Hors saison

Publié le 29 Février 2012

Fabienne-Terwinghe-copie-1.jpg

La pluie n'a pas duré. Quelques grosses gouttes, comme une averse d'été. Un coup de vent a tout sèché. Il y a une ambiance étrange, le ponton est désert et les villas du bord de mer ont toutes leurs volets fermés. Pourtant elle est là, seule face à l'océan, comme une déesse antique au profil lisse et altier, le regard perdu. 

Le soleil revient doucement, pas de quoi faire plisser les yeux, juste ce qu'il faut pour éclairer les reflets de ses cheveux châtains encore humides. Des cheveux courts, depuis toujours. C'est son caractère, elle n'y pense pas, c'est naturel et personne autour d'elle ne l'envisage différemment. Une sorte de noblesse, une classe naturelle, le chic et le bon goût... Quand on lui pose la question malgré tout, elle sourit et utilise la métaphore: la chevelure c'est un peu comme une antenne qui transmet à l'extérieur ce que nous sommes à l'intérieur. Et le curieux se débrouille avec ça, l'imaginant, précise, direct, sans artifice, sincère, efficace, déterminée, inventive, audacieuse, sûre d'elle...

Elle se lève, marche avec souplesse sur les planches après avoir remonté le col de son manteau. Au large une nuée de goëlands hurlent à la remorque d'un bateau qui rentre de la pêche. Elle passe une main dans ses cheveux, les ébouriffe un peu. La parenthèse se termine. Au bout de la promenade une limousine noire attend...

 

 

Modèle: Fabienne Terwinghe

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article

Fabymary POPPINS 29/02/2012 18:48

c'est bien aussi

jeaneg 01/03/2012 18:13



Ouf!



Fabymary POPPINS 29/02/2012 16:13

on l'imagine sur les planches deauvillaises et en fond la musique du film DE LELOUCH chabadabada

jeaneg 29/02/2012 17:58



Ca pourrait être Deauville en effet. Mais pour la musique c'est George Acogny et j'y tiens