La troisième voie

Publié le 1 Novembre 2012

Israel_Rivera-09.jpg

Une silhouette longue et mince, le torse nu, mais de dos personne ne se rend compte. Cela l'amuse, elle. Enfin, cela l'amuserait si elle y prêtait attention, mais c'est naturel chez elle. Tout comme sa façon de s'habiller, quelques fois avec des vêtements d'homme, mais pour elle ce sont juste des vêtements qui lui plaisent, ils n'ont pas de genre... un peu comme elle. Et puis ses cheveux courts, toujours plus courts disent certains, comme si elle le faisait exprès pour troubler les esprits, pour s'amuser de voir les bouches bées au moment de dire bonjour, des interlocuteurs plongés dans un doute qui les fait hésiter entre monsieur ou madame.

Elle est pourtant l'harmonie parfaite entre le Yin et le Yang, comme l'être légendaire et fabuleux de l'Âge d'Or... Mais elle s'en moque, loin de considérer qu'elle est le maillon supplémentaire de l'évolution qui ménera l'humain à vaincre cette schyzophrénie qui le condamne à lutter entre le masculin et le féminin, attisée par l'éducation rigide qui l'oblige selon ce que la biologie lui aura mis entre les jambes, à devenir dominateur et menaçant ou dominée et docile.

Et elle, qui est parvenue à faire la paix avec son masculin et son féminin, c'est bien elle qui est sur la voie de l'harmonie universelle, la voie de l'Androgyne qui abolira la peur de chacun vis à vis de l'autre. Cet obstacle abattu un amour différent, quelque soit sa forme, sera transcendé puisqu'il n'appellera que les âmes à partager le plaisir à travers les corps, mâles ou femelles. Ainsi le genre qui aujourd'hui conditionne tant notre vie ne sera plus qu'un élément biologique quelconque et d'un intérêt mesuré concernant la procréation. L'Amour est autre chose.

 

Photo: Israel Rivera

A lire sur le sujet

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :