Vintage

Publié le 13 Décembre 2011

western family

C'est extraordinaire de voir comment les médias dans les années 50 sont capables de traiter de la mode et de ses diktats. Prenons un exemple. Western Family Magazine. Une sorte d'institution nationale de l'Amérique conservatrice, un genre de "Jour de France" d'outre mer. A cette époque quelques stars d'Hollywood donnent l'exemple: Ingrid Bergman après "Pour qui sonne le glas" et "Jeanne d'Arc", Kim Novak, Audrey Hepburn et les "Vacances romaines"... Alors l'américaine moyenne se doit-elle de suivre cette mode? C'est la question que pose le magazine en août 1951. Et l'illustrateur en quelque sorte donne la réponse sur la couverture. Cheveux longs ou cheveux courts? Eh bien c'est court, mais en pleurant. Parce que forcément cela ne peut pas se faire dans la bonne humeur, pas une seule seconde vous ne pouvez imaginer faire ce choix délibéremment et avec enthousiasme. Il faut être à la mode quoi qu'il en coûte et renoncer à ses cheveux longs mais dans les larmes. Comment pourrait-il en être autrement?

Mais finalement, l'essentiel c'est bien que le magazine, sans le vouloir vraiment, donne un légitime prétexte à la jeune femme du fin fond de l'Oregon, ou d'ailleurs, pour filer chez le coiffeur se faire couper les cheveux, simplement parce qu'elle en a l'envie.

Etonnant non?    

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :