Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Seins nus

Heini-par-Meri-Bjorn.jpg

Elle boudait, à chaque fois, quand elle se trouvait nue avec lui et que le moindre regard, le plus petit sourire lui faisait croire qu'il se moquait, gentiment, de son corps qu'elle trouvait sans relief...

Sans relief? Il préfèrait en sourire, mais ne parvenait pas à la convaincre que ce corps était pour lui l'expression d'une esthétique parfaite, d'une harmonie totale où chaque détail avait une proportion idéale. 

Pourtant elle gémissait, s'imaginait ses seins trop petits, ses fesses pas suffisamment rebondies, ses hanches trop étroites et s'obstinait à ne pas croire les mots d'amour qu'il inventait pour célébrer son corps ciselé et poli comme un marbre de Paros. Comment pourrait-il l'aimer, elle, si elle était semblable aux vénus callipyges de bazar, à ces filles aux seins lourds dont rêvent les footballeurs et qu'exploitent les télés populaires...

Au fond elle le savait bien et peut être que, par malice, elle ne cherchait qu'à l'entendre, parler sans fin de ses petits seins ronds, les caresser avec délicatesse, décrivant à son oreille un paysage extraordinaire de monts et de vallées que ses lèvres mourraient d'envie de parcourir sans cesse... 

Depuis longtemps elle avait fini par s'aimer, sans doute le jour où elle avait coupé ses cheveux, assez courts pour ne plus qu'ils servent d'alibi à un corps qu'elle pensait masculin et ainsi accepter cette once d'androgyne qui lui faisait battre le coeur et la rendait unique, femme et éternelle enfant...

 

Photo: Meri Björn

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

bérengère 28/02/2013 23:19

Des moments de doutes; ou le délicieux frisson de l'ambiguité (pouvoir être confondue avec un garçon)se transforme en crainte..Ou l'on tente de se raccrocher aux signes exterieurs de la
"féminité"...Ou les mots sincères et bienveillants d'un amoureux ne suffisent pas toujours à effacer,sinon à atténuer le doute..Et pourtant,oui..savoir qu'on lui plait.Et commencer à s'accepter.

jeaneg 01/03/2013 04:27



Tout cela est très psychologique je crois.. 



Fabymary POPPINS 27/02/2013 17:51

oui je sais mais je m'en fous j'avais envie de dire ça et picétou

jeaneg 01/03/2013 04:28







Fabymary POPPINS 27/02/2013 13:59

très beau moment et puis de toute façon on est toujours belle dans les yeux de l'être aimé

jeaneg 27/02/2013 17:39



C'est marrant comme de plus en plus tes commentaires vont exactement dans le sens inverse de l'idée de l'article