La douleur de l'ange

Publié le 19 Novembre 2013

gosia3.jpg

Personne ne le sait, elle n'en parle pas.

Elle préfère tracer son chemin sans rien demander, sans rien attendre des autres, parce que l'Androgyne, depuis toujours, sait que personne ne pourra comprendre... 

Comme on la trouve jolie, on ne veut pas imaginer les tempêtes qui ont ravagées toutes les certitudes dans cette tête. Ces mêmes certitudes qui aident les autres à construire leur identité et sentir le réconfort d'appartenir à un clan déterminé.

Alors, plus vite que les autres, l'Androgyne éprouve la nécessité de s'envelopper d'une carapace qui, si rien n'y fait, va s'épaissir d'année en année...

Parce qu'il y a de la colère qui sourd, une révolte qui couve comme la braise sous la cendre et l'armure de l'ange préserve tout autant les autres des excès de cette colère, qu'elle même des intrusions importunes.

De cet isolement nait l'indépendance et la liberté finalement d'être, davantage que nul autre, absolument et résolument elle même, indifférente aux avis du plus grand nombre, belle, inaccessible en apparence.

Il faut juste de la patience et de la persévérence pour apprivoiser l'Androgyne, seulement se rapprocher d'elle et avoir l'illusion d'en être l'ami, pour apaiser ses colères et faire tomber son armure...

 

Modèle: Gosia Golab

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :