Sur le départ

Publié le 25 Mars 2012

eugene buzuk

Quand tu partiras, le vide autour de moi résonnera, je ne saurais plus où poser mon regard.

Dans chaque endroit je croirais te revoir, tous les objets te rappelleront à ma mémoire.

Ton parfum flottant dans l'air m'obsédera, j'espérerai t'apercevoir derrière chaque porte.

En fermant les yeux, un frisson me traversera, sentant encore la caresse de ta peau,

j'envelopperai ton buste avec mes bras. Le nez enfoui dans tes cheveux, c'est ton odeur qui 

m'enivrera... Mais tu ne seras plus là...

Alors je resterai là, battu comme un chien, orphelin perdu dans ce monde où tu ne seras plus.

 

 

Photo: Eugene Buzuk   

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article

Fabymary POPPINS 27/03/2012 09:16

oui je sais, excuse moi, remettons l'église au milieu du village, et ton texte parle très bien de la douleur de la perte de quelqu'un de cher, j'ai juste voulu moi parler d'optimisme, tu sais que
je suis une incorrigible optimiste, mais tu as raison mes comms n'ont pas collé à ce que tu décrivais, mea culpa

Fabymary POPPINS 27/03/2012 08:32

oui je sais, mais bon, il faut espérer car si tu n'as plus d'espoir c'est trop dur, faut se raccrocher à quelque chose, souvent on en a besoin pour avancer et continuer, ne crois tu pas?

jeaneg 27/03/2012 09:12



Non... mais c'est pas ça. C'est qu'à force ton commentaire est en complet décalage avec le texte.



Fabymary POPPINS 27/03/2012 07:56

quel beau moment passé chez toi ce matin, même si les départs sont empreints de tristesse, vive les retrouvailles

jeaneg 27/03/2012 08:04



"...dans ce monde où tu ne seras plus."   Je ne suis pas sûr que le gars puisse compter sur des
retrouvailles...