Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies
Articles récents

Insupportable

4 Avril 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Charlotte-Victoire.jpg

Je me demande ce qui m'affecte le plus, entre l'incrédulité ou la déception, lorsqu'une (jeune) femme se vante devant moi de n'attacher aucune importance à sa coupe de cheveux, considérant cela plus comme une nécessité, une sorte de corvée, que comme un plaisir ou une pièce essentielle de son bien être. C'est sans doute ma vision si particulière des femmes aux cheveux courts qui fait ça, mais j'ai du mal à supporter ce manque de considération, cette façon de se coiffer à la va-comme-j'te-pousse, de se couper les cheveux comme on se couperait les ongles, juste par hygiène.

Il y a pourtant un paradoxe ( encore! ) dans cette humeur que provoque chez moi ce comportement. Moi qui ai tant d'affection pour les "tomboys", ces "garçons manqués" qui cultivent leur part de masculin, cela devrait sembler normal que la coupe de cheveux soit traitée avec autant de dedain que le maquillage ou les robes, de soirée ou non.

C'est peut être l'excès alors qui me gène, ce trop de masculin, cette désharmonie entre andros et gyne... Faudra que j'en parle à Frida.

 

Photo: Dress Your Days With Dreams

Lire la suite

Ça faisait longtemps

3 Avril 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Anne-C-Frey2.jpg

Le sentiment général serait qu'on la voit moins. Peut être une illusion car elle fait toujours le bonheur des chroniqueuses de mode du monde entier. Anne Catherine est blonde, enfin l'était, on ne sait plus trop... Anne Catherine a les cheveux longs, enfin presque, pas partout. Son coiffeur, qui n'en fait qu'à sa tête, n'a jamais avec elle, renoncé à la tondeuse. Si bien que sous la coupe au carré, chic et bon genre, il y a toujours un peu de rockn'roll.

Et puis elle l'a dit, les cheveux c'est un plaisir, un amusement. Les siens sont courts depuis qu'elle a 16 ans, mais de temps en temps, voir ce que ça donne si on les laisse un peu pousser, pourquoi pas? Mais sans jamais renoncer à la douceur secrète du velours d'une nuque tondue....

 

Photo: Vanessa Jackman

Lire la suite

Les beaux jours reviennent on dirait

2 Avril 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Ma Psy et Moi

S-cumming.jpg

Il y a des détails qui ne me trompe pas. A la manière du retour des hirondelles ou du passage des cigognes, dès l'approche des beaux jours, Laora s'agite et ressent un irrépressible besoin de changer de tête. Cela se traduit souvent pour l'entourage que nous sommes Frida et moi, par un matraquage publicitaire vantant les mérites des meilleurs coiffeurs de la ville et l'observation chez notre sujet préféré de troubles obsessionnels compulsifs, du genre à ne jamais croiser un miroir sans soulever ses cheveux, les tirer en arrière le tout en plissant le regard pour imaginer la tête que cela pourait produire si elle faisait ceci ou cela...

Durant cet état de confusion, nous ne manquons jamais, la doctorin et moi, de faire des paris, souvent très élevés, sur le résultat final de la campagne " coupe de printemps" de l'italienne. Souvent Frida mise sur un changement minime, s'amusant par avance de voir la montagne accoucher d'une souris et considérant toute cette agitation pour si peu comme hautement risible.

Pour ma part je reste longtemps sceptique, mais je sais que la lombarde est capable de toutes les audaces. Cependant, le montant des sommes en jeu nous oblige à être attentif à tout les détails, comme un magazine qui trainerait, ouvert sur une page montrant un mannequin aux cheveux courts et dans ce cas là bien sûr, le premier à le découvrir va s'empresser de le faire disparaître...

Moi "- Dis donc chevreau, c'est toi qui lisais ce magazine que j'ai trouvé?

Laora - Si! Tou as vou la photo dé la fille? Pas mal no? Jé crois qué j'ai l'envie dé faire cette coupe là.

Moi - Ah pas de doute, c'est dans la tendance... Genre punk chic, élégant et destroy... Tu fais ça quand?

Laora - Ah mais tou penses que ça va m'aller? Tou penses pas qué c'est trop rasé?

Moi - Ah pas du tout! A toi tout te va tu sais bien... Et personnellement j'adore le style " dis-je sournoisement, cherchant à battre le fer encore chaud. " Pourquoi est-ce qu'on irait pas tout de suite?"

Laora " - Ouh tou m'accompagnes? Tou es oune amour... Pffft j'en ai marre, j'ai vraiment l'envie dé quelqué chose de léger, frais, nouveau, original.... 

Moi - Alors zou! Allons-y ma gazelle " Dis-je en me frottant les mains mentalement à l'idée du pactole que j'allais rafler à la thérapeute de la Forêt Noire...

 

 

Photo: Ari Abramczyk

Lire la suite

L'oeil de Marie Laure

31 Mars 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

marielaurededecker.jpg

J'avais oublié son regard, ses yeux presque translucides à force de bleu... Du temps est passé, pourtant la reporter semble toujours prête à jeter son sac sur l'épaule.

Je me rappelle de Marie Laure de Decker et d'un autoportrait dans les années 70. Elle avait une tête de moineau, maigre et déplumé. Son crâne rasé estampillait sa détermination. Elle avait abandonné son genre pour faire ce métier qui la fascine. De son propre aveu elle n'a jamais rien fait pour attirer le regard des hommes. Jamais! Ponctue-t-elle. Tout est question de sympathie.

A 20 ans elle part au Vietnam... Dit comme ça, 7 mots les uns au bout des autres, aujourd'hui ça pourrait presque ne pas impressionner. Mais en 70 c'est la guerre, la vraie.. celle qui attire comme un aimant les photographes "qui en ont". Quelques uns en mourront.

M.L-de-Decker.jpg

Elle en revient, mariée pour toujours professionnellement à son agence qui bien plus tard la maltraitera. Sordide business...

Dans cette frise de 21 autoportraits c'est presque toute sa vie personnelle. Une vie d'aventurière, entre les plateaux de mode et les sables du Tchad. Une vie de femme aux cheveux courts... Aujourd'hui elle est une référence, son nom parmi les plus grands du reportage photo... et une héroïne dans mon panthéon.

ML-de-Decker2.jpg

Photo: Eric Cabanis AFP

Autoportraits: Marie Laure de Decker

Lire la suite

J'ai rien d'mandé!

29 Mars 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Dessange.jpgJ'étais tranquille au bureau, en train de descendre un cappuccino, profitant du soleil printanier et de la vue sur mes contemporains, lorsqu'une amie de passage, m'apercevant de loin, m'annonça son imminent atterrissage à ma table par de grands gestes à la façon d'un matelot de la Marine à voile transmettant un message.

Résigné au sacrifice de ma sérénité, j'accueilli ma passagère et toute son exubérance. Finalement, j'ai beau dire, j'aime ce genre d'imprévu et ce petit grain d'épice qui vient réhausser la tonalité d'une journée banale. Je m'installais donc dans la posture qui me convient le mieux, celle de l'auditeur attentif.

Je passe les détails de la conversation dont le large éventail couvrait en quelques instants le dernier film vu au cinéma, les Oscars, la fashion week à Paris, le mystère d'un avion disparu et la nouvelle coupe de Vanessa Paradis... Cherchez l'intrus...

Et puis comme nous en étions à parler de sa coiffure, qui finalement n'en était plus une tellement elle n'avait pas vu son coiffeur depuis des lustres, elle finit par m'avouer que " oui oh tu sais les cheveux c'est pas si important que ça! "  Inutile de dire que j'ai manqué de peu un AVC, mais pas de m'étouffer avec ma gorgée de café chocolaté. 

Epongeant tant bien que mal mes postillons sur la table, je trouvais enfin la ressource nécessaire pour lui faire comprendre que sous son apparence anodine et futile, ce sujet avait justement quelque chose de fondamental dans notre comportement. Qu'il s'agissait de l'expression, quelques fois inconsciente, de notre personnalité même. Envie d'être soi même, envie de se libérer, envie de tourner la page, envie de se remonter le moral... direction le coiffeur. A ce niveau là, je pense qu'il faudrait sérieusement envisager un remboursement par la Sécu.

D'ailleurs tant qu'on y est, je crois que la lecture de ce blog devrait pouvoir être prescrite par les médecins... Ben quoi?

 

Photo: Publicité J.Dessange

Lire la suite

Air vif

28 Mars 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

Dorith_Mous-03.jpg

J’ai regardé devant moi
Dans la foule je t’ai vue
Parmi les blés je t’ai vue
Sous un arbre je t’ai vue

Au bout de tous mes voyages
Au fond de tous mes tourments
Au tournant de tous les rires
Sortant de l’eau et du feu

L’été l’hiver je t’ai vue
Dans ma maison je t’ai vue
Entre mes bras je t’ai vue
Dans mes rêves je t’ai vue

Je ne te quitterai plus.

 

Paul Eluard - Air Vif - Derniers poèmes d'Amour

Photo: Dorith Mous

Lire la suite

Marlbrough s'en va-t-en guerre

26 Mars 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

Errol-Douglas.jpg

Je crois bien que cela a toujours existé. Toujours et partout, quelle que soit la cause, quel que soit le pays, de tous temps des femmes se sont engagées auprès des hommes pour combattre dans les armées. Depuis l'Antiquité, chaque guerre a un exemple à nous offrir...

Sauf que cela leur était la plupart du temps interdit. La seule solution pour ces intrépides, déterminées plus que d'autres, était de se glisser dans la peau d'un homme. Camoufler leur poitrine si elle était trop visible et le plus souvent couper leurs cheveux, parce que quelque soient les époques, les soldats, en vrai, ont rarement eut les cheveux longs. 

Mais je me plais à croire que ce travestissement était l'expression d'un désir et un vrai plaisir à se placer sur le même pied que les hommes et que ces femmes courageuses étaient déjà, avant même l'aventure, des "garçons manqués" comme on dit aujourd'hui. De celles pour qui, naturellement tout était possible et puisqu'un homme le fait elles peuvent le faire aussi, sans se poser de question. Après, la cause, l'engagement transcende tout le reste bien sûr.

Mais quand j'y pense... C'est assez fou tout de même que des femmes aient dû se déguiser en homme pour aller se battre... Un sacrifice encore plus énorme, un summum de l'abnégation, puisque si elles survivaient, une fois la paix revenue il leur fallait retrouver leur vraie identité et ne jamais faire valoir leurs exploits... A méditer.

 

 

Photo: Errol Douglas

Lire la suite

Forza Italia

24 Mars 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

En rencontrant Mathilda, j'ai rencontré aussi une foule de ses ami(e)s. Parmi elles j'ai découvert Roberta Carrese, une chanteuse italienne à la voix chaude et grave, qui a bien voulu pour Les Femmes aux cheveux courts, en quelques mots, raconter pourquoi elle avait récemment coupé ses cheveux. Le résultat est stupéfiant...

Roberta-2.jpgI moved to Rome almost

six months ago and the reality I found myself into once in the city was totally (and maybe terrifyingly) different from the one I came from. Here, you're constantly put under pressure by the judgement of people upon your look. Most of the times, it speaks for you. Soon I understood the way I looked didn't conform with the way I felt so I decided to cut my hair short and, at the meantime, cut the past out. This haircut is a sort of clean break with everything I was before; since I cut my hair I've started to look at myself differently and I'm pretty sure others can perceive this metamorphosis too. I needed to discover and find a new me, inside and outside. Moreover I wanted to give my rebel side a voice and I wanted it to be the loudest ever possible, it was like I was saying "Hey, here it is: this is who I am. Can you actually see ME now? I don't need to justify myself or apologize for this". Having a short hair makes me feel closer to men, it has made me stronger and has convinced me that yes, I'm a woman but I got balls! It seems like it's not just a way to spend less time drying my hair after the shower, after all. Don't you think?

"J'ai déménagé à Rome il y a presque 6 mois de cela et la réalité à laquelle j'ai été confrontée une fois dans la ville était totalement ( et peut être de manière effrayante )bien différente de celle pour laquelle j'étais venue.

Ici, on est constamment soumis au jugement des gens qui vous regardent. La plupart du temps d'ailleurs on parle pour vous.

J'ai bientôt compris que je ne me comportais pas comme je sentais que je devais le faire, alors je me suis coupé les cheveux, courts et par la même occasion rompu avec le passé.

Cette coupe de cheveux c'est comme un coup de balai sur tout ce que j'étais auparavant. Depuis que je me suis coupé les cheveux j'ai sur moi même un regard différent et je suis persuadée que les autres peuvent aussi percevoir cette métamorphose.

J'avais besoin de découvrir et de trouver un nouveau moi même, à l'intérieur comme à l'extérieur. Encore mieux, je voulais donner à mon côté rebelle une voix qui soit la plus forte possible, comme si je disais" Hé! Je suis là. C'est ainsi que je suis. Pouvez vous me voir MOI réellement maintenant? Je n'ai pas besoin de me justifier ou de m'excuser pour cela"

Avoir les cheveux courts m'a rapproché des hommes, cela m'a rendue plus forte et m'a convaincue que oui, je suis une femme " qui en a "!

Il semblerait que ce ne soit pas juste passer un peu moins de temps à sècher ses cheveux après la douche.

... Vous ne pensez pas?"

Le discours d'une vraie femme aux cheveux courts en somme....

 

Photo: Jack Rubinstain

Model: Roberta Carrese


Lire la suite

Mathilda

23 Mars 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Humeurs

10014672_10152348855059432_1829996968_n-copie-1.jpg

Voyez vous, ces choses là ne sont pas permises à tout le monde. Je sais, c'est trop injuste. C'est une question de personnalité, de charisme. Et paradoxalement, la timidité n'empêche en rien d'avoir du charisme. Personnellement, sans avoir aucun préjugé, simplement par esthétisme, je n'ai jamais vraiment aimé les coupes de cheveux trop "excentriques" et encore moins les piercing dans le nez qui souvent finissent par me faire penser à quelques bovins dessinés par Tex Avery. Bon ben les goûts et les couleurs hein?...

Mais je ne suis pas à un paradoxe près, je suis moi même un paradoxe. Maintenant que je connais un peu Mathilda, j'aurais du mal à l'imaginer coiffée différemment tellement cette coupe est idéalement originale et je finirais presque par trouver le septum élégant, comme quoi...

J'en conclu que c'est la nature, le caractère de ce timide tomboy, révélé par les clichés de Pascal Pierrou, son sourire désarmant et sa simplicité loin de tout effet de séduction, qui provoquent cette réaction chez moi. Et puis il y a aussi peut être l'impression de retrouver, à travers ce portrait en particulier, l'image de Delf, mon amie soeur, mon âme féminine... Bref je suis séduit. Tout comme le presque milliers de gens qui ont "aimé" le sourire de Mathilda sur la page FB de ce blog.

 

 

Photo: Pascal Pierrou

Lire la suite

Une photographie

22 Mars 2014 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

la-photographe.jpg

Elle a saisi fermement le boitier et porte l'objectif devant son oeil. C'est juste une photographie, comme on en fait des centaines quand on aime cet art. Rien n'est vraiment calculé, la lumière est naturelle, elle se concentre un peu sur la mise au point devant le miroir, pour qu'apparaisse, à peine dissimulé, son demi visage et ... clic!

La voilà immortelle.

Si la photo lui plait, elle passera de l'appareil à l'ordinateur puis sur les réseaux et le monde entier pourra découvrir l'androgyne au visage concentré sur ce miroir qui reflète sa silhouette aux cheveux courts. 

Ça n'a l'air de rien, mais c'est important ces cheveux courts, toujours très courts, toujours plus courts. Si on lui pose la question elle est capable de se rappeler la date précise à laquelle elle les coupa la première fois... Presque le premier jour du reste de sa vie, celui où elle s'est sentie enfin elle même, débarrassée des stéréotypes et des désirs des autres...

 

La photo n'est pas mal. Elle en fera d'autre mais n'allez pas vous imaginer qu'il s'agit de narcissisme, c'est juste une photographie, comme on en fait des centaines quand on aime cet art... et que le modèle est joli

 

 

Photo: Pii

Lire la suite