Les toits de Barcelone

Publié le 15 Janvier 2014

martina-ginesta.jpg

Certaines images semblent familières. On ne se rappelle plus bien l'époque, juste qu'on connait la photo...

 

Elle a 17 ans, elle est fière, presque arrogante et du jour où l'agence de presse espagnole publie ce cliché, elle devient le symbole de ce grand élan républicain, enthousiaste et plein d'espérance qui vient du monde entier se dresser face au fascisme.

 

Marina est française. Elle a troqué ses jupons pour des vêtements d'homme et coupé ses cheveux comme eux. On lui a donné une vieille pétoire, un Mauser du siècle d'avant, tous n'en ont pas, mais qu'importe, ils ne passeront pas!


Et puis voilà, le symbole est plus puissant que les êtres qui l'incarne. Pendant longtemps personne ne saura rien d'elle, de son sourire un peu narquois, de son menton relevé en signe de défi, de sa fierté à poser sur la terrasse de l'hôtel Colon... l'aventure est grisante... C'était juste avant les horreurs ordinaires de la guerre.

 

Marina Ginestà est morte le 6 janvier dernier, à Paris.

 

 

Photo: Juan Guzmàn

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :