Renaissance

Publié le 9 Février 2011

22_justinhollar-emily-9129.jpg

Un jour elle a décidé de prendre sa vie en main. Sans attendre que la vie la provoque, la menace ou la prive de quoi que ce soit. Elle a eu des exemples, plein, autour d'elle. Maladie, accident, malheurs en tous genre. Emerveillée par la force de caractère de celui ou celle qui survit, qui en revient et soudain voit sa vie différemment. Elle, ne veut pas attendre. Elle ne veut pas "en revenir" pour pouvoir goûter pleinement aux meilleurs instants de la vie. Petite elle passait plus de temps à jouer au foot avec les garçons qu'à pomponner ses Barbies. On s'en amusait, on la traitait gentiment de garçon manqué. Et puis la voici femme, sans que vraiment son caractère soit différent. Jouer la fifille, elle a connu ça aussi, pour faire plaisir, pour être en accord avec son entourage affectif. Mais est ce que bon sang, ces gens qui l'aiment, l'aimeraient moins si elle était elle même, plutôt que jouer un rôle qui convient? Le jour où elle a décidé d'être "elle même", elle est allée chez le coiffeur. Son coeur battait fort, il y avait de l'émotion, parce qu'elle savait que ce serait un choc, pour tout le monde. Elle a montré la tondeuse au coiffeur et lui a sourit pour l'encourager. Petit à petit, son coeur a retrouvé sa sérénité. Elle a découvert son vrai visage, son vrai regard, son vrai sourire et en passant doucement sa main sur ses cheveux ras elle a eu le sentiment de vivre le premier jour de sa vie. Sa vraie vie.

Photo: Justin Hollar

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lemodrop 09/02/2011 19:26


Joli post. L'appellation française de "garçon manqué" cependant n'est vraiment pas avantageuse; elle explique sans doute pourquoi on se réprime si longtemps...


jeaneg 09/02/2011 19:39



Je suis d'accord. Mais comment dire. Si ça se trouve le "tomboy" des anglosaxons n'est pasp lus avantageux à leurs oreilles?