Le retour de Frida

Publié le 16 Juillet 2010

tilda swintonAprès des semaines de tergiversations, Laora avait fini par me convaincre de prendre un nouveau rendez vous avec Frida. J'avais pour ma part rompu toute relation, considérant que nous avions été trop loin et que le mélange de mes problèmes psychosexuels avec notre vie privée allait même jusqu'à mettre en danger ma santé psychologique. De ce point vue, Laora avait été une infirmière formidable et elle avait parfaitement rattrapé le coup en reposant tout simplement le couvercle sur mes états d'âme, ne me reparlant jamais de ma dilection pour les cheveux courts.

Pourtant elle sentait bien que, invariablement lorsque nous faisions l'amour, j'avais des moments d'absence et j'étais parfois perdu dans mes songes...

Elle avait même suggéré que je consulte un autre psy, mais raisonnablement, je ne me sentais pas la force de tout reprendre à zéro, et puis malgré tout, Frida et elle étaient restée amies, ce qui par ailleurs pourrait alléger ma facture...

Je retrouvais donc le porche familier, l'ascenseur bringuebalant et le cabinet où le mobilier moderne cotoyait les lambris.

Ma Psy -" Komme che zuis heureuze te de foire. Nous zallons nous remedre au drafail, et zérieuzement...

Moi- Cela fait un bail...Oui j'ai encore besoin de toi...Jolie ta coupe...

Ma Psy- Ouiiii! Che l'ai vait dontre hier, douche terrière comme c'est...Barton, che zuis tézolée...

Moi- Non c'est moi, je n'aurais pas du en parler...

Ma Psy- Inzdalles doi et drafaillons...

Moi- Voilà, comment peut on imaginer qu'un homme faisant preuve d'une telle dilection pour les cheveux courts, au point qu'on soit tenté de parler de fétichisme, puisse partager sa vie et faire l'amour avec une femme qui a de magnifiques cheveux longs?

Ma Psy- Z'est là doude la vorze des êdres zérépraux mon jer. Barze ke che zais barvaitement ke zet homme là, lorzk'il vait l'amour, imachine doude audre joze...

Moi- Oui bien sur, ce n'est pas un secret, enfin pas pour nous, mais est ce qu'à la longue la partenaire ne risque pas de se sentir "trompée"? D'avoir le sentiment de ne pas être aimée pour elle même?

Ma Psy- M'envin foyons, ne me tis bas ke du konfond enkore aimer et vaire l'amour?

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0
Commenter cet article

bizzie 17/07/2010 20:29


hey ! Echange intéressant ! C'est vrai qu'on a trop souvent tendance à vouloir fusionner les deux...alors que c'est une erreur.


jeaneg 17/07/2010 20:35



Je suis content que tu me confortes dans cette voie. Frida a raison ( et toi aussi): confondre l'amour et faire l'amour c'est la pire des conneries