Murder Incorporeted (Le retour de Moïra)

Publié le 9 Avril 2011

 

2653783860_90ac26cea4_b.jpg

Après tout, je me foutais pas mal de savoir avec qui Moïra s'envoyait en l'air. Avec le plombier ou avec sa coiffeuse. Et puis j'étais sûr d'une chose, c'est que le jour où un de ses "casse-croûtes" risquerait de la mettre en danger, elle n'hésiterait pas à l'éliminer, physiquement. La vérité, c'est que je ne voulais pas me laisser aller à penser que je pouvais être tout bêtement amoureux d'elle. La jalousie est mauvaise dans le business, surtout le nôtre. De toute façon, il fallait bien admettre que personne, sauf Moïra, ne maîtrisait sa vie privée. 

L'appartement à Paris était loué par une société bahaméenne et payé rubis sur l'ongle à une fiduciaire suisse. Le nouveau passeport de Moïra était luxembourgeois et authentiquement faux, ou faussement authentique. Quoiqu'il en soit elle était officiellement madame Leprince. Dorothée Leprince. Il n'y avait que le service des IE pour inventer des noms pareils. La réaction de Moïra avait été lapidaire et ironique: " Bullshit, ça me rappelle ma tante Dorothy, celle qui m'a élevée. J'espère qu'elle va pas venir me tirer les orteils la nuit... "

Le crime d'état est un exercice délicat auquel aujourd'hui aucun gouvernement ne voudrait se risquer, cependant il n'était pas question de confier cette tâche à des "privés". On devait rester en famille. J'avais donc officiellement démissionné pour me lancer dans le business de l'édition et Moïra, enfin Dorothée, était devenue photographe freelance. Structure légère, très haut niveau professionnel= unité à forte plus-value, le principe même des Forces Spéciales. Un seul intermédiaire, moi. Un seul opérateur, Moïra.

En attendant, la belle trompait son impatience de reprendre du service en s'appropriant son nouvel environnement. Et je savais qu'elle était déjà en quête d'un nouveau salon de coiffure à son goût. Dit comme ça, ça pouvait paraître futile, mais la connaissant, je savais que s'était vital. 

 

 

Photo: Philippe Leroyer

 

 

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Moïra

Repost 0
Commenter cet article

lemodrop 10/04/2011 18:43


Hum, j'ai oublié un "x"... Tu crois que c'est une coïncidence maligne?


jeaneg 10/04/2011 18:56



"Maligne" je ne sais pas... Mais une coïncidence révélatrice tout de même... 



Flo 10/04/2011 18:00


Ahhh Moira !! Moi aussi je veux bien lui sevir de cible :D


jeaneg 10/04/2011 18:22



Hummm les places sont chères. Mais depuis que l'on sait qu'elle est "no limits" tout est possible...



lemodrop 09/04/2011 22:41


Mais je le reconnais; ce regard de tueuse! Je veu bien servir de cible si ça fait pas trop mal...


jeaneg 09/04/2011 22:48



Ahaha! Ca ne pouvait pas t'échapper. Mollie Gondi à une convention de tatoos à Paris



Fabymarypoppins 09/04/2011 16:55


sympa de lire tes récits et la musique lui va bien, et me demandais quand l'on parlerait cheveux courts et coiffure, c'est fait ouf!!! bon we à bientôt


jeaneg 09/04/2011 16:58



 Ahaha oui une chose est sûre, c'est que y a pas beaucoup d'article où je ne parle pas au moins une fois de
cheveux courts... Même dans les aventures d'une tueuse.