Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Laora, Frida, la crise

Apollonia Saintclair

J'ai fini par me rendre compte que le trio que nous formions Frida, Laora et moi, qui se voulait un véritable laboratoire de la tolérance et de l'ouverture d'esprit, une expérience unique en matière de transparence et d'authenticité dans les rapports inter-genre et dont finalement je tirais un peu de vanité puisque j'en étais à l'origine, n'était peut être pas si idéal que ça. Mon rôle de coq en pâte, agitateur de moi, de surmoi et de ça était assez confortable il faut bien l'avouer et j'aurais pu me contenter de ce ronronnement libidinal.

Cependant un incident anodin en apparence venait de mettre ma bonne conscience en alerte. Profitant d'un weekend en duo, Laora qui n'était jamais la dernière pour m'entraîner sur les voies de la perdition, commença à me taner pour connaître mon goût sur la façon de tailler une toison pubienne... Bon, sur le coup je me suis dit qu'il n'y avait là rien qui relève du secret d'état et que c'était sans doute une bonne façon d'échauffer nos esprits avant une partie de jambes en l'air. 

Je livrais donc le fond de ma pensée et la brune lombarde proposa ni une ni deux, de soumettre son buisson intime à mon jugement. Si bien que nos ébats commencèrent ce soir là par une séance de coiffure un peu particulière où j'avais le rôle de directeur artistique et contrôleur des travaux finis, pendant que la chaude transalpine officiait seule...

Frida de retour d'un congrès sur l'opportunité des Tarots de Marseille en psychanalyse, s'enquit comme d'habitude de nos récentes occupations en son absence. Je restais coit et Laora se lança avec gourmandise dans le récit de nos ébats de la veille, aguichant de manière très féline notre amie des alpages tyroliens.

Laora "- ... Et pouis jouste avant j'ai taillé la minou comme il mé dit qu'il aime. Tou veux voir?"

Et sans plus de cérémonie, elle dévoile à la psy son intimité, lui expliquant la manière dont elle a tondu sa toison pour lui donner cette allure de petite moquette bien "brossée"

Et là, c'est le drame...

Ma Psy " - Eh pien che gonsdate que du d'indéreze auzzi à ce chenre de koivure" dit-elle à mon intention, puis s'adressant à l'italienne: " Himmelkreuz! Et tu as vais za afec la tondeuze qui zert à couper les chefeux? Mais z'est tékeulaze..."

Inutile de dire que cette dernière réflexion nous a laissé le regard dans le vide et la mâchoire sur les chaussures. Qu'est ce que cela pouvait être sinon l'expression d'une colère de jalousie camouflée sous un détail futile et de la plus évidente mauvaise foi.

En quelques mots, notre utopie communautaire venait de voler en éclats. Au lieu de profiter à son tour de l'enthousiasme et de la fraicheur inventive de Laora, Frida avait cédé à un sentiment tellement mesquin, tellement médiocre et tellement... humain. 

 

Dessin: Apollonia Saintclair

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article

Kristinn 10/11/2012 21:16

Ca doit être intéressant un congrès sur "l'opportunité des tarots de Marseille en psychanalyse" !! :))

jeaneg 10/11/2012 21:26



Oui, dommage que Frida n'ait pas eu le coeur à nous raconter ça...