Parce que la nuit...

Publié le 15 Juillet 2013

Felix-Lammers.jpg

Personne ne sait jamais comment ces choses arrivent. Elles arrivent.

 

Et au moment où cela se produit, deux personnes se retrouvent face à face avec un étrange sentiment, ni surprise, ni étonnement. Juste l'envie, le désir de l'autre, instantanément réciproque. Pourtant rien ne se passe, les mots, les gestes, rien ne vient, il n'y a que le regard. Un regard assoiffé qui capte chaque détail avec une acuité extraordinaire, la bordure d'une lèvre un peu retroussée, le doré d'une épaule découverte où la peau donne la promesse d'être tiède et satinée, une blondeur dont on ne se souvient pas d'en avoir jamais vu avec autant de nuances et de reflets lumineux. Et ces yeux, si intenses, qui sourient dans ce visage grave, à travers une mèche d'or...

 

Puis l'une des deux personnes fait un geste ou prononce un mot et la bulle éclate comme un soulagement. La plus audacieuse ose une caresse et la main qu'elle pose sur la nuque dégagée attise son désir comme une huile chaude jetée sur un brasier... Un baiser, naturel, spontané, qui vise par habitude la joue et qui atteint le bord des lèvres et revient et s'ajuste parce que plus rien ne peut être raisonnable à partir de ce baiser.

 

Ce n'est rien, rien de plus que du désir, un besoin de communion avec une âme compatible et un corps admiré, le premier pas d'un chemin de mille lieues ou une formidable jouissance sans perspective. Peu importe... C'est arrivé.

 

 

Photo: Félix Lammers

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article