Un air de Valentina

Publié le 10 Octobre 2011

;Steve-McCurry.jpg

Sur le coup elle n'a pas pensé à cela. Du tout. Elle avait juste une grosse envie de changement, une page à tourner. Des années de cheveux longs, de queue de cheval, de mèches folles, d'allure sauvage. Le sentiment de se raccrocher coute que coute, à son adolescence heureuse, d'être en phase avec la nature, enfin d'être naturelle. Et puis un jour cela s'est imposé, comme une évidence. Elle était devenue différente. Le crissement des ciseaux dans sa toison ne l'a pas fait frémir, au contraire, elle avait le sourire aux lèvres. Soudain cette frange au dessus de ses yeux turquoises en réhaussait la profondeur et cette coupe droite qui barrait sa joue dessinait son visage et soulignait sa bouche, ses lèvres... Juste l'impression d'avoir soudain le cou nu l'a surprise. Elle n'a pas gardé ses cheveux coupés dans un papier de soie, comme sa mère l'avait fait. Elle a fait un don.

Et puis, les jours suivants, en approvoisant sa nouvelle image, elle a pensé à Valentina, l'héroïne de Guido Crepax. Ca l'a amusée, elle est tellement loin de ce personnage. Pourtant, avec un peu d'imagination...

Les lèvres pulpeuses, le regard océanique, la frange un peu plus longue, la coupe un peu plus courte, la nuque un peu tondue... Elle a essayé pour s'amuser. En quelques minutes elle devenait la petite soeur de Louise Brooks. Mais c'était bien elle, la lèvre gourmande et le regard d'azur. Ni Louise, ni Valentina. Juste elle même

Photo: Steve McCurry

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :