Interprétation

Publié le 15 Août 2012

Above-the-Narrows-Andrew-Wyeth.jpg

Au premier coup d'oeil j'ai envie de penser à une grande fille aux cheveux blonds foncés, coupés à la façon de Jean Seberg dans "Bonjour tristesse". D'ailleurs c'est l'idée générale, en voyant cette oeuvre j'ai tout de suite pensé à ce film. Moins de soleil, plus de verdure, peut être, mais peu importe.

Après, je sais bien que l'idée ne résiste pas à un examen plus approfondi, les mains, les pieds, quelque chose dans la découpe de ce visage, l'arcade... 

Alors en se penchant un peu plus sur l'artiste, j'apprend qu'il a peint son fils Nicky sur les bords de je ne sais quelle rivière du Maine... et ça me fait sourire. Parce que définitivement pour moi ce tableau représentera une fille androgyne, grande et mince comme le sont les mannequins d'aujourd'hui, avec un short en jean et une chemise d'homme, les cheveux taillés courts et laissés tels qu'ils sortiraient d'une nuit de sommeil...

Et Andrew Wyeth aurait eu beau faire, s'il avait pu, pour me convaincre qu'il s'agissait bien de son fils, je l'aurai cru sans doute, mais revenu au tableau j'aurai retrouvé cette image féminine, peut être, en tout cas dont l'ambiguïté du genre me fait penser à une fille. Et cette fille je voudrais croire qu'elle est comme Cécile, l'héroïne de Sagan, découvrant cette infinie tristesse. Et cela n'enlève rien au talent du peintre, au contraire, je l'admire de m'avoir fait rêver. Hein Andy? Don't worry! 

 

Toile: Andrew Wyeth - Above the narrows - 1960

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :