Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Moïra - chapitre 4

3781915086_ebbc644832_o.jpgLe briefing n’avait pas duré 2 heures. Orlan, le chef des Opérations était venu en personne. Un flic. Les gars du Service Action en étaient verts. N’empêche, ce type avait quand même des idées. C’est lui qui avait pensé à Moïra pour cette opération homo. Ca coûtait plus cher, c’est sur, mais au moins, on ne pourrait pas soupçonner le Gouvernement d’une quelconque implication dans la disparition soudaine du leader syndical dont l’influence grandissait de façon inquiétante aux Antilles.

Moïra avait posé toutes les bonnes questions, fournit sa petite « lettre au Père Noël » :

un Glock 17 et un 26 en back up, un fusil HSG 1 avec une optique Zeiss et silencieux, jumelle télémètre laser et vision nocturne et petit matériel. Le tout livré sur place.

A nous après l’action, à organiser la désinformation et à faire assez de tapage pour discréditer la victime en lui trouvant des liens avec les cartels sud américains…

 

Jusqu’à son départ, je restais le poisson pilote de Moïra, et j’avoue que la mission ne me déplaisait pas. Je l’accompagnais jusqu’à l’appartement sécurisé où la Boîte avait décidé de la loger en attendant le vol du lendemain pour Boston.

Pas moyen de faire une virée « Paris by night », rien ne devait pouvoir apparaître de la vie de Moïra depuis sa « disparition » de Bosnie. Demain elle embarquerait sur l’Airbus gouvernemental qui amenait les ministres et leur staff à une conférence économique, comme attachée parlementaire, sans doute la plus sexy qu’ils n’auront jamais…

Moïra m’invita à rester au moment au j’allais prendre congé. Elle s’avança vers moi, me tendant un verre de vin :

-«  Reste ! Cet endroit me fiche le cafard. » Je me suis dit qu’il y avait sûrement bien d’autre raison dans la vie d’avoir le cafard que de loger dans un appartement de 120 m² dans le 17e arrondissement, mais j’étais ravi de pouvoir rester avec elle. Je pris le verre de bordeaux et me lançais :

-«  Cette histoire de coiffeur, c’est vrai ? Vous faites ça à chaque fois ?

- Oui darling, chaque fois que je passe plus de 3 semaines loin de la civilisation.

- Et….A chaque fois… Ca vous ouvre l’appétit comme ça ?

- Réellement oui. Un truc de l’enfance sans doute. J’aime me faire couper les cheveux très court et toujours par un homme. Et quand je l’ai fait je suis toujours pas mal excitée… »

Disant cela elle attrapa ma cravate et m’attira vers elle, jusqu’à ce que nos lèvres se rencontrent à nouveau. Naturellement ma main enveloppa sa nuque et mes doigts s’excitèrent à caresser les cheveux ras, ce qui lui fit sans doute autant d’effet qu’à moi….

La suite dans une bonne librairie....Un jour

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

Virginie 17/01/2010 02:25


Dans une bonne librairie, mais j'espère bien !
J'aime bien tes histoires, elles sont à part...


jeaneg 17/01/2010 12:12


C'est gentil, merci