Mal foutu, parfois

Publié le 31 Mai 2011

fille de dos5

Tout allait pour le mieux. Un environnement idéal, une sérénité de boudha, Laora qui ressemblait chaque jour davantage à un adolescent merveilleusement ambigu avec une coupe au carré pour laquelle Frida la harcelait afin qu'elle ait toujours la nuque parfaitement tondue et à portée de main une psy dont je ne me posais même plus la question de savoir si elle était compétente ou pas vu qu'avec elle à présent les consultations étaient gratuites. De quoi nager dans le bonheur pour un homme comme moi... Et pourtant. J'avais le sentiment d'un vide intersidéral dans ma tête, le noir absolu, la panne. Ma libido était au niveau zéro, à tel point que je devais même me concentrer pour bander quand l'une ou l'autre me prodiguait une caresse.

Moi -" Dok, je crois que je deviens asexuel.

Ma Psy - Allons pon! Ein bedit broplème te tézir zans toude, rien te blus...

Moi - Non mais je t'assure, ça me fait peur. Regarde ma libido, les cheveux courts, les jolies femmes toussa... C'est comme si j'avais fait le tour de la question. Plus rien ne m'excite. Pourtant je pourrais être comblé au contraire avec Laora en Louise Brooks et toi en Tintin. Mais tout me semble vain.

Ma Psy - Du ne tois bas te inkiéder... Laize doi vaire, ne jerje bas miti à minuit...

Moi - Midi à 14 heures on dit...

Ma Psy - Was? Ya du as pien gombris... Laizes moi m'okuber de l'idalienne et don abédit refientra dout zeul

Moi - ...Mouais... Tu profiterais pas de la situation des fois?"

Soudain la vision d'un impotent dont on pousserait le fauteuil roulant dans un coin sombre pendant que le reste de la maisonnée se transformerait en lupanar m'effraya. Cela dû apparaître sur mon visage car Frida jugea utile de me prodiguer un "spécial" bouche à bouche...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :