Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Quand Frida me parle d'art

helmut_newton_116_june_brown_alice_springs_jp.jpg

Les choses s'étaient apaisées depuis la folle période d'excitation qu'avait connues mes deux égéries. Tellement d'ailleurs que c'en était presque suspect. Une sorte de routine conjugale s'était installée et notre trio, habitué à des frasques autrement plus choquantes, menait une vie somme toute banale, bien que je ne fusse pas à l'abri d'une dénonciation calomnieuse autant qu'anonyme m'accusant de polygamie...

Ce dimanche là, je vibrais, le coeur battant comme tout un chacun, devant "le crunch" traditionnel, ce France-Angleterre annuel au cours duquel l'inconscient collectif cherche à venger le sort de Jeanne d'Arc et l'infortune du Vice Amiral Villeneuve. Comme tout un chacun donc, j'allais me lancer dans un couplet de la Marseillaise, histoire d'encourager "les petits", lorsque Frida se laissa tomber sur le cuir souple du Dagstorp suédois où je trônais. La secousse fut violente car la belle était lestée d'un livre de poids, comme le sont les beaux livres, grands et gros, qui nous parlent d'art. Il s'agissait de photos comme le nom d'Helmut Newton sur la couverture me le laissait deviner. La surprise passée je repris le cours de mon match, abandonnant la fridoline à la contemplation des oeuvres de son ex-compatriote... Cependant, j'avais du mal a retrouver la concentration, d'autant que Laora venait à son tour et de façon symétrique, de plonger sur le canapé, si bien que je me retrouvais cerné, les deux filles ne se génant pas pour commenter à travers mon champs de vision les oeuvres en noir et blanc de tonton Helmut.

Ma Psy "- Himmelskreuz!!

Laora - Fotutto dio!! "

Comme aucune action au stade de France ne justifiait un langage aussi fleuri, j'ai bien compris que mes deux panthères cherchaient à attirer coûte que coûte mon attention. Les sommations ayant été duement lancées, Frida me balança le bouquin sur les genoux, ouvert sur un cliché de Alice Springs autrement dit June, la femme de maître Newton:

Moi " - Nom de dieu!!

Ma Psy - Ach! Za me vait blaizir te konzdader que l'afis est unanimeu...

Laora - Ma c'est fou no, comment cette photo elle m'essite...

Moi - Franchement... moi aussi... mais en même temps il y a là quelque chose de très symbolique et de cruel pour un homme.

Ma Psy - Ya che fois ze que tu imachineu. Kastrazion nein?

Moi - Non non, enfin si, mais bon il s'agit d'une femme... Mais surtout cette toison, taillée comme ça... Vraiment j'adore!

Ma Psy - Z'est de l'Aaaaart!

 

Photo: Susi et Lena, Paris 1976 - June Newton

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

Flo 17/03/2012 19:12

Oui de l'art , c'est le mot ! : D Ah ce cher Tonton Helmut , il avais de la suite dans les idées , je pense qu'avec Frida ils auraient fait une belle équipe

jeaneg 18/03/2012 09:26



Redoutable oui.