N'est pas psy qui veut

Publié le 29 Août 2011

allison-lopez1.jpgJe me retrouvais assez penaud après avoir découvert que l'italienne savait tout de mon imbécile manoeuvre pour ... Je ne savais même plus pourquoi j'avais voulu lui faire croire que j'étais homo d'ailleurs. En tout cas cette expérience avait eu le mérite de m'ouvrir un peu plus l'esprit. Pas autant que mes deux égéries qui vivaient pleinement et naturellement leur bissexualité, mais j'étais sur la bonne voie.

Le plus dur était d'étouffer toute velléité de jalousie. Parce que pour tout dire j'en pinçais méchamment pour Laora. La savoir seule avec Frida m'agaçait, pire encore si je la savais avec un inconnu. Cela me tordait l'estomac. 

Pourtant nous avions au moins une chose en commun elle et moi, c'était cette dilection pour les cheveux courts et il fallait que je joue à fond cette carte. 

Moi "- Tu sais chevreau, ça me plaît beaucoup que tu gardes tes cheveux courts comme ça...

Laora - Jé sais pas si jé vais pas les laisser pousser... Tou sais jé crois qué jé ézorzizé mes démons...

Moi - Tu veux dire que ton traumatisme d'enfance est guérit? Je ne suis pas sûr que cela soit si simple... Et puis tu m'as dit que cela t'excitait encore non?

Laora - Si j'aime beaucoup quand les chéveux ils sont courts comme ça, passer la main déssous, tout ça... Mais j'ai plous l'angoisse, la peur, le frisson dou coiffeur qui mé coupe les chéveux.

Moi - Vraiment? Alors là oui on peut dire que tu as surmonté le traumatisme.. Mais c'est peut être aussi parce que tu vas dans un salon chic, avec une gentille coiffeuse qui te dorlote...

Laora - Dorlotte? Che cosa...

Moi - Non je veux dire c'est peut être parce que l'environnement, l'ambiance n'y est pas... Je crois que tu devrais revivre carrément une situation comme celle de ton enfance...

Laora - Et tou veux dire quoi? C'est toi qui va mé couper les chéveux?

Moi - Non pas moi, j'aurais sûrement plus peur que toi, mais si au lieu d'aller avec Frida tu venais avec moi, je t'emmènerai dans un salon de coiffure, avec un coiffeur, une ambiance, qui te rappellerait certainement quand ton père te coupait les cheveux..."

La belle des Abruzzes restait songeuse, les sourcils froncés. Je percevais la douleur sur son visage et devinais que ses démons la saisissaient à nouveau. Je me rendais compte que je venais d'ouvrir une boîte de Pandore sans vraiment savoir la portée que cela pouvait avoir...

Laora " - ... Si... Et tou m'amèneras?"

Soudain le regard flou de la belle toscane me fit frémir.

 

Modèle: Allison Lopez

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :