Reporter

Publié le 5 Mars 2011

McIsaac

Malgré le soleil, le froid était mordant mais elle ne le sentait pas vraiment. La semaine dernière elle était dans la vallée de Kapisa, dans ce pays où le ciel semble délavé, le bleu dilué par les neiges des sommets. Elle avait suivi une patrouille jusqu'à un village perdu, ramenant à Paris les images de ces femmes fantômes et de ces petites filles dont la vie ne vaut pas grand chose s'il n'y a pas un vieux pour les marier. Les soldats qui l'accompagnaient, l'avaient prise au sérieux, malgré son air d'étudiante, en connaisseurs, ils avaient apprécié son professionnalisme.

Elle avait quitté ce monde compliqué, sans révolte ni rancoeur, elle était là bas pour témoigner par pour sauver le monde. Ce monde qui tournait bizarrement se disait-elle ce matin, en remontant vers l'avenue Montaigne. Depuis son retour elle avait coupé ses cheveux et se sentait pleinement en harmonie avec son image, un peu rockn'roll. Juste ce qu'il fallait pour couvrir la guerre, cette fois côté haute couture, où la vie et la mort n'avaient décidemment pas les mêmes valeurs qu'à Kaboul.

Photo: Megan McIsaac

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :