément, trois belles femmes qui ondulent dans des tenues sexy. 

Et puis un jour le producteur en question a une idée. Pour le clip d'un de leur titre il demande à l'une d'elle de se faire tondre par les deux autres... C'est dans le style du groupe, suggestif, fétichiste, cuir et latex....  Je me suis un peu penché sur les paroles de la chanson et bien sûr je n'ai rien compris. Non pas parce que je n'entrave rien à l'ukrainien, mais parce que comme dans toutes les chansons de ce genre de groupe, il n'y a rien à comprendre et en tout cas aucun rapport avec le fait de se faire tondre les cheveux. Bon alors voilà, ça c'est fait! Apparemment l'effet recherché à été atteint et le clip à fait le buzz ( jeu de mots )

Toujours est-il que la demoiselle, une fois tondue, s'en est trouvée fort aise, a persisté, en a même rajouté une couche. Mais le plus intéressant c'est que grâce à cela elle semble assumer une sorte de schizophrénie, entre la chanteuse sulfureuse et la jeune femme nature, famille, chat et petit ami, pratiquant yoga et peinture. Impossible à réaliser avant la consécration Playboy, mais depuis que la chose est faite cela ressemble à un vrai coming out. 

Alors du coup je me dis que cette jeune femme aux cheveux courts, à l'audace et à la détermination incontestables, a simplement su se déguiser pour atteindre un but, franchir quelques barrières, parvenir à la célébrité, avant de révéler sa vraie nature.  Intéressant non?

 

Pour les amateurs, le clip en question

Photo: Dashia Astafieva

Lire la suite

Cauchemar

1 Avril 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Ma Psy et Moi

Nattura.jpgUn événement c'était produit. Quelque chose d'assez grave qui ne méritait certes pas d'aller aux urgences mais qui me poussait, mort d'inquiétude, à rejoindre le cabinet de Frida dès potron-minet pour elle, c'est à dire vers 14 heures du matin...

Quelques signes symptomatiques étaient apparus depuis plusieurs jours. Je ne m'étais rendu compte de rien, mais Laora, aussi insouciante fut-elle, avait fini par les remarquer. Presque rien au début, un regard, une réflexion, puis des choses plus précises comme cet exemplaire de Playboy US avec une playmate aux mensurations astronomiques... Vraiment le genre de chose que personne n'avait envisagé de voir traîner un jour chez nous.

Elle même, Laora, se sentait moins désirée et s'était retrouvée complétement décontenancée alors qu'elle revenait à peine de chez le coiffeur, de n'avoir pas un seul compliment. Les choses, doucement, empirèrent ainsi jusqu'à hier soir...

J'étais resté seul à l'appartement, refusant d'accompagner mes deux égéries à une soirée karaoké. Mes deux amoureuses s'étaient tournées l'une vers l'autre, le sourcils levé et les yeux ronds, mais avaient finalement pris leur clic et leur clac sans moi.

Frida ayant trouvé amusant de raccompagner une petite mannequin danoise, Laora était rentrée seule et m'avait, disait-elle, surprise avachi sur le canapé, en slip, la télécommande dans une main, une Heineken 50cl dans l'autre, regardant sur Canal+ Sport un documentaire intitulé Ribeiry, sa vie, son oeuvre, alors que le Playboy étalait ses bimbos pleine page sur la table basse.

Habituellement joueuse, la belle italienne aurait pu s'amuser de me voir dans cette posture de gros con idéal, pensant que je jouais moi même, mais les symptômes qui l'avaient inquiétée les jours précédent prenaient ce soir là tout leur sens. Elle fût achevée lorsque m'adressant à elle je l'interpellais par un "bonsoir jeune homme" presque naturel.

Abasourdi par le récit qu'elle me fit le lendemain de cette scène étrange, j'admis qu'il fallait que je vois Frida de toute urgence. Mais en quittant l'appartement une dernière réflexion glaça le sang de l'italienne au moment où, pleine d'espoir et de compassion, elle m'embrassait, je lui dis : "c'est vrai quand même que tu as les cheveux trop courts, on dirait un mec!" et sur ce, la gratifiais d'une claque sur les fesses.

Le verdict de la psy était sans appel, je n'étais plus l'amoureux des femmes aux cheveux courts. Une décharge d'électricité statique en ouvrant le frigo hier soir avait été fatale. Le choc avait provoqué une remise aux normes, un formatage... J'étais à nouveau "normal"...

 

Photo: Publicité Davines

Lire la suite

Petite tête blonde

31 Mars 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Belliehops2

De là, posté derrière son épaule juvénile, il observe amusé, la belle qui prend des poses et se découvre, nouvelle, dans le miroir. Tant d'hésitations, tant de doutes et de questions... balayés par les yeux rieurs qui se désirent, les doigts agiles qui ébouriffent les mèches encore blondes, caressent la nuque désormais plus brune. La voici désormais, petite tête authentique et naturelle, espiègle, sûre d'elle plus qu'elle ne l'a jamais été.

Et lui la laisse à ses grimaces, pose son regard sur les cheveux, tondus, qui envoient des reflets d'or et de lumière, sur ce pelage soyeux attirant irrésistiblement la caresse, vers l'ombre de ces oreilles délicates et nues, sur cette peau satinée, pâle et duvetée...

Mais les voilà qui roulent et s'enlacent. Ses doigts agrippent la nuque, elle se cambre et les éclats de son rire le troublent. Elle murmure à son oreille et l'excite tout autant qu'elle s'échauffe...

Elle jure qu'elle s'est enfin trouvée et que jamais, jamais elle ne voudra cacher sa vraie nature... de femme aux cheveux courts.

 

 

Photo: BellieHops 

Lire la suite

Sur le quai, la nuit

30 Mars 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

36971_2-isa-hickmann-bolsa-fashionrioverao2012.jpg

Il y a, la nuit, dans certains endroits de la ville, des existences qui se téléscopent, des vies qui se croisent et s'accrochent... et d'autres qui se dénouent...

Il y a aussi des envies, du désir... et l'oubli. N'attendre personne et ne pas l'être soi même, errer sans avoir envie de rentrer, n'avoir besoin de sourire à personne, ni de parler, ni d'écouter et glisser ainsi dans sa propre existence, comme une barque sans ammarres. Il y a toujours quelques chose ou quelqu'un à oublier et pour oublier vraiment il faut à chaque fois mourir un peu...

Et de tout ces gens qui sont là, sur le quai, la nuit, combien sont l'oubli d'un autre et combien cherchent à mourir un peu pour effacer un morceau de leur vie?

Il regarde, se demande si lui aussi a perdu son gouvernail. Personne ne semble vraiment malheureux, mais personne n'est heureux

Enfin, sans savoir ni comment, ni pourquoi, deux âmes perdues se retrouvent et s'enlacent comme fait le liseron sur un vieux fer forgé, étouffant l'oubli de l'autre, noyé dans un nouveau et luxuriant feuillage.

Il y a, la nuit, dans certains endroits de la vie, des existences qui se nouent...

 

Photo: Juliana Knobel

Lire la suite