Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Moïra - chapitre 16

Design-By-Enzo-Fusco-AW09 2Par un de ces effets bizarres qu'on ne rencontre que dans notre monde d'ombres et de supercheries, j'étais devenu, de fait, le traitant de Moïra. A la fois une caution et un garde fou, capable de savoir toujours comment évoluait notre petit poisson...Ma direction n'ignorait rien de mes rapports avec elle et laissait faire, trop contente de ce quasi monopole. Le MI6 considérait toujours Moïra officiellement morte, sans être dupe, et pensant que celle-ci lui était de toute façon redevable et pouvait toujours servir, avait abandonné l'idée de lui faire sa fête pour de bon. Et l'un comme l'autre s'imaginaient qu'un jour elle pourrait leur être utile auprès des Israéliens. Bref! Un statu quo, un vrai.

Pendant ce temps Moïra m'avait conduit à travers la ville jusqu'à une bourse de diamants bruts du quartier des diamantaires, le pire endroit au monde pour passer inaperçu. Elle semblait si à l'aise que je me suis abandonné à son expérience. Je la suivais dans la grande salle au parquet de marqueterie où elle se faufilait au milieu des vieux juifs en redingote et chapeaux feutres. Soudain, elle fit un écart et attrapa ma manche, m'entraînant dans une sorte d'isoloir. Mon coeur s'accéléra au souvenir de la fusillade de Los Angeles et je me tenais prêt à toute éventualité.

"- Tu crois que je ne t'ai pas remarqué, à reluquer ma nuque depuis tout à l'heure? Aller avoues, tu meurs d'envie de caresser mes cheveux non?"

Moïra me tenait presque collé au mur, une main sur le col de mon polo et l'autre sur ma braguette. Sans attendre de réponse elle colla ses lèvres aux miennes et entreprit une inspection minutieuse de mes amygdales. Mon regard se tourna vers le rideau de drap noir qui nous séparait de la grande salle de marché quand Moïra commençait à défaire la ceinture de mon pantalon. Elle lâcha mes lèvres pour s'accroupir devant moi après avoir extirpé l'objet de sa convoitise. Mes mains ne cessaient de caresser la toison courte de ses cheveux, ce qui nous procurait à l'un et à l'autre autant d'excitation. Lorsqu'elle jugea le moment opportun elle abandonna la fellation et remontant sa jupe sur sa taille elle s'accrocha à moi pour venir s'empaler. L'étreinte fût violente et rapide.

Un instant plus tard, Moïra avait repris son rôle de femme d'affaire et la contenance qui va avec. Elle tapa un une série de chiffre sur son portable et un panneau de l'isoloir s'entrouvrit avec un léger claquement.

" Attends moi darling, je n'en ai pas pour longtemps..." Elle me pinça la fesse droite et s'engouffra derrière le panneau...

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

Girly and Quaterly 16/07/2010 01:21


Thanks Jeaneg du compliment sur mon blog...et je suis pas en colère du tout, j'avais juste envie d'en parler en passant ! Dis donc, j'adore le chapitre 16, depuis le début jusqu'à la fin ! Comme ta
façon d'écrire !! A bientôt


jeaneg 16/07/2010 09:23



Mais you're welcome Cécile. C'est toujours un plaisir ce qui se passe sur ton blog.


Quant à Moïra, les 15 chapitres précédents devraient te plairent aussi, bien que, mise bout à bout comme ça l'histoire puisse paraître un brin "décousue".


A bientôt