Le miroir

Publié le 2 Mars 2013

Dusdin-Condren.jpg

Tu me regardes chaque jour mais tu ne me vois pas vraiment, sauf parfois quand d'un coup de chiffon tu cherches à me rendre plus clair, plus lumineux pour que ton image soit meilleure...

J'adore te voir tourner et danser devant moi, prendre des poses ou sautiller en enfilant une chaussure quand tu es pressée. Souvent le matin quand tu te lèves je te vois nue, passer comme une ombre, sans t'arrêter, mais je connais ton corps, presque aussi bien que toi même, tes hanches et ton ventre plat, tes petits seins, ronds et durs, tes épaules un peu frêles, ta blondeur parfois artificielle...

Et lorsque tu me tournes le dos, je ne suis pas fâché parce que j'ai une image de toi que tu ne connaîtras jamais. Ton envers m'appartient, le galbe de tes mollets, la géométrie de tes genoux, les muscles de tes cuisses et le creux de tes reins, le chapelet de tes vertèbres qui s'élève jusqu'à ton cou où, ô délice, ta nuque aux cheveux ras parle si bien de toi...

Ce verso est tellement en harmonie avec son recto que je pourrais ne t'aimer qu'ainsi, de dos, mais il me manquerait chaque jour ce clin d'oeil ou ce baiser que tu envoies à ton reflet, conquérante et pleine d'assurance, et que je reçois sur ma paroi de silice.

 

 

Photo: Dusdin Condren

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :