Passage à table - Plat dessert

Publié le 5 Février 2012

Bonbon la petite blonde sauvage des tropiques m'avait ouvert une voie. Moi qui vivais ma dilection pour les jolies filles aux cheveux courts comme une honte, je découvrais qu'il y avait du plaisir, au contraire, dans tout cela. 

Alors que mon frère cadet partait pour le Vatican, mon aîné perdait un bras et la moitié de la vie à la tête de sa section d'infanterie engagée sur le front du Moyen Orient. Mon père composta son bulletin de naissance à peu près au même moment, si bien que ma mère sombra facilement dans la dépression qu'elle tentait de soigner en prenant des cours de danse du ventre... Quant à mes soeurs, tandis que l'une convolait à Monaco avec un simili-prince, l'autre faisait le tapin à Strasbourg-St Denis. La vie c'est comme une boîte de chocolat...

Mon parcours initiatique était jalonné de belle rencontres tout autant que d'événements dramatiques et je nourrissais mon théâtre fantasmatique d'images saisies dans la vraie vie comme de photos découvertes dans les magazines. Je me souviens particulièrement d'un article dans un vieux Marie Claire de janvier 1984, où un coiffeur réputé ou en passe de l'être montrait une nouvelle technique en tondant les cheveux sur la nuque d'un mannequin blond, laissant toute la longueur au reste de la chevelure coupée au carré. Cette image de contraste entre le long et le très court me subjuguait

Arthur-Elgort.jpg

Par ailleurs j'affirmais tranquillement un goût certain pour les jeunes femmes androgynes aux seins menus et aux hanches d'éphèbes. Imaginant qu'il pouvait s'agir d'une forme de refoulement de l'homosexualité qui nous habite tous, j'ai donc tenté ma chance de ce côté là. Hélas, malgré une bonne volonté certaine et bien que j'ai réussi à sauvegarder mon fondement, je ne parvenais pas à éprouver de l'amour pour un garçon, fut-il mignon et coiffé en brosse. il fallait me résoudre et garder mon cul entre deux chaises, j'aimais les femmes et je les aimais dans ce qu'elles ont de plus masculin...

 

Photo: Arthur Elgort - Marie Claire janvier 1984 

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :