Savoir oser

Publié le 25 Février 2012

6901735399_661e7dd9a9_o.jpg

Parfois elle se demande qui elle serait vraiment si elle n'avait pas osé cela... On a beau dire, cela ne paraît pas grand chose. Pourtant à ses yeux c'était comme le plongeoir de 3 mètres. Il faut monter là haut. C'est déjà presque un exploit parce qu'il a fallu s'encourager à le faire. On pense juste à ne pas manquer une marche, à ne pas trop regarder en bas. Et puis, une fois sur la plate-forme c'est un nouveau challenge. Le coeur bat fort, il faut maîtriser sa respiration, relâcher ses muscles. On s'approche du bord et on découvre l'espace devant soi. Au fur et à mesure les pas se font plus petits, jusqu'à arriver, centimètres par centimètres à l'extrémité. Une fois qu'on y est on a presque envie de hurler tellement on est fier d'avoir réussi ça. Deux ou trois grandes respirations, une impulsion sur les jambes et on se laisse tomber, tout droit, au garde à vous. Une sorte d'abandon à la peur qui fait jouir. On ferme les yeux et on explose dans un tourbillon d'écumes. Le son est différent, un instant on est seul avec soi même, dans la profondeur avant de remonter... Enfin on émerge, le souffle reprend et à nouveau cette envie de crier parce qu'on l'a fait.

Jeune femme étouffée par son enfance, son adolescence, coincée dans cette image de petite fille modèle, accablée par l'amour de sa mère, un jour elle a décidé de rompre le charme. Elle se souvient, ce premier coiffeur, c'était comme le plongeoir de 3 mètres. Après tout le reste fût facile. Ce jour là elle avait pris la barre de son navire. 

 

Photo: Can Dagarslani

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :