La fin de l'histoire - Moïra -

Publié le 5 Juin 2011

ninafrancine-copie-1.jpg

Tout s'achevait ici. Sur ce quai de l'ile St Louis, un dimanche matin ensoleillé. L'enquête m'avait pris des mois. Des mois depuis ce mail laconique et mystérieux sur la bàl secrète que nous partagions Moïra et moi:"Je vais bien, ne t'en fais pas". D'après la date ce message avait été envoyé 6 mois après l'opération Collier de perles menée par les Services israéliens pour la libérer des iraniens. La première idée qui me vint fut que le crash de l'hélico d'évacuation avait été monté pour calmer les véléïtés de l'adversaire en lui faisant considérer que le match était nul après cette dramatique issue... Malgré tout, au fil des mois, aucun sursaut de la part des iraniens, aucun indice, pas même une rumeur sur cette "évasion" d'un agent impérialiste soutenue par le grand satan sioniste, inspirait le doute... Aucun retour de la part de mes contacts. Les Brits continuaient à nier farouchement leur trahison, dévoilant en guise de bonne fois les excellents rapport que Moïra leur fournissait à chacune de ses mission au service de ....La France. 

Plus j'avançais et plus je découvrais Moïra telle que je n'aurais jamais dû oublier qu'elle était. Un agent dur et froid, entraînée depuis l'adolescence dans notre monde paralèlle où les règles ne sont les mêmes pour personne. Une femme d'instinct, sans véritables émotions. J'avais cru fendre l'armure, la découvrir et toucher son coeur. J'avais oublié qu'elle était un fauve, capable pour survivre d'autant de tendresse que de violence...

Au fur et à mesure que je découvrais le document qu'on venait de me remettre, je sentais mon coeur se craqueler, répandant dans mes veines une douleur acide...

La chemise marron portait le tampon סודי ביותר à l'encre rouge. A l'intérieur, le premier feuillet portait une photo de Moïra, très jeune, les cheveux tondus et le regard de braise. Son nom de code était יגואר " jaguar " et depuis toujours... Toujours... Elle était un agent de l'Institut, autrement dit, le Mossad.

Il n'y avait pas plus d'iraniens que de traires britanniques. toute l'opération "collier de perles" avait été montée de a à z par Tel Aviv, qui avait récupéré son agent à Bangkok en faisant croire à cette histoire d'iraniens pour exciter les occidentaux, s'il le fallait un peu plus, contre leur ennemi de Téhéran. Tout avait fonctionné, à merveille... Mais pourquoi ce message? Si tard...Ou si tôt... De toute façon, en le faisant elle m'obligeait à mener cette enquête et à découvrir la vérité. Peut être sa façon à elle de me dire ... Adieu.


Photo: ninafrancine

 


Rédigé par jeaneg

Publié dans #Nouvelles et petites histoires, #Moïra

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :