Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Privée

Boo-George.jpg

Au bout d'un moment elle a eu mal à la main droite. Inconsciemment, le poing serré, les jointures blanchies, sa main s'était tétanisée et le sang avait du mal à circuler. Elle a secoué le bras comme pour jeter un objet imaginaire au sol et l'a laissé pendre le long de son corps. Elle a frotté ses cheveux blonds, tondus le matin même. Le contact était surprenant, elle ne s'en lassait pas. Un instant elle a tenté de les prendre en refermant ses doigts mais ne parvint pas à les saisir. Elle a passé une dernière fois sa main en arrière, très lentement puis s'est levé d'un bond, fourrant ses poings dans les poches du blouson de cuir.

 

Elle n'avait pas peur, certainement pas. Une sorte d'apréhension plutôt, comme un trac. L'heure approchait. Elle a jeté un coup d'oeil à travers l'espace fait dans l'angle d'un carreau cassé. Le champs était réduit mais suffisant pour observer l'entrée de l'immeuble d'en face. 

 

Une histoire sordide, comme souvent. Des enfants maltraités. Au bout du compte elle avait décidé de les récupérer au moins pour le mettre en sûreté et on verrait bien après, pour le côté "légal", ce qu'il faudrait faire. Quelque chose bougea. Elle resta attentive, le regard fixé à travers son bout de carreau. C'était lui qui venait de sortir. Depuis une semaine elle connaissait ses habitudes. Elle avait 30 minutes avant qu'il revienne, sauf imprévu. Elle colla son téléphone sur l'oreille... "Maintenant" dit-elle. Calmement elle quitta sa planque. En traversant la rue elle aperçu la voiture qui venait lentement se mettre en position. Elle respirait plus fort à la fois pour contrôler son stress et pour oxygèner ses muscles le plus possible avant l'action.

 

Vingt minutes plus tard, sans se précipiter, sans affoler les enfants, elle les fit monter dans la voiture. Son regard balayait tous les angles, le bout de la rue, les fenêtres de l'immeuble... Elle installa une couverture sur eux, monta à la place du passager et la voiture démarra. Trois rues plus loin seulement elle parvint à se relacher. Le coude à la portière elle caressait doucement sa nuque, réfléchissant au coup d'après. Les emmerdes commençaient maintenant... Tout ça pour le prix habituel.

 

Plus les frais...

 

Photo: Boo George

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article