Modèle

Publié le 26 Février 2014

Louise-Donegan-2-copie-1.jpg

J'imagine bien dans ce métier, comme ailleurs, quantité d'opportunistes qui savent naviguer avec les tendances et certaines qui seraient prêtes à bien des sacrifices pour arriver. De l'extérieur je me dis qu'être mannequin ne permet pas tellement de maitriser son image. Tant qu'on est pas un supertopmodel que les magazines s'arrachent, on ne doit pas avoir tellement le choix. Ainsi certaines brunes deviennent blondes et d'autres belles chevelures disparaissent à grands coups de ciseaux.

Pourtant moi qui suis observateur, je remarque que la plus part des jeunes mannequins, à un moment donné, abandonnent leur queue de cheval d'adolescente pour la jouer "garçon manqué", ce qu'elles ne parviennent pas à être bien sûr. Toujours est-il qu'elles coupent leurs cheveux, souvent très courts, histoire d'attirer la lumière sur elles. Et très souvent ça marche!

Et puis une fois l'expérience terminée, elles retrouvent volontiers leur chevelure d'antan. Après tout la mode est dans le changement. Cependant, dans ce microcosme à l'image de la société, certaines doivent avoir la révélation et découvrir toute l'authenticité que leur donnent les cheveux courts, parce que depuis le premier pas chez le coiffeur, elles persévèrent. Il leur fallait ce coup de pousse, cette étape sacrificielle, pour comprendre que leur chevelure de petite fille, même si cela s'inscrit dans l'inconscient collectif, n'est pas toujours le meilleur atout de séduction et que parfois, sortir de la banalité a quelque chose de plus attrayant...

 

Photo: Louise Donegan

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article