Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Moïra - chapitre 8

2272387164 e02a21712d o
 Après plusieurs mois de silence, un mail sur une de mes boites anonymes balança une giclée d'adrénaline dans mes veines: 44 49 N 20 27 E CentarProkop main gate 18 30 friday
C'était elle, enfin. Malgré mes réticences et mes conseils d'attendre un moment vraiment propice, le soir même à St Martin elle avait mis en oeuvre son scénario. J'étais pris au piège. Mon implication dans l'accident allait m'amener des tonnes d'emmerdements, mais je devais avouer que Moïra n'avait laissé aucun détails au hasard. J'en avais froid dans le dos. Je n'ai pas cherché à  savoir où elle avait récupéré ce cadavre aux mensurations identiques aux siennes. Les cadavres c'était un peu son quotidien. Avec froideur et détermination elle l'avait installé sur le siège passager, ceinturé et au dernier moment elle avait retiré le sac plastic qui masquait la tête. J'eus un haut le coeur en découvrant la bouillie sanguinolente. Le bas du visage était totalement écrabouillé et sans doute plus rien de la mâchoire de cette jeune femme ne pouvait mesurer plus de quelques millimètres. A l'endroit qu'elle avait repéré sur la route de l'aéroport, nous avons simulé l'accident, poussant dans le dernier mètre la voiture de location dans le ravin. Le véhicule se retourna et s'écrasa sur les caillasses plus bas. Le carburant répandu généreusement, je la vis frotter une pierre à feu et la gerbe d'étincelles provoqua immanquablement un incendie. A cette heure et à cet endroit, il y avait fort à parier que personne n'interviendrait avant l'aube, le temps qu'il me fallait pour rejoindre un téléphone et donner l'alerte. Arrivée sur les lieux, la police locale piétina vaillamment la "scène de crime" et se contenta d'extraire de la carcasse calcinée le corps sans forme et recroquevillé de la malheureuse passagère restée prisonnière de sa ceinture de sécurité...
Ce vendredi là, à 18h30 précises je me trouvais devant l'entrée principale de la gare de Centra Prokop à Belgrade. Je failli ne pas la reconnaitre. Failli seulement, car sa silhouette m'était tellement familière. Elle avait les cheveux presque longs, coupés au carré. Elle me frola, m'engageant à la suivre dans un taxi qui nous conduisit au pied de la citadelle Kalemegdan. Une fois seulement la porte de la chambre d'hotel refermée elle me fit face brusquement et colla ses lèvres chaudes sur les miennes. Mes doigts s'engouffrèrent dans ses cheveux où je retrouvais, sous la coupe au carré, la nuque toujours tondue...
Après cet assaut de tendresse, elle se concentra sur mon regard et lâcha:
-" Racontes moi, comment cela c'est passé pour toi?"

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

Pepcile 24/03/2010 22:21


Tu peux. mais est elle vraiment si froide/insensible que cela ? à part quand tu la réchauffes of course ;-)


jeaneg 24/03/2010 22:29


Faut avouer qu'elle a pas été élevée au couvent des oiseaux. Boulot boulot...Mais à présent sa vie va changer...Il lui faut du temps pour changer de peau


Pepcile 24/03/2010 20:45


me fait peur moi cette Moïra...


jeaneg 24/03/2010 21:35


Good! Je prend ça pour un compliment