L'irlandaise

Publié le 25 Février 2013

Tatjana-US-Vogue-Elgort-bellazon.jpg

C'est une bourrasque qui a balayé sa tignasse blonde, chahutant ses courtes mèches. Mais cela ne change rien à son allure naturelle. Hunter le cheval noir, en l'apercevant, s'approche des barres de bois en secouant l'encolure et on se doute qu'il vient de bon coeur tout autant pour les petites pommes acides que pour le baiser entre ses naseaux... 

De loin, agrippée à la barrière on la prendrait pour un adolescent. Elle flatte le petit cheval qui piaffe dans son enclos et il y a dans cette scène une sorte d'idéale conjugaison au milieu de cette campagne verdoyante. Comme s'il y avait dans cet instantané toute l'essence du pays même... Un cliché oui.

Pourtant la belle est authentique, nature dans son jean et ses mini chaps et la veste en daim a sans doute connu des jours meilleurs. Le cheval, lui, ne compose rien. Court et trapu il inspire la force et la détermination, docile entre les mains de cette femme qu'il semble aimer d'amour.

Et c'est comme une allégorie de ce pays rugueux où la beauté rend moins dure la réalité quotidienne et où, comme partout, l'amour d'une femme peut dompter la force et la fierté.

 

 

Photo: Arthur Elgort

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :