L'ange dormait

Publié le 14 Août 2012

Lise A

L'ange l'avait abandonné. C'était toujours comme ça. Et chaque fois il se posait la question. Est ce que la tristesse l'envahissait parce que l'ange disparaissait, ou est ce que sa tristesse faisait fuir son ange? Et il ne savait pas. Il ne savait pas parce qu'il ne se rendait pas compte à quel moment il devenait triste. Alors forcément cela le rendait encore plus triste. 

Il se complaisait un peu dans cet état, laissait la mélancolie le gagner, vivait de nostalgies et puis la grisaille s'estompait, le soleil revenait parce que toujours il finissait par penser à elle...

Et il suffisait qu'un sourire revienne pour que l'ange reparaisse, un peu endormie.

 

Modèle: Lise Aanes

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article

Fabymary POPPINS 14/08/2012 20:38

je montais pas sur mes grands chevaux, ah là là!!! d'ailleurs j'ai le vertige déjà en haut d'un tabouret alors un cheval vous n'y pensez pas cher monsieur.... et sais que tu adores me taquiner et
j'avoue que ça me plait bien mais bon attention tout de même sinon je mords! Merci de me laisser quartier libre j'apprécie.

Hé oui j'aime bien lire et papoter ici, alors je reviens vite.

jeaneg 15/08/2012 17:41



 Bah je sais bien que tu reviens toujours de toute façon



Fabymary POPPINS 14/08/2012 17:16

ah mais zut je suis pas à côté du sujet seulement oui j'interprète à ma manière avec mon ressenti et un texte n'est pas interprété de la même manière par tout le monde.

Je reconnais toutefois que j'interprète souvent différemment de ce que tu as voulu dire toi, mais ça pose problème?

En études littéraires souvent c'était bien perçu car je n'étais pas comme les autres.

A toi de voir si tu acceptes ça et le comprend ou pas et si décidemment ça te va pas je ferai en sorte de faire selon ce qui t'ira mais bon

jeaneg 14/08/2012 20:32



Ne montes pas sur tes grands chevaux  Chacun est libre de faire ce qui lui plait. Moi j'aime bien te taquiner



Flo 14/08/2012 16:51

C'est fou tous ces ressentis que l'on tait, cultivés dans notre for intérieur, la mélancolie, la nostalgie, la tristesse, la sodade comme le chantait Cesaria Evora, mais qui s'expriment intensément
dans un silence, un geste, un regard... lorsque l'on pense à son ange perdu. Au point, peut-être, de se transformer en un trait de caractère. Ce mot d'aujourd'hui me fait faire un long voyage ;)
merci.

jeaneg 14/08/2012 20:34



C'est tellement vrai...



Fabymary POPPINS 14/08/2012 11:55

très beau texte, ah les anges, symboles de douceur et de tendresse et le modèle l'incarne bien

jeaneg 14/08/2012 16:15



 Tu sais que c'est peut être un don ça? Comment diable tu fais pour être toujours à côté du sujet?



Angelea 14/08/2012 10:26

Rhooo ... C'est beau. Je suis toujours entouré d'anges et je suis certaine d'avoir mon propre ange gardien ! ;-) Bises, bises

jeaneg 14/08/2012 16:17



Evidemment!