Tu n'as pas changé...

Publié le 27 Décembre 2011

tumblr_lvsjdgh9h81qfn79co1_1280.jpgJ'étais arrivé par le train de nuit et Milano Centrale grouillait déjà de monde. Tao avait laissé en partant un carton d'invitation pour le défilé du grand couturier qui l'avait bookée pour sa collection d'été et j'avais compris à demi mots qu'elle devait revoir Moïra à cette occasion. La tentation était trop forte.

Un taxi me déposa via Bergognone, dans ce Milan industriel et sans âme. Impossible parmi cette foule colorée de chercher quiconque. Je pénétrais donc dans " l'usine Armani" et m'installais sur un point d'observation qui n'était certainement pas idéal pour voir les défilé mais m'offrait une bonne vue sur les photographes... Hélas, personne ne ressemblait, même vaguement, à Moïra...

A peine distrait par le défilé, je m'y intéressais davantage en découvrant que tous les mannequins étaient blonds et cela m'a amusé de voir Tao, blonde comme un champs de blé, les cheveux coupés au carré. Je n'aurais pas su dire si c'était une perruque ou si véritablement elle avait subit une coloration, mais cela lui donnait un charme tout à fait étrange...

Je commençais à être un peu dépité. Elle n'était pas là... Pourtant j'étais certain qu'elle avait tout orchestré, le contact avec Tao, l'invitation à Milan. Elle savait que je mordrais à son hameçon. Le défilé terminé j'essayais de me glisser backstage pour rejoindre Tao et dans ce courant humain j'aperçu devant moi une silhouette sportive, brune, la coupe bien courte, d'une femme à la veste denim dont le col était relevé. Je ne voyais que son dos mais je savais que c'était elle. Je fis des efforts pour fendre la foule, tentant de me rapprocher, mais sans se retourner c'était comme si elle m'avait deviné et accélérait l'allure elle aussi pour m'échapper... Soudain je tombais nez à nez avec Tao qui s'accrocha à mon cou et m'embrassa, toute contente de me retrouver... La brune avait disparue.

Tao m'entraînait vers l'extérieur. Je ne pouvais me résoudre à être passé si près de Moïra sans la revoir... Tao le devinait. Avec son sourire d'enfant elle me tendit une enveloppe. Elle me raconta qu'elle était là depuis la veille et sans rougir, que Dorothé et elle avaient fait l'amour toute la nuit. Puis elle m'abandonna devant un taxi et disparue avec d'autres filles.

L'adresse était celle de l'hôtel The Gray, piazza del Duomo. La suite était au second. Je m'engouffrais dans l'ascenseur et avant que la porte ne se referme, le brune à la veste denim se glissa à l'intérieur. " Tu n'as pas changé" me dit-elle.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Tao

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :