Jackie

Publié le 22 Novembre 2013

Richard-Avedon-copie-1.jpg

Peut-on imaginer femme plus courageuse que celle qui se tient debout, accrochée au cercueil dans lequel git son mari dont le sang macule encore son vêtement?

Dans cette douleur elle apparaît encore plus forte, plus grande, plus belle qu'elle ne l'est réellement, transcendant le sordide malheur en tragédie antique.

Si elle pleurt, elle ne le montre pas. Elle est là, faisant face, dévastée à l'intérieur et digne aux regards de la foule bouleversée. Dans toute sa grâce, c'est elle, presque, qui cherche à les réconforter de leur détresse...

La jeune veuve ne l'est pas encore, pas tant qu'elle n'a pas voilé son visage de tulle noire, alors même longtemps après, même si tout le monde l'en conjure, elle garde sur elle ce tailleur rose où le sang a noircit.

Elle est là, dans mon panthéon, rayonnante et sûre d'elle, cette femme qui a conquit le monde, accompagnant celui qui en fût le maître mais que bien souvent on ne voyait que comme l'homme à ses côtés. Belle, riche, élégante, les cheveux courts glamour, épouse bafouée, mère attentive, c'est grâce à elle que son couple devint l'idéal de toute l'Amérique, comme un rêve.

Le malheur, sans doute pour rétablir l'équilibre, s'est un peu acharné, mais au lieu de la détruire il l'a sublimée... et rien d'autre que ça, aujourd'hui, n'est important.

 

 

Photo: Richard Avedon

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :