Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Affranchies

Pleurer des rivières

18 Août 2011 , Rédigé par jeaneg Publié dans #Tendresses

AVA..

Des nuits entières, je me souviens, les yeux grands ouverts sur le plafond, sans rien voir. La gorge sèche avec cette étrange impression que la langue, gonflée, remplie complétement la cavité buccale et par moment un tonnerre qui gronde, une explosion de colère comme un geyser et les poings qui se serrent... Puis à nouveau le désespoir et la tristesse. Une envie de hurler mais aucun cris, juste un sanglot, avant de sentir sur la peau de la joue, puis du cou, la larme couler comme un torrent soudain. J'ai fermé les yeux comme si cela pouvait contenir le flot et le vertige m'a pris, me donnant l'impression de chuter sans fin dans un espace sans limites. Epuisé le sommeil m'a emporté et au matin je n'avais plus que haine et mépris, sans imaginer que toi aussi, la nuit entière tu avais pleuré des rivières...

Photo: Vanessa Muñoz

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

Ce sera Dolorès... à cause des tourments qu'elle m'inflige !


Répondre
J


Bon sang mais c'est bien sûr... Dolorès, ça lui va parfaitement.



L

Va pour Michella... Même si j'espérais quelque chose de plus latino


Répondre
J


Michella Cruz ... On peut difficilement faire moins latino quand même. Mais tu n'as pas tort, d'un point de vue romanesque on pouvait imaginer Esmeralda, Maria, Pilar, Angelès...



L

Désolée, je voulais qu'elle ait un nom...


Répondre
J


Michella, ça ne te va pas? C'est le nom du mannequin...



L

je préfère Diana Krall, elle est blonde (lol) Elle embellit tout ce qu'elle touche. Ah oui, mon obsession du moment : cela me navre que la fille à la maverick rouge n'ait pas de nom !


Répondre
J


Cette chanson a tellement d'interprètes, d'Ella Fitzgerald à Harry Connick jr... Moi aussi je crois que je préfère m'am Krall.


L'avantage qu'elle n'ai pas de nom c'est que tu peux lui donner celui que tu veux, dans ton imaginaire...



P

il y a un extrait d'un texte d'Hermann Hesse que j'aime beaucoup sur les pleurs, j'ai fouillé pour te le retrouver, et le voilà!
"quel bienfait, quelle souffrance! Ô larmes!
Ô doux effondrement, ô bienheureuse fusion!
Tous les livres du monde pleins d'idées et de poêmes
ne sont rien en regard d'une minute de sanglots,
où le sentiment palpite en vagues ondoyantes,
où l'âme se remplit et se trouve, au plus profond d'elle-même.
L'âme glacée qui fond, voilà ce que sont les larmes,
d'une personne en pleurs tous les anges sont proches."


Répondre
J


Ô merci Pauline. C'est un beau cadeau.