Lac Majeur

Publié le 21 Août 2013

bruce-hulse-talisa-soto-bellport-new-york-photo-by-bruce-we.jpg

Les choses parfois se défont, toutes seules et sans qu'on y puisse rien.

Il y avait un parfum d'automne sur le lac. Le Chris craft allait mettre un quart d'heure pour traverser dans le vrombissement un peu assourdissant d'un vieil avion de chasse. Qu'importe, de toute façon ils n'avaient plus rien à dire... La mélancolie les tenait l'un et l'autre, résignés. 

Comme une ultime tentation, son corps tiède pesait sur son torse et la tête renversée, ses cheveux courts  caressaient son épaule... Mais non, il n'y avait plus rien.

Peut être qu'à cet instant, noyés dans leurs pensées, ils cherchaient à retrouver un souvenir de leurs jours heureux... Peut être.

Rien n'est vraiment fait pour durer, il fallait l'admettre, cet amour comme le reste. Alors que reste-t-il, sinon l'illusion d'un sentiment éternel? Cette chose n'existe pas...

Au débarcadaire, le pilote aida et fit passer le bagage. Elle se retourna, une dernière fois, ils se tinrent par les yeux, un sourire triste sur le visage et le coeur vide.

Elle s'engouffra dans un taxi...

Il fit rugir le puissant moteur et le vent qui fouettait son visage empêchait toute larme de couler...


 

Photo: Bruce Weber

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article

Marie Christine 22/08/2013 19:38

:-) Auriez-vous regardé le même film que moi récemment ?
Très beau film, "A single man"...

jeaneg 22/08/2013 19:46



La musique vient de là en effet. J'ai beaucoup aimé ce film.