Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

Un p'tit beurre, des touyous

28 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Bon alors voilà! Ça c'est fait!

4 ans je trouve que ça fait un joli score. Compte tenu de l'inflation je dirais même qu'on atteint l'âge de raison. Pas mal pour un blog de "pervers fétichiste" comme dirait ma voisine qui visiblement s'y connait en déviances de toutes sortes... Mais peu importe. Un bilan honorable, même si le temps des records est passé:

statistiques.jpg

Donc nous y voilà, sur la première marche de la cinquième année. Alors? Stop ou encore? C'est tout de même une question qu'il faut se poser... Aller je crache le morceau! J'y ai pensé ce matin en me brossant les dents du fond à droite et en arrivant à celles du fond à gauche après être passé par celles de devant, je n'y pensais plus. Voilà, même pas de suspens. De toute façon pour le moment c'est un peu la fête alors il sera toujours temps demain de prendre des décisions graves. Hein?

Angie64880 284334611694157 83651441 n

e11e13dea8c6df792015dec0b73c84557a1788.jpgDemi-Ghost.jpg

Tamika-Madex.jpgsaskia-de-brauw-karen-elson-gisele-bc3bcndchen-and-copie-1.jpg

Agyness

Wendy L

modele-Anais-maquillage-Kim-Min-Young-coiffure-Ste-copie-1.jpg

Anne-Catherine-31052346 612652858758534 509612076 o

Nadege-du-bospertus.jpg

heather.jpgCamila-Castares.jpg

Voilà de quoi contenter celles et ceux qui sont davantage friands de photos que de littérature... Si si, il y en a...

PS: Comme c'est un peu la fête, pour le crédit photo faudra repasser... ou bien simplement demander.

Lire la suite

Miele

27 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

21003170_20130503160413935.jpg

Ce miel a la douceur de la délivrance... Irène ne dit rien à personne de sa vraie vie. C'est un ange de la mort. Contre rémunération elle aide les personnes à achever leur existence dans la dignité. Le sujet est grave, n'apporte sans doute aucune réponse mais pose des questions auxquelles chacun peut réfléchir...21001819_20130426191450577.jpg

Je n'aurais pas imaginé dans un tel rôle un personnage différent que celui endossé par Jasmine Trinca, l'actrice qui monte en Italie. Une jeune femme moderne, un style un peu "boyish" les cheveux courts, bien sûr et j'ai hâte de découvrir son vrai caractère, à peine perçu à travers les bandes annonces.

Parce qu'il y a forcément de la profondeur dans ce personnage. Un abord un peu cynique peut être dans l'esprit "pragmatique" et mercantile, une froideur dans la mise en oeuvre où chaque détail est prévu...

Mais Irène a une certaine éthique et la rencontre de "monsieur Grimaldi" en qui finalement elle découvre un homme désabusé et suicidaire lui fait remettre en cause sa démarche... J'imagine, sans le savoir, qu'elle finira par redonner le goût de vivre à cet homme, mais je n'en sais rien...

Ce que je vois c'est que ce film est réalisé par Valeria Golino et que l'actrice principale est une femme, dans un rôle très fort et que pour un tel rôle seule une femme aux cheveux courts pouvait faire l'affaire... ( sourire )

20541828.jpg

 

"Miele" de Valeria Golino - Sortie prévue en France le 25 septembre 2013

 

Lire la suite

Fascination

26 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

tamika-4-copie-1.jpg

Ce n'est pas réellement une confession si j'avoue, là tout à coup, être en proie à une certaine fascination quand je vois l'adresse d'un coiffeur taillant une chevelure pour obtenir des cheveux courts une texture proche de celle d'un pelage animal. Mais cette fascination est moins pour la technique que pour le résultat final. Bien sûr la métamorphose est toujours stupéfiante, c'est de l'ordre de la sculpture, comme une oeuvre éphémère sur une matière vivante, qui se transforme avec le temps. Et en soit cela est déjà fascinant.

Mais plus encore, le travail achevé, je suis fasciné par l'effet produit... dans tous les sens du terme. La matière, douce, veloutée, comme un tapis de soie qui attire le regard et la caresse de cette multitude de terminaisons tranchées nettes, comme un chaume souple et dru à la fois, qui chatouillent la pulpe des doigts...

Et puis surtout la personne qui se trouve ainsi transformée, nouvelle, rajeunie, rafraîchie, éclairée d'une autre lumière, requinquée, dynamique, conquérante... Je le vois des amies autour de moi, parce que je suis attentif à chaque détails, une étincelle dans le regard, quelques doigts qui se posent sur la nuque, un sourire au coin de la lèvre lorsque la main tente d'ébouriffer en vain les cheveux qui retrouvent immédiatement leur pli. Ce plaisir là me fascine...

Que le diable me patafiole, il y a longtemps, que sans vergogne, je ne cherche plus à me l'expliquer, ni à justifier le plaisir d'aimer les belles personnes et les jolies choses.

 

Photo: Adam Ciaccia

Lire la suite

Tout le monde s'emmêle... non... s'en mêle

24 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Costanza.jpg

Quand arrivent les anniversaires il faut toujours que les choses soient remises en perspectives. Il faut faire des bilans, se remettre en question, jeter un oeil sur le parcours achevé et se tourner vers la suite à venir. C'est amusant comme on a besoin de point d'appui comme ça, de dates, d'échéances...

Enfin bref! Je ne soupçonnais pas il y a 4 ans que cette prose qui m'était vitale puisse l'être aussi pour d'autres. Cette histoire de "Femmes aux cheveux courts" au départ ce n'était que des histoires justement, mais quand je vois tout ce qui finalement est lié aux cheveux courts, de caractère, de mentalité, de préjugé, d'audace et d'assurance... je me dis que tout cela va bien au delà de simples considérations esthétiques.

Je suis bien content d'avoir découvert cela grâce aux témoignages qui ont été apportés ici, tous ces "Quartier Libre" toutes ces rencontres, tous ces messages privés qui m'ont nourri. Et j'espère bien qu'il y en aura d'autres.

Bon évidemment ça draine aussi tout un cortège de "voyeurs" et de fétichistes, c'est le prix à payer. Et puis après tout, je le suis aussi, un peu... Enfin beaucoup moins grâce à Frida... ( ou peut être devrais-je dire à cause de Frida )

Peu importe!

Alors voilà, dans deux ou trois jours j'attaque la cinquième année. J'y passe du temps finalement, peut être plus qu'auparavant, en tête à tête avec moi même, avec un trouble particulier dont il faut que je me détache aujourd'hui, celui d'être lu par des gens que je connais...

Oui bon, on s'en fout aussi!

L'essentiel c'est de rester "le déclencheur", d'encourager les envies, de soutenir les audaces, de prendre le parti de l'authenticité et de continuer à chanter toutes les raisons qui font vibrer mon petit coeur quand je vois une jolie femme aux cheveux courts.

"Et tout le reste est littérature"

 

Photo: Alessio Albi

Citation: Paul Verlaine

Lire la suite

Lac Majeur

21 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

bruce-hulse-talisa-soto-bellport-new-york-photo-by-bruce-we.jpg

Les choses parfois se défont, toutes seules et sans qu'on y puisse rien.

Il y avait un parfum d'automne sur le lac. Le Chris craft allait mettre un quart d'heure pour traverser dans le vrombissement un peu assourdissant d'un vieil avion de chasse. Qu'importe, de toute façon ils n'avaient plus rien à dire... La mélancolie les tenait l'un et l'autre, résignés. 

Comme une ultime tentation, son corps tiède pesait sur son torse et la tête renversée, ses cheveux courts  caressaient son épaule... Mais non, il n'y avait plus rien.

Peut être qu'à cet instant, noyés dans leurs pensées, ils cherchaient à retrouver un souvenir de leurs jours heureux... Peut être.

Rien n'est vraiment fait pour durer, il fallait l'admettre, cet amour comme le reste. Alors que reste-t-il, sinon l'illusion d'un sentiment éternel? Cette chose n'existe pas...

Au débarcadaire, le pilote aida et fit passer le bagage. Elle se retourna, une dernière fois, ils se tinrent par les yeux, un sourire triste sur le visage et le coeur vide.

Elle s'engouffra dans un taxi...

Il fit rugir le puissant moteur et le vent qui fouettait son visage empêchait toute larme de couler...


 

Photo: Bruce Weber

Lire la suite

Un peu d'héroïne?

20 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

dredd-picture03.jpg

Difficile, par les temps qui courent, de trouver ma dose d'héroïne. Mais comment ça se fait ça? Est ce que le cinéma aurait peur des femmes d'action? Mystère et boule de gomme...

Et puis je tombe, par hasard comme d'habitude, sur les images de Dredd, nouvelle adaptation du comic des 70's, sorti en France uniquement en dvd. Et la bonne surprise c'est Judge Anderson l'acolyte du héros éponyme qui se retrouve avec les beaux yeux d'Olivia Thirlby. Olivia qui? Mais si... La bonne copine de Juno. Bon bref!

Alors je mentirais si je disais que j'en étais resté là avec la jolie Olivia. Et mentir c'est moche... tout le monde le dit. Evidemment son sourire yeux-noisette-émail diamant ne m'avait pas échappé, surtout après qu'elle ait coupé ses cheveux d'adolescente.

olivia-thirlby-rounded-pixie-haircutmatthew-Brookes.jpg

Quelques films, quelques pièces de théâtre et quelques séances photo plus loin, on retrouve la brune new yorkaise avec un blond... comment dire.... canari sale? Et une coupe au carré que n'aurait pas renié ma petite cousine dans les années 60. Autant le dire, c'est pas un cadeau!

dredd-image08.jpg

A part ça, on peut se sentir un peu loin du théâtre de Shakespeare, mais question efficacité madame la juge manie le H&K comme personne et sans état d'âme. Pur film d'action.

Bon je suis d'accord, là aussi l'héroïne reste une fois encore un second rôle et donc il n'y a pas de quoi se gargariser... Du coup mon article tombe un peu à l'eau....

Enfin ça ne fait rien, j'aime bien Olivia Thirlby

olivia_thirlby_large-a1d44.jpg

Lire la suite

Ce sentiment étrange...

19 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Philippe-Leroy-2.jpg

D'abord il y a cette plénitude, ce merveilleux bonheur d'être aimé(e), différemment, entièrement par cette personne qui quelques jours auparavant n'imaginait pas votre existence. Et puis l'on s'aperçoit que soudain tous les vides sont comblés, qu'il n'y a plus le moindre espace. Quoi qu'on fasse elle est là. C'est comme un parfum qui envahit l'air, se répand un peu à chaque fois. Il faut lutter contre cette euphorie pour ne pas apparaître débile aux regards des autres... L'amour c'est comme la guerre, ceux qui ne l'ont pas connue ne peuvent pas comprendre.

Le temps de cerner ce désir, voilà qu'il vous emporte et qu'au milieu des regards, des sourires, des murmures, la peur parfois s'immisce jusqu'à devenir angoisse. Cette peur d'être blessé(e) et d'avoir mal...

Mais l'envie est plus forte, la chimie opère, les paroles données les yeux au fond des yeux ne suffisent plus et les corps réclament, s'électrisent, se magnétisent. Subitement, la proximité empêche de résister et les bouches se mêlent, écrasent leurs lèvres, cognent leurs dents, enlacent leur langue et toute l'énergie accumulée explose comme une sorte de feux d'artifice qui brûle les neurones. Il faut que les corps exultent.

Souvent on met des couleurs sur les sentiments, les atmosphères, toutes ces choses immatérielles... La colère est rouge, la nature est verte... Mais chacun a son propre nuancier, cela ne change rien. L'amour est coloré, de bleu, de rose et parfois plus encore et devient arc en ciel...

 

 

Photo: Philippe Leroyer

Lire la suite

Méprise & confusion

18 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Editorial_-_Stand_and_Deliver_Twin_Magazine_1_Boo_George_HQ.jpgJe crois qu'on a un peu tendance à oublier les dictons populaires qui justement ne le sont plus tellement. Il faut pourtant bien admettre que ces sentences ont traversé des décades sans prendre une ride tant elles sont frappées au coin du bon sens. Bon, par exemple : " L'habit ne fait pas le moine" Tout le monde comprend en lisant un tel adage que les apparences ne suffisent pas à modifier le caractère et qu'un bel emballage ne parviendra jamais à faire passer un gravier pour un cabochon...

Pour ce qui m'intéresse ici, de la même manière, il ne suffit pas d'avoir les cheveux courts pour être "androgyne" ou "tomboy". D'ailleurs j'ai un peu le sentiment que ce terme d'androgyne se trouve depuis un certain temps employé à tort et à travers. Un pantalon masculin et on est "androgyne", une cravate sur un chemisier et on est "androgyne"...

394718_10151511674736210_1231467479_n.jpgLe meilleur contre exemple reste le mannequin danois Freja Beha Erichsen, déesse des androgynes qui, cheveux longs et tailleur Chanel ou slim et Perfecto, semble toujours s'amuser du trouble que son allure et son caractère si particuliers peuvent susciter.

De son côté, Miley Cyrus aura beau faire, ni son corps ni son caractère ne pourront lui faire accéder au rang des androgynes. Et ce n'est pas sa coupe de cheveux qui résoudra la chose.

Dans cette logique, l'Androgyne ne saurait être réduit aux simples apparences, mais l'accessoire accentura forcément son statut. Freja Beha avec les cheveux courts sera donc "encore plus" androgyne. CQFD

Les cheveux courts ne sont qu'un révélateur de personnalité. Imaginer qu'une jolie coupe fera de Barbie une "femme aux cheveux courts" c'est un peu se fourrer le doigt dans l'oeil.

 

Photos: Boo George ( Freja Beha Erichsen ) et Brian Howern Smith ( Miley Cyrus )

Lire la suite

Ivresse

17 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Nadege-by-Tiziano-Magni--1991.jpg

Il y avait aussi cette femme, un peu à l'écart... Elle était appuyée à une voiture de sport, oui je sais, par ici c'est plutôt courant... je parle des voitures de sport. Non parce que la femme, elle... comment dire... elle avait quelque chose. Je ne sais pas comment dire... une sorte de classe naturelle, vous voyez? 

Elle semblait attendre quelqu'un alors je me suis dit que ce type devait être un sacré veinard... Elle portait une sorte de veste blanche, mais vraiment blanche et ça faisait terriblement ressortir son bronzage, même sous les lampadaires.

Ah oui... ben comment dire, elle était grande, assez mince, le teint mat comme je vous ai dit, brune les cheveux très courts, oui très courts... J'adorais la façon dont elle tenait sa cigarette, vous savez, comme font les personnes raffinées, juste au bout des doigts, l'index et le majeur et les autres doigts sont repliés comme s'ils tenaient quelque chose... Elle ne paraissait pas ennuyée ou énervée, non, elle regardait autour d'elle mais sans vraiment voir les gens...

Si elle avait l'air de connaitre les gars? Ben je ne crois pas non, sincèrement. D'ailleurs quand ils sont sortis de la bijouterie, ça a fait du barouf pourtant, ben elle a pas bronché. Elle a juste laissé tomber sa cigarette et elle l'a écrasée avec son escarpin... puis elle a passé la main dans ses cheveux, comme ça, comme pour se recoiffer, mais elle était pas décoiffée vu qu'elle avait les cheveux tellement courts... et avec sa veste blanche la lumière de la rue faisait comme une auréole autour d'elle...

Elle a regardé les gars partir et le bijoutier leur courir après, mais son visage ne bronchait pas, de beaux yeux, des lèvres pulpeuses vous savez, comme les filles de magazine... et puis la peau sur son cou doré... on aurait dit du satin et...

 

Ah les braqueurs? Non désolé, j'ai pas bien vu.

 

Photo: Tiziano Magni

 

Lire la suite

Petites

15 Août 2013 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

John-Kennedy19.jpg

Tout enfant, tu dormais près de moi, rose et fraîche,
Comme un petit Jésus assoupi dans sa crèche ;
Ton pur sommeil était si calme et si charmant
Que tu n'entendais pas l'oiseau chanter dans l'ombre ;
Moi, pensif, j'aspirais toute la douceur sombre
Du mystérieux firmament.

Et j'écoutais voler sur ta tête les anges ;
Et je te regardais dormir ; et sur tes langes
J'effeuillais des jasmins et des oeillets sans bruit ;
Et je priais, veillant sur tes paupières closes ;
Et mes yeux se mouillaient de pleurs, songeant aux choses
Qui nous attendent dans la nuit.

Un jour mon tour viendra de dormir ; et ma couche,
Faite d'ombre, sera si morne et si farouche
Que je n'entendrai pas non plus chanter l'oiseau ;
Et la nuit sera noire ; alors, ô ma colombe,
Larmes, prière et fleurs, tu rendras à ma tombe
Ce que j'ai fait pour ton berceau.

 

 

"A ma fille Adèle" - V. Hugo

Photo: Jacques Lowe

Lire la suite